Fiches de métiers

Artisan du tapis (Maroc)

http://www.gemeinde-kalbach.de/mamysja/2110 Recommended Reading http://vagnvagensbygg.se/firmenit/353 actividades para solteros en salamanca 3rd shift dating site dating wordpress theme free download http://www.capacuras.com/?rtyt=on-rencontre-des-personnes&e6c=0b description http://gsc-research.de/blog/post/2010/07/15/cewe-color-veraenderung-des-kursziels-um-150-euro-oder-kleine-ursache-grosse-wirkung/index.html websites FICHE METIER BOSSONS FUTE N° 348 (Maroc)

ROME : B 1804
CITP-08 : 7318 INSEE :

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

Travailleur du tapis, noueur

2. DEFINITION

L’artisan du tapis confectionne manuellement des tapis. Au Maroc, on distingue d’une part, les tapis citadins (Rabat, Fes, Médiouna) et d’autre part les tapis ruraux berbères produits au Moyen Atlas (Zayane, Zemmour, Béni Mguild, Béni Ouaraine, Ait Youssi et Ait Guerouane), dans le Haut Atlas (Taznakht) et dans le Haouz de Marrakech (Chichaoua). Ils sont la plupart du temps l’œuvre des femmes. Chaque tribu possède son propre style (couleurs, décor, motifs, etc.). Les techniques du filage de la laine, du tissage et des teintures sont restées les mêmes depuis des millénaires. La fabrication du tapis berbère utilise le métier à tisser vertical fixe, modèle rustique employé pour des tapis dont la longueur ne dépasse pas celle du métier lui-même (3 mètres).

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Apprentissage sur le tas au sein de l’atelier (4 à 6 ans) mais le plus souvent transmission de mère en fille;
  • Centres de formation professionnelle avec alternance études et stages auprès d'un maitre artisan :
    • artisan spécialisé en confection  de tapis (certificat de spécialisation professionnelle : CSP), durée de formation 2 ans - Condition d'accès : fin de la 6ème année primaire ou équivalent

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

A titre autonome à domicile, dans un atelier familial ou dans le cadre d’une coopérative au sein d’un complexe artisanal.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

Selon le degré d'autonomie et l’importance de l’atelier, l’artisan de tapis est amené à concevoir le produit, organiser et gérer les moyens, acheter la matière première, réaliser la fabrication, assurer la qualité et vendre les produits finis. L’artisan peut travailler à la commande ou confectionner des articles qu’il va vendre directement à des clients ou à des intermédiaires. Dans le processus de fabrication, la chaîne est l’ensemble des fils verticaux tendus entre les deux extrémités du métier à tisser vertical (menjej). La trame, composée d’un ou plusieurs fils transversaux disposés entre deux rangées de nœuds, est tassée à l’aide d’un peigne spécial. Le tapis est noué avec des doubles nœuds symétriques. Le nombre de nœuds au décimètre carré fait la qualité du tapis (25 dans un tapis berbère de qualité courante à 1 600 dans un tapis rbati de qualité extra-supérieure). La confection du tapis comporte plusieurs étapes : le montage de la chaîne en fonction des dimensions du tapis, le tissage, le nouage, le rasage et la finition. Un noueur expérimenté peut réaliser quotidiennement entre 8 000 et 12000 nœuds.

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Métiers à tisser avec les outils de montage et de démontage (graisses et huiles lubrifiantes, marteaux, meules, perceuses électriques etc.
  • Outils pour tissage : peignes à tasser la laine «Medghas», cardes, quenouilles, paniers, ciseaux, couteaux, fuseaux, brosses, cartons à motifs, gants  à doigts supprimés, tondeuses

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

La laine et plus rarement le coton

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • En milieu rural, les femmes et les filles s’occupent à domicile du tissage et du modelage des tapis et les maris de leur commercialisation dans les souks hebdomadaires.
  • En milieu urbain, le travail est polyvalent et autonome dans les petits ateliers artisanaux. Il est plus ou moins spécialisé dans les grands ateliers modernes de confection de tapis. Dans ces derniers, les relations avec les compagnons, les autres artisans, les apprentis et le maître artisan «maalem» sont permanentes. Pour la commercialisation, le maître artisan doit accueillir et conseiller le client, déterminer les besoins, proposer des échantillons d’articles, prendre la commande, estimer la quantité de matières nécessaires à la réalisation, évaluer les temps et les délais d’exécution, évaluer les coûts et négocier le prix.

