Fiches de métiers

L'ordonnance n° 2017-53 du 19 janvier 2017 crée le compte personnel d'activité (CPA) au profit des agents publics des 3 fonctions publiques et leur donnent de nouvelles garanties en matière de sécurité et de santé au travail (voir la fiche FPT)

Le décret n° 2016-1908 du 27 décembre 2016 sur la modernisation de la médecine du travail a été publié au JO du 29 décembre 2016. Il est applicable à compter du 1er janvier 2017. Un résumé du décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 sur le suivi des salariés est sur le site dans l'espace fiche des métiers. Il remplace les informations du point 8.1 des fiches qui est devenu obsolète

Le décret n° 2016-1074 du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux sur les champs électromagnétiques est entré en application le 1er janvier 2017

Les fiches concernant la pénibilité sont sur le site

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Peintre en bâtiment

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°265

ROME : F1606 CITP-08 : 7131 PCS 2003 : 211f - 632g - 681b

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Peintre, tapissier-peintre.

2. DEFINITION

  • Le peintre en bâtiment assure la finition intérieure et extérieure des bâtiments neufs ou en rénovation. Ces travaux ont pour finalité de protéger et/ou de décorer les supports, murs, sols en matériaux divers (bois, ciment) et plafonds. En complément de son activité principale il peut réaliser des opérations de plâtrage.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L’activité est accessible à partir d’une formation de niveau V notamment le CAP peintre applicateur de revêtements et le BEP finition, le titre professionnel (AFPA) de peintre en bâtiment.
  • Il existe des formations de niveau IV : Brevet professionnel Peinture Revêtements, Bac professionnel Finition et aménagement, Mention complémentaire peinture-décoration.
  • Il existe aussi des formations de niveau III : BTS Aménagement finition, BTS Architecte d’intérieur, BTS Enveloppe du bâtiment : façade, étanchéité.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L’activité s’exerce en plein air pour les façades, mais plus souvent en intérieur sur des chantiers de constructions neuves ou de rénovation pour des entreprises ou chez des particuliers.
  • Le peintre en bâtiment peut être artisan, salarié d’une entreprise de travail temporaire, salarié d’une entreprise du second œuvre intervenant dans le domaine de l'aménagement-finitions ou salarié d’un service d'entretien de sociétés et de services publics.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

Le peintre peut :

  • Réaliser des travaux de peinture de ravalement de bâtiments en qualité de finition B et C
  • Réaliser des travaux de plâtrage, de peinture intérieure de bâtiments en qualité de finition B
  • Réaliser des travaux de pose de revêtements muraux courants à l'intérieur de bâtiments, en qualité de finition B

Et pour cela :

  • Prendre connaissance des travaux à effectuer suivant la commande du client ou le cahier des charges
  • Organiser son travail en s’appuyant sur les consignes données par son chef direct ou la fiche méthodes
  • Définir la qualité et la quantité des produits, matériaux et matériel à utiliser
  • Consulter les spécialistes en cas de traitements particuliers
  • Avant de partir sur le chantier faire l’inventaire des produits, matériaux et matériel suivant les instructions qui lui sont fournies par son chef direct ou la fiche de préparation du travail
  • Approvisionner le chantier (déplacement routier éventuel sur site distant et/ou vers le magasin)
  • Monter les échafaudages simples de faible hauteur et/ou les échafaudages exigeant une procédure adaptée à la nature des travaux en fonction des risques (voie publique…)
  • Préparer les supports pour les peindre ou les revêtir selon la qualité de finition définie par le cahier des charges du bureau des méthodes ou la commande : supports maçonnés, support à base de plâtre, supports en bois, métaux et plastiques
  • Réparer les supports endommagés (rebouchage ou fibre de verre)
  • Apprêter les supports
  • Appliquer manuellement des peintures de finition en film mince sur tous supports extérieurs, des peintures de finition sur tous supports intérieurs, des revêtements semi-épais et épais sur tous supports
  • Appliquer mécaniquement des revêtements de façade et des peintures, des peintures au pistolet haute pression sans air, des peintures projetées en basse pression
  • Utiliser les appareils de contrôle d’épaisseurs pour les applications spéciales
  • Poser des papiers peints sans raccord ou à raccords
  • Poser des revêtements muraux structurés à peindre (fibre de verre) 
  • Effectuer un repli de chantier dans l’ordre et la propreté

