Fiches de métiers

 ACTUALITES RECENTES - ENQUETES EN COURS

 - Participez à l'enquête d'évaluation sur le document unique organisée par notre partenaire la Fédération des Acteurs de la Prévention - Présentation des résultats le 3 octobre 2017 http://app.evalandgo.com/s/?id=JTk1cCU5OWglOUMlQUI=&a=JTlBcSU5QXAlOUU=

- Consulter le guide d'évaluation de la pénibilité des métiers de l'agriculture édité par le Ministère sur http://agriculture.gouv.fr/evaluation-de-la-penibilite-au-travail-de-metiers-de-lagriculture-suivez-le-guide

***

L'ordonnance n° 2017-53 du 19 janvier 2017 crée le compte personnel d'activité (CPA) au profit des agents publics des 3 fonctions publiques et leur donnent de nouvelles garanties en matière de sécurité et de santé au travail (voir la fiche FPT)

Le décret n° 2016-1908 du 27 décembre 2016 sur la modernisation de la médecine du travail a été publié au JO du 29 décembre 2016. Il est applicable à compter du 1er janvier 2017. Un résumé du décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 sur le suivi des salariés est sur le site dans l'espace fiche des métiers. Il remplace les informations du point 8.1 des fiches qui est devenu obsolète

Le décret n° 2016-1074 du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux sur les champs électromagnétiques est entré en application le 1er janvier 2017

Les fiches concernant la pénibilité sont sur le site

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Menuisier d'agencement

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°264

ROME : H2206 CITP-08 : 7522 - 7523 PCS 2003 : 214b - 627d - 674b - 211b - 632j - 6814b

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Monteur en agencement, cuisiniste, poseur de meubles, installateur de cuisine, installateur de magasin, monteur de cloisons, plaquiste, installateur d’exposition.

2. DEFINITION

  • Le menuisier d’agencement assure la réalisation et la pose des aménagements intérieurs en bois ou matériaux dérivés (cloisons, plafonds, mobilier, stands) pour des habitations particulières, des bureaux, des magasins et pour tous autres locaux à usage professionnel et commercial.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • La profession est accessible avec une formation de niveau V dans le domaine de la menuiserie, de l’agencement ou du travail du bois. Il existe une validation des acquis professionnels.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L’activité s’exerce :
    • en partie en atelier pour la préparation des équipements
    • et en partie sur le terrain pour la pose, sur des chantiers de bâtiment pour des travaux neufs ou de réhabilitation ou sur des sites commerciaux pour l’agencement des comptoirs notamment pour les congrès et les salons d’exposition.
  • Les déplacements peuvent être fréquents dans un rayon d'action plus ou moins important.
  • Les salariés peuvent travailler soit pour des grandes, moyennes et petites entreprises de menuiserie ; soit pour des sociétés d'intérim ; soit pour des grandes et moyennes entreprises commerciales ; soit pour des prestataires événementiels.
  • L’activité peut parfois être une activité de sous-traitance.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • En atelier :
  • Le menuisier d’agencement doit :
    • Lire et interpréter un plan de fabrication qu’il n’a pas lui-même réalisé (le plus souvent à partir des plans qui lui sont fournis par un bureau d’études ou suivant ceux qu’il est à même de réaliser.
    • Fabriquer du mobilier :
      • des caissons avec portes et tiroirs en panneaux mélaminés, chants plaqués minces ;
      • des mobiliers d'agencement au système “ pas de 32 ” démontables ;
      • des complexes d'agencement sur mesures
      • des éléments de forme courbe en plan revêtus de stratifiés ;
    • Fabriquer des ensembles décoratifs
      • des habillages muraux décoratifs à fixer sur ossature ;
      • des plafonds décoratifs, en bois massif et matériaux dérivés ;
      • des façades de placards en bois massif ;.
    • Réaliser une mise en teinte, une finition vernie ou laquée sur support bois et panneaux dérivés.
  • Et pour cela il doit :
    • Approvisionner son poste de travail
    • Choisir les matériaux et outils adaptés aux caractéristiques techniques et à l’art du métier
    • Régler les machines en fonctions des opérations à réaliser
    • Installer les protections réglementaires assurant la sécurité des opérateurs et notamment les systèmes de captation des poussières
    • Utiliser les EPI
    • Débiter les bois massifs ou les panneaux dérivés du bois ou tout autre matériau
    • Calibrer
    • Corroyer
    • Usiner
    • Assembler les éléments
    • Poser les quincailleries
    • Assurer les finitions
    • Nettoyer son poste de travail
    • Evacuer les déchets
  • Sur le chantier :