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Pour l’artisan du tapis, la précision, la concentration, la minutie et la dextérité des gestes manuels (travail soigneux) sont les caractéristiques principales associées à une bonne acuité visuelle (reconnaissance et perception des formes et des couleurs), un sens de l’observation, de l'esthétique et du détail
  • Participer à un travail en équipe et avoir un esprit d'initiative
  • Supporter les contraintes posturales
  • Effectuer des gestes fins et répétitifs

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Emploi accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations (certaines maladies chroniques, surdité, mutité)
  • Emploi incompatible avec les troubles de l’acuité visuelle non corrigés et certaines pathologies rachidiennes et ostéo-articulaires chroniques.

5. ACTIVITES POUVANT ÊTRE ASSOCIEES

En plus de la conception et la réalisation des produits, l’artisan doit acheter la matière première, organiser la fabrication, gérer l’atelier ou l’entreprise artisanale et vendre les produits finis. Il doit donc maîtriser tout le processus de production et assurer les fonctions commerciales et de gestion.

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

Coupures, piqure, plaies et/ou blessures des mains par du matériel contondant ou piquant lors du montage et du démontage du métier à tisser, du tissage, du nouage, du rasage et de la finition.

6.2. AMBIANCE ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Les ambiances physiques (lumineuse, sonore et thermique) sont à prendre en considération.
    • la lumière dans certains postes est souvent insuffisante.
    • l'inconfort thermique (chaud en été et froid en hiver) est dû à une mauvaise ventilation et climatisation des ateliers.
    • l’empoussièrement est souvent important.
    • la mauvaise aération est responsable d’odeurs incommodantes et nocives (colle, etc.).
  • La biomécanique des postes de travail pose des problèmes :
    • promiscuité (plusieurs noueurs travaillent côte à côte en même temps sur un tapis avec une cadence soutenue)
    • travail en position assise le plus souvent avec les mains au-dessus de la tête
    • hypersollicitation des poignets en rapport avec des gestes répétitifs et rapides lors du nouage et de l'utilisation du peigne à tasser la laine.

6.3. AGENTS CHIMIQUES

Les poussières de laine, les colorants et les pigments utilisés dans la teinture (indigo, henné, cochenille, safran, feuilles de vigne, écorce de grenadine, etc.) peuvent être responsables de manifestations respiratoires (asthme, rhinite, bronchite chronique) et de manifestations dermatologiques (dermites irritatives ou allergiques). Ces dernières peuvent siéger au niveau des mains par contact direct ou du visage par des substances aéroportées.

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Clostridium tetani (tétanos) par effraction cutanée et contact avec la terre ou du matériel souillés.
  • Zoonoses : leptospira interrogans (leptospirose), brucella (brucellose), bacillus anthracis (charbon), francisella tularensis (tularémie), mycobacterium tuberculosis bovis (tuberculose), rickettsia africae (rickettsies), chlamydia psittaci (ornitho-psittacose)
  • Mycoses, onychomycoses par macération
  • Surinfection des plaies
  • Hépatites virales si outils de travail souillés par le sang d’un porteur sain.