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Pinceau, rouleau, pistolet
  • Film plastique de protection, chiffon
  • Ponceuse, décapeuse, décolleuse, sableuse
  • Echafaudages, plate-forme individuelle roulante légère
  • Equipement de protection individuelle (chaussures de sécurité, combinaison, gants, masque FFP 3DSL, casque anti-bruit

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Enduit, apprêt, papier peint, moquette murale, colle
  • Peintures, solvants, laques, vernis, crépi
  • Bois, métaux, plâtre, ciment (rarement)

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail généralement au sein d'une petite équipe sous la responsabilité d'un chef d'équipe, d'un compagnon ou du patron artisan.

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Des qualités précises :
    • Sens de la décoration et de l’harmonie des couleurs pour conseiller les clients dans l’harmonie des couleurs
    • Sûreté de la main et de l’œil
    • Goût du dessin
    • Minutie, précision, habilité
    • Soucis de la propreté
  • Et de supporter des contraintes :
    • Se déplacer pour se rendre sur les différents chantiers
    • Adapter ses horaires pour terminer un ouvrage dans les temps et éviter les reprises inesthétiques
    • Travailler au froid ou à la chaleur
    • Travailler en hauteur et dans des postures contraignantes
    • Respecter les règles de sécurité concernant le travail en hauteur et la protection contre les poussières et les produits volatils nocifs

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations  à discuter selon le poste en cas de maladie chronique ou de cancer, de troubles moteurs légers, d'une surdi-mutité
  • Emploi incompatible avec la cécité, les troubles moteurs importants, les troubles de l'équilibre

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • En complément de son activité principale le peintre peut réaliser des opérations de plâtrage, rebouchage, pose de fibre de verre, déménagement des bureaux concernés (armoires, livres, chaises, démontage des bureaux) et retrait de la moquette.
  • Conduire un véhicule léger pour se rendre sur le chantier
  • Encadrer une équipe pour les plus anciens et/ou les titulaires d'un BT ou BP
  • Se spécialiser en peinture-décoration (pour réaliser des patines, des imitations de bois et marbre, des décors peints, de la dorure...)
  • Pratiquer d'autres travaux du second œuvre du BTP: carrelage, vitrerie, électricité (sous réserve de la possession des habilitations obligatoires), plomberie, sous réserve de justifier de la formation nécessaire lorsque le peintre se prévaut d’une certaine polyvalence

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accidents de circulation
  • Blessure par outils
  • Accidents dus à l'utilisation des machines : coupures, brûlures
  • Accidents de manutention : chutes de la charge avec risque d’écrasement ou de plaies
  • Incendie et explosion (solvants, essence, peinture)
  • Accidents d'origine électrique
  • Brûlures caustiques ou par la chaleur générée par les outils utilisant de la vapeur
  • Insolation et brûlures par le soleil
  • Asphyxie
  • Chutes de plain-pied sur sol glissant, mal éclairé, encombré, chutes de hauteur, chutes d'objets rangés en hauteur
  • Lombalgies et dorsalgies d'effort
  • Projection de coups étrangers dans les yeux
  • Blessure par injection cutanée de fluide sous haute pression
  • Intoxication, éventuellement par déversement accidentel
  • Atteintes cutanées, respiratoires, digestives par contact accidentel avec des produits concentrés
  • Inhalation de produits abrasifs (sable, corindon...)

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Vibrations des outils portatifs : décapeuse, ponceuse, pistolet...
  • Travail en hauteur
  • Contraintes visuelles : travail en lumière artificielle le plus souvent
  • Bruit des machines portatives
  • Manutention de charges lourdes et/ou volumineuses pour le chargement/déchargement des matériaux ; port des outils portatifs
  • Gestes répétitifs
  • Contraintes posturales : bras en l’air, à genou, accroupi
  • Exposition à diverses poussières : sable, abrasifs ... dont certaines peuvent être cancérogènes, surtout pour les chantiers de rénovation : bois, amiante, plomb...