  • Le menuisier d’agencement doit :
    • Assurer la pose des éléments d'agencement et des ensembles décoratifs, des mobiliers d'agencement, des habillages et plafonds décoratifs en bois massif et panneaux dérivés préalablement fabriqués en atelier.
  • Et pour cela il doit :
    • Lire et interpréter et parfois créer le plan d'installation
    • Préparer et approvisionner les éléments d’ouvrage à poser et les autres matériaux
    • Réceptionner les différentes fournitures et le décharger si nécessaire
    • Installer et positionner l’ensemble des équipements nécessaires à l a protection des sols et à l’exécution du chantier (protection de sols dans les sites habités,...).
    • Tracer les emplacements
    • Adapter les éléments reçus aux dimensions souhaitées
    • Procéder aux montages, habillages et assemblages nécessaires : murs, cloisons, racks, étagères, présentoirs, plafonds et faux plafonds, placards ; selon les demandes exprimées par le client
    • Procéder à la fixation des éléments
    • Effectuer éventuellement de petites retouches
    • Nettoyer et vider le chantier en fin d'activité
    • Participer à la réception du chantier faite par le chef d’équipe et le client

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Machines d’ateliers et machines-outils portatives en conformité
  • Perceuses, scies, ponceuses, tournevis, fer à souder (rare) en conformité
  • Equerre, niveau, fil à plomb
  • Chariots de manutention avec autorisation de conduite et éventuellement le CACES
  • Echelles, échafaudages en conformité et utilisés suivant les recommandation de l’INRS
  • Energie électrique dont les branchements doivent être réalisées impérativement par du personnel habilité en fonction des caractéristiques du courant (habilitation électrique de différents niveaux) et des tableaux de distribution mis à disposition par le donneur d’ordres.
  • Matériel mis à disposition de l’opérateur par une tierce personne avec écrit spécifique précisant les conditions de prêt et la conformité

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Bois massif
  • Panneaux préfabriqués (mélaminés, agglomérés notamment médium, stratifiés, placoplâtre), PVC, verre, aluminium et métaux divers pour étagères et supports
  • Ossature de support
  • Colles, peintures (retouches), laques, solvants, silicone.

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail dans le cadre d'une petite équipe qui se déplace
  • Travail parfois réalisé dans des magasins pendant la période d'ouverture au public ou chez des particuliers en leur présence. Dans ce cas un plan de prévention doit être établi afin de prévenir tout risque d’accident à cause des interférences entre personnes circulant à proximité du lieu de travail de l’exécutant

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Utiliser les équipements de travail en conformité (outils, échelles, échafaudages, escabeaux ..) numérotés et dont les visites réglementaires sont consignés dans le registre spécial
  • Respecter les consignes relatives à la co-activité en appliquant les procédures du PHS indiquant les mesures de prévention à mettre en œuvre
  • Respecter des consignes verbales ou écrites de son supérieur hiérarchique et travailler sous son contrôle ponctuel.
  • Porter des d’EPI
  • Etre autonome pour le choix du matériel nécessaire ainsi que du mode opératoire dans l'exercice de ses activités
  • Travailler avec soin et précision
  • Signaler à son chef hiérarchique toute gêne dans l’exécution de la tâche qui porterait atteinte à sa sécurité ou à la qualité de son travail
  • Ne pas exécuter des instructions données directement par le client sans avoir reçu l’accord du chef direct
  • Rendre compte-rendu du travail réalisé
  • Permis de conduire et CACES souhaitables
  • Connaissance des risques des produits manipulés (poussières de bois, produits de traitement, colles, peintures...) et des contraintes physiques (bruit, gestes répétitifs, port de charges, vibrations..) et utilisation des protections adaptées