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • En milieu urbain, le maître artisan «maalem» est le chef d’atelier. Il intervient à tous les niveaux du processus de la confection et assure l'organisation et la coordination des travaux. Il contrôle le travail des compagnons, des autres artisans et des apprentis. La planification (respect des délais), la gestion, l’organisation et la commercialisation lui reviennent.
  • Pour les autres artisans, le travail est caractérisé par un horaire continu, un contrôle de la hiérarchie, la rémunération au rendement et des heures supplémentaires pour respecter les délais de livraison.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES (tableaux marocains)

les plus fréquentes

  • Tableau n°28 : Affections provoquées par les huiles et graisses d’origine minérale ou de synthèse
  • Tableau n°42 : Affections respiratoires de mécanisme allergique
  • Tableau n°49 : Affections respiratoires consécutives à l’inhalation de textiles végétales
  • Tableau n° 59 : Affections péri articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°62 : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique
  • Tableau n° 69 : Affections engendrées par les solvants organiques à usage professionnel
  • Tableau n° 72 : périonyxis et onyxis
  • Tableau n° 73 : mycoses cutanées
  • Tableau n° 84 : lésion chroniques des ménisques
  • Tableau n°85 : Affections professionnelles de mécanisme allergique provoquées par les protéines de latex ou caoutchouc naturel

Les autres

  • Tableau n° 7 : tétanos professionnel
  • Tableau n° 13 : charbon professionnel
  • Tableau n° 14 : leptospirose
  • Tableau n° 21 : brucellose professionnelle
  • Tableau n° 26 : tularémie
  • Tableau n° 31 : maladies dues au bacille tuberculeux bovin

7.2. AUTRES RISQUES

  • Pathologies vasculaires à type de stase veineuse et de varices (position assise prolongée)
  • Pathologies du rachis : cervicalgies, dorsalgies et lombalgies chroniques (port de charges lourdes, contraintes posturales)
  • Pathologies liées à la sédentarité (surpoids, décalcifications osseuses)
  • Troubles visuels : baisse d’acuité visuelle, fatigue visuelle, larmoiement, photophobie.
  • Troubles gastro-intestinaux et dyspepsie
  • Infections itératives des plaies

8. SURVEILLANCE MEDICALE

Le secteur artisanal marocain ne bénéficie pas de la santé au travail bien qu’il y soit légalement assujetti.

8.1. VISITE MEDICALE

Visite d'embauche puis tous les deux ans (périodicité plus importante dans certains cas : exposition au bruit, travailleurs de moins de 18 ans). L’examen recherchera les troubles visuels, auditifs, musculo-squelettiques, respiratoires et veineux.

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Radiographie pulmonaire et spirométrie préalablement à l'affectation puis tous les 2 ans.
  • Acuité visuelle et audiogramme.

8.3. VACCINATIONS

Diphtérie, tétanos, poliomyélite et hépatite B

8.4. SUIVI POST-PROFESSIONNEL

En fonction des risques dépistés, un suivi post professionnel devra être réalisé.

8.5. DOSSIER MEDICAL

Exigé par la réglementation

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

Poussières de laine et risques d’incendies

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • métrologie des ambiances physiques (sonores, lumineuses, thermiques).
  • prélèvements atmosphériques des poussières.
  • biomécanique des postes de travail (évaluation des gestes et postures)

L'employeur est tenu par la réglementation de prendre les mesures adéquates pour réduire les nuisances et les risques professionnels

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Respect de la législation en matière d'horaires de travail et de port de charges
  • Respect des règles de sécurité et d'hygiène
    • Ateliers propres et bien entretenus
    • Installations sanitaires (WC, lavabo, douches) avec adduction d’eau potable
    • Vestiaires avec un double compartiments
    • Interdiction de boire, de fumer et de manger sur les lieux de travail (réfectoire à proximité)
    • Outils de travail de bonne qualité, aspirateurs de poussière, extincteurs de feu
    • Eclairage satisfaisant, ventilation adaptée et lutte contre le bruit
  • Ergonomie de l'organisation du travail et des postes et de leur environnement
    • lutte contre les mauvaises postures (sièges réglables) et l'hypersollicitation

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Tenue de travail et équipements de protection individuelle adaptés (lunettes de protection, masques anti-poussières, gants hypo allergisants et crèmes hydratantes).
  • Sièges ergonomiques confortables pour bien maintenir le rachis en position correcte.