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Colles
  • Résines thermodurcissables au formol ou thermoplastiques vinyliques, cellulosiques, néoprène
  • Peintures en phase aqueuse (acryliques) ou en phase solvants (glycérophtaliques)
  • Pigments, vernis, laques, solvants
  • Ethers de glycols
  • Isocyanates
  • Odeur des peintures avec possibilités d’émanations toxiques
  • Ciment (gale du ciment) si les activités secondaires nécessitent des travaux de cimenterie

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Pas à priori

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Adaptation permanente aux commandes différentes et aux changements de chantier (trouver le lieu, s'organiser pour la livraison, s'entendre avec le client local pour travailler dans de bonnes conditions pour tous, se loger)
  • Pression du temps pour terminer dans les délais
  • Exigences du client en dehors de celles exprimées dans le contrat
  • Relations conflictuelles avec les clients et l’environnement
  • Déplacements pour la semaine et parfois plus, avec découcher
  • Dépassements d'horaires pour finir les chantiers
  • Travail de nuit et/ou de week-end
  • Conduite nocturne (début et fin de chantier)
  • Travail en contact avec le public (problème de sécurité)

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

En dépit des améliorations des produits et des procédures les salariés ont pu être ou peuvent encore être atteints des maladies suivantes :

  • Tableau n°1 RG : Affections dues au plomb et à ses composés
  • Tableau n°4 bis RG : Affections gastro-intestinales provoquées par le benzène, le toluène, les xylènes et tous les produits en renfermant
  • Tableau n°9 RG : Affections provoquées par les dérivés halogénés des hydrocarbures aromatiques
  • Tableau n°10 RG : Ulcérations et dermites provoquées par l'acide chromique, les chromates et bichromates alcalins, le chromate de zinc et le sulfate de chrome
  • Tableau n°10 bis RG : Affections respiratoires provoquées par l'acide chromique, les chromates et bichromates alcalins
  • Tableau n°10 ter RG : Affections cancéreuses causées par l'acide chromique et les chromates et bichromates alcalins ou alcalinoterreux ainsi que par le chromate de zinc
  • Tableau n°12 RG : Affections professionnelles provoquées par les dérivés halogènes suivants des hydrocarbures aliphatiques : dichlorométhane (chlorure de méthylène), trichlorométhane (chloroforme), tribromométhane (bromoforme), dichloro-1-2-éthane, dibromo-1-2-éthane, trichloro-1-1-1-éthane (méthylchloroforme), dichloro-1-1-éthylène (dichloréthylène asymétrique), dichloro-1-2-éthylène (dichloréthylène asymétrique), dichloro-1-2-éthylène (dichloréthylène symétrique), trichloréthylène, tétrachloréthylène (perchloréthylène), dichloro-1-2-propane, chloropropylène (chlorure d'allyle), chloro-2-butadiène-1-3 (chloroprène)
  • Tableau n°14 RG : Affections provoquées par les dérivés nitrés du phénol (dinitrophénols, dinitro-orthocrésols, dinoseb), par le pentachlorophénol, les pentachlorophénates et par les dérivés halogénés de l'hydroxybenzonitrile (bromoxynil, ioxynil)
  • Tableau n°16 RG : Affections cutanées ou affections des muqueuses provoquées par les goudrons de houille, les huiles de houille (comprenant les fractions de distillations dites phénoliques, naphtaléniques, acénaphténiques, anthracéniques et chryséniques), les brais de houille et les suies de combustion du charbon. Application de peintures au brai ou au goudron
  • Tableau n°42 RG : Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels
  • Tableau n° 43 RG : Affections provoquées par l’aldéhyde formique et ses polymères
  • Tableau n°43 bis RG : Affections cancéreuses provoquées par l'aldéhyde formique
  • Tableau n°47 RG : Affections professionnelles provoquées par les poussières de bois
  • Tableau n°49 RG : Affections cutanées provoquées par les amines aliphatiques, alicycliques ou les éthanolamines
  • Tableau n°51 RG : Maladies professionnelles provoquées par les résines époxydiques et leurs constituants
  • Tableau n°57 RG : Affections péri-articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°61 RG : Maladies professionnelles provoquées par le cadmium et ses composés
  • Tableau n°62 RG : Affections professionnelles provoquées par les isocyanates organiques
  • Tableau n°65 RG : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique
  • Tableau n°66 RG : Rhinite et asthmes professionnels
  • Tableau n°69 RG : Affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils, outils et objets et par les chocs itératifs du talon de la main sur des éléments fixes
  • Tableau n°82 RG : Affections provoquées par le méthacrylate de méthyle
  • Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel
  • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Néant