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations et des protections adaptées. A discuter selon le poste en cas de maladie chronique ou de cancer, de troubles moteurs légers,  d'une surdi-mutité
  • Emploi incompatible avec la cécité, les troubles moteurs importants, les pathologies psychiatriques lourdes

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Conduite de véhicule léger pour se rendre sur le chantier
  • Conduite de chariot de manutention
  • D'autres travaux du second œuvre du BTP : plomberie, électricité, pose de faux plafonds, pose de cloison de plâtre, carrelage, moquette, peinture...
  • Pose d’appareils électroménagers
  • Encadrement d'équipe pour les plus anciens et/ou les titulaires d'un BT ou BP

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accidents de circulation sur le trajet et sur site
  • Renversement ou collisions de chariots à conducteur porté
  • Accidents dus à l'utilisation d’outils ou de machines : contusions ou plaies par projections de la pièce de bois, projections de copeaux
  • Blessure par outils : coupures
  • Chute de hauteur ou de plain-pied
  • Projections oculaires : copeaux, produits chimiques
  • Electrocution par contact avec le courant
  • Accidents de manutention : chutes de la charge avec risque d’écrasement ou de plaies, lumbago

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Poussières de bois pouvant être responsable de cancers primitifs de l'ethmoïde et des sinus de la face
  • Vibrations des outils portatifs
  • Travail en hauteur
  • Contraintes visuelles : travail en lumière artificielle le plus souvent
  • Bruit des machines à bois de l’atelier, des machines portatives
  • Bruit de la circulation, bruit d'ambiance
  • Manutention de charges lourdes et/ou volumineuses pour le chargement/déchargement des matériaux ; port des outils portatifs
  • Gestes répétitifs avec risques de troubles musculo-squelettiques (TMS)
  • Contraintes posturales

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Produits de traitement des bois (aldéhyde formique, tétraborate de sodium …)
  • Colles, résines thermodurcissables au formol ou thermoplastiques vinyliques, cellulosiques, néoprène
  • Peintures, vernis, laques, solvants

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Risque infectieux : tétanos en cas de plaies, écorchures, piqûres

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Adaptation permanente aux commandes différentes et aux changements de chantier (trouver le lieu, s'organiser pour la livraison, s'entendre avec le client local pour travailler dans de bonnes conditions pour tous, se loger)
  • Pression du temps pour terminer dans les délais
  • Repliement de chantier rapide et souvent en dehors des horaires normaux de travail
  • Risque routier (éloignement, rapidité, stationnement en zones difficiles)
  • Déplacements pour la semaine et parfois plus, avec découcher
  • Dépassements d'horaires pour finir les chantiers
  • Travail de nuit et/ou de week-end
  • Conduite nocturne (début et fin de chantier)
  • Travail en contact avec le public (problème de sécurité)

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°42 RG : Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels
  • Tableau n° 43 RG : Affections provoquées par l’aldéhyde formique et ses polymères
  • Tableau n°43 bis RG : Affections cancéreuses provoquiées par l'aldéhyde formique
  • Tableau n°47 RG : Affections professionnelles provoquées par les poussières de bois
  • Tableau n°51 RG : Maladies professionnelles provoquées par les résines époxydiques et leurs constituants
  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°65 RG : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique
  • Tableau n°66 RG : Rhinite et asthmes professionnels
  • Tableau n°69 RG : Affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils, outils et objets et par les chocs itératifs du talon de la main sur des éléments fixes
  • Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel
  • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Lombalgies
  • Obésité en cas d'horaires irréguliers
  • Risque de vertiges par inhalation de solvants de colles ou de vernis dans des locaux mal ventilés

8. SURVEILLANCE MEDICALE

  • Les ouvriers travaillant dans les métiers du bois sont soumis à une surveillance médicale renforcée en raison du travail au bruit et du contact avec des poussières de bois.

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche puis visites périodiques annuelles
  • Pour les jeunes de moins de 18 ans, interdiction du travail sur certaines machines dangereuses
  • A l'embauche : éviter