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Organiser pour les artisans des compagnes de sensibilisation sur les risques encourus, les maladies professionnelles et les règles d’hygiène et de sécurité au travail

  • Les conditions de travail dans le secteur artisanal sont plus dangereuses que celles des grandes entreprises parce que l'artisan ignore les questions relatives à la santé au travail, à la sécurité et n'est pas financièrement capable d'assurer la prévention.

  • Des services médicaux du travail inter-ateliers dans le cadre d'une coopérative peuvent soit regrouper différentes activités artisanales, soit plusieurs ateliers ayant la même activité artisanale. Ces services de santé au travail seront administrés par les chambres d'artisanat et/ou les fédérations et contrôlés par les délégués des artisans et l'inspection du travail. Ils seront gérés par des médecins du travail qui doivent en plus exercer des activités de promotion de santé combien utiles dans un pays où les infrastructures sanitaires sont défaillantes. Dans les petits ateliers dispersés, la médecine du travail doit être intégrée à un programme national de santé au travail supervisé par le ministère de la santé publique, le ministère de l’emploi et celui de l’artisanat.

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Le titre IV du livre II de la loi n°65-99 relative au code du travail traite de l‘hygiène et de la sécurité des salariés, des services médicaux du travail et des comités d’hygiène et de sécurité
  • L’arrêté  n° 93-08 du ministre de l’emploi relatif à l'application des principes énoncés par les articles de 281 à 291 du code de travail précise un certain nombre de mesures se rapportant à :
    • l’aménagement des locaux de travail.
    • la préservation de l'hygiène et de la sécurité des salariés dans les locaux du travail.
    • l’ambiance des locaux du travail : aération, chauffage, éclairage des locaux du travail et la prévention contre les risques dus au bruit.
    • les locaux réservés aux repas.
    • la prévention contre les incendies.
    • la prévention des accidents du travail.

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3. NORMES

  • NM (Normes marocaines) .4.001-1993 : protection contre les agents physiques, chimiques et biologiques
  • NM 00.5.800 et 801-2001 : système de management de santé et de sécurité au travail
  • NM 03.2.103 : précisant le contenu et le plan type des fiches de donnés de sécurité pour tous les produits toxiques.
  • Arrêté du secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargé de la promotion nationale, de l'entraide nationale et de l'artisanat n° 214-73 du 24 avril 1974 déterminant les conditions particulières de qualité et les caractéristiques des tapis soumis à l'estampillage et les modalités dédit estampillage

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

  • Benyahya M Droit de l’artisanat. Publication de REMALD, série « textes et documents » n°207,2008 ; 263-272
  • Laraqui CH. Sécurité et santé au travail en milieu artisanal au Maroc. Thèse de Doctorat en sciences de la vie et de la santé – spécialité sciences du travail. Université Louis pasteur, Strasbourg, 2001 ; 504 p
  • Laraqui C.H., Caubet A, Laraqui O, Belamallem I, Harourate K, Curtes J.P, Verger C. Le travail de l'enfant dans l'artisanat marocain : déterminants et effets sur la santé. Santé publique, volume 12, n° 1, 2000 : 31-43
  • Laraqui CH, Caubet A, Harourate Kh, Belamallem I, Laraqui O, Verger Ch. Risques professionnels dans le secteur artisanal marocain et proposition d’une couverture médicale du travail. Sante Publique 1999 ; 11 ; 3 : 317-27.

13. ADRESSES UTILES

  • Normes marocaines(NM) : Ministère de l’industrie, du commerce et de la mise à niveau de l’économie. Service de normalisation industrielle marocaine

AUTEURS : Nadia Manar (Master en hygiène, sécurité, environnement)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Chakib Laraqui (médecin du travail)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Christian Verger (médecin inspecteur du travail)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Alain Caubet (médecin du travail)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).


DATE DE CREATION : Janvier 2012
DERNIERE MISE A JOUR :

Commentaires

Réagir à cette fiche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).