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. VISITE MEDICALE

  • Organisation
    • Depuis 2017, l'ancienne visite médicale d'embauche a été remplacée par simple Visite d'Information et de Prévention (VIP). Voir Suivi individuel de l'état de santé des salariés (en vigueur au 1er janvier 2017)
    • Il s'agit dorénavant d'un entretien au cours duquel le salarié est interrogé sur son état de santé et est informé sur les risques liés à son activité ainsi que sur les moyens de prévention à mettre en œuvre.
    • La visite d'information et de prévention est réalisée par un professionnel de santé
    • Elle doit avoir lieu dans les 3 mois qui suivent le début du travail.
    • La visite d'information doit être renouvelée tous les 5 ans maximum, après la première visite sauf cas particuliers. La périodicité est de 2 ans maximum en cas d'autorisation de conduite (Art R 4323-56)
  • Contenu
    • Visite d'embauche : éviter d'exposer les personnes atteintes de maladies de peau
    • Aptitude à la conduite si nécessaire
      Visites périodiques : rechercher l'apparition de troubles cutanés, de troubles musculo-squelettiques

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Audiogramme en cas d'exposition associée au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail)
  • Plombémie en cas d'exposition au plomb (articles R4412-152 et R4412-160 du code du travail) : la valeur limite biologique à ne pas dépasser est fixée à 400 microgrammes de plomb par litre de sang pour les hommes et 300 microgrammes de plomb par litre de sang pour les femmes
  • Bilan biologique éventuellement en fonction des produits chimiques utilisés
  • Epreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) conseillées

8.3. VACCINATIONS

  • Rappel DT Polio tous les 10 ans conseillé mais tous les 20 ans entre 25 et 65 ans

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • En cas d'exposition aux produits cancérogènes et selon les produits rencontrés (plomb, amiante...)

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Pour l'exposition à des substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction :
    • Contenu du dossier médical :
      • dates et résultats des examens médicaux complémentaires pratiqués
      • double de la fiche individuelle d'exposition établie par l'employeur, transmise au médecin du travail
    • Conservation du dossier médical pendant au moins 50 ans après la fin de la période d'exposition

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pollution par le bruit
  • Pollution par les poussières de ponçage (bois, plomb...)
  • Pollution par les emballages divers
  • Pollution en cas de renversement accidentel de produits chimiques (peintures, solvants, etc...)
  • Risque d’incendie en raison de la manipulation de poussières de bois et de solvants

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS  D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Les activités de  peinture peuvent entrer dans le champ d'application des textes sur la pénibilité en raison des contraintes suivantes possibles : manutention, postures pénibles, vibrations, exposition aux agents chimiques dangereuxbruit, travail de nuit, travail répétitif.
  • La métrologie visera à analyser les contraintes afin de la réduire
    • Agents chimiques : prélèvements d'atmosphère et analyses des vapeurs, gaz, poussières ; voir VLEP (article R4412-149 du code du travail)
    • Bruit : mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
    • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail
    • Vibrations transmises aux bras et aux mains :
      • Mesures de vibrations transmises aux bras et aux mains
      • Valeur limite d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8 heures : 5 m/s2 pour les vibrations transmises aux mains et aux bras

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Respect de la réglementation en matière dévaluation et de prévention des risques
  • Elaboration des procédures industrielles adéquates
  • Remplacement des produits dangereux par des produits moins dangereux
  • Communication des résultats des prélèvements d’atmosphère au médecin du travail, au CHSCT ou à défaut, aux délégués du personnel
  • Respect des échéances des vérifications périodiques pour l’ensemble des équipements
  • Interdiction des soufflettes et utilisation d’aspirateurs à filtre absolu
  • Communication des fiches de données de sécurité pour signaler les mesures de prévention à mettre en œuvre (aération, aspiration, hottes d'aspiration ou d'extraction de type Sorbonne, masque, gants, lunettes...)
  • Stockage des produits en petites quantités dans des récipients étiquetés suivant la normalisation indiquées par le fournisseur
  • Branchements électriques réalisées par du personnel habilité en fonction des caractéristiques du courant (habilitation électrique de différents niveaux) et des tableaux de distribution mis à disposition par le donneur d’ordres
  • En cas de co-activité un plan de prévention doit être établi afin de prévenir tout risque d’accident à cause de l'interactivité des personnes circulant à proximité du lieu de travail de l’exécutant
  • Aides à la manutention
  • Arrêt du chantier dans le respect de l'article L5424-8 "Sont considérées comme intempéries, les conditions atmosphériques et les inondations lorsqu'elles rendent dangereux ou impossible l'accomplissement du travail eu égard soit à la santé ou à la sécurité des salariés, soit à la nature ou à la technique du travail à accomplir."

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Lorsque les mesures de protection collective s’avèrent insuffisantes ou impossible à mettre en oeuvre :
    • Port de masques anti-poussières correspondant bien aux exigences du poste et dont l'employeur doit s'assurer qu'ils sont effectivement portés. Le port est obligatoire lorsque la concentration en poussière de bois est susceptible de dépasser la VLEP (1mg/m3). Demi-masque muni d’un filtre au minimum P2 ou pièces faciales filtrantes au minium FFP2 en fonction de la concentration au poste de travail.
    • Port de protections auditives si nécessaire
    • Port de casque, de chaussures de sécurité, de cottes, de gants, de genouillères

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Organisation par l'employeur d'une formation à la sécurité et d'une information des travailleurs susceptibles d'être exposés à l'action des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction
  • Consignes de sécurité concernant le travail en hauteur
  • Formation  et sensibilisation à l'hygiène corporelle
  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Concernant le statut du travailleur
    • Tous les textes de la fonction publique
  • Code du travail :
    • Articles R4412-44, R4412-45 et R4412-47 du Code du travail : Surveillance médicale renforcée pour l'exposition aux agents cancérogènes
    • Articles R4435-1 à R4435-4 du Code du travail : Surveillance médicale renforcée pour l'exposition au bruit
  • Autres textes :
    • Arrêté du 2 février 2009 portant reconduction de l'arrêté du 3 août 2006 relatif au titre professionnel de façadier peintre
    • Arrêté du 28 mai 2008 l'arrêté du 4 septembre 2003 relatif au titre professionnel de peintre en bâtiment
    • Décret n° 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant le code du travail.
    • Arrêté du 28 février 1995 pris en application de l'article D. 461-25 du code de la Sécurité sociale fixant le modèle type d'attestation d'exposition et les modalités d'examen dans le cadre du suivi post-professionnel des salariés ayant été exposés à des agents ou procédés cancérogènes. Annexe II (Modalités d'examen dans le cadre du suivi post-professionnel).
    • Article D461-25 du Code de la Sécurité sociale. Exposition aux agents cancérogènes durant l'activité salariée.

11.2. RECOMMANDATIONS

  • Peintre-Tapissier Fiche métier amiante (INRS ED 4276 - 10/2016)
  • Métiers de la peinture - Fiche d'aide au repérage de produit cancérogène (INRS FAR 22 - 11/2013)
  • Peintures en phase aqueuse (ou peintures à l'eau) Composition, risques toxicologiques, mesures de Prévention INRS ED 955 - 04/2005)
  • Risques liés aux chutes de hauteur - dossier INRS Échafaudages et plates-formes individuelles – (mis à jour au 16/10/2014)

11.3. NORMES

  • Néant

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. F1606 Peinture en bâtiment. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 7131 Peintre en bâtiment et poseurs de papiers peints. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 211f Artisans de la peinture et des finitions du bâtiment – 632g Peintres et ouvriers qualifiés de pose de revêtements sur supports verticaux - 681b Ouvriers non qualifiés du second oeuvre du bâtiment. (INSEE) (2003)

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Nicole Motsch (médecin du travail rettaité) (BF) (95), Pierrette Trilhe (médecin du travail retraité) (BF) (37)
  • DATE DE CREATION : Mai 2008
  • RELECTEURS : Myriam CAMINO Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (licence professionnelle sécurité et santé au travail dans les PME -PMI) (IUT de Rouen) (76) ; Pierre DELAUNE Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (licence professionnelle sécurité et santé au travail dans les PME -PMI) (IUT de Rouen) (76) ; Odette MARIANI, médecin du travail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Katy RANZINI Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. référente du pôle technique et ergonomie au CMPC (75) ; Joël NIS Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., ergonome (59) ;
  • DERNIERE MISE A JOUR : mars 2017

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Réagir à cette fiche

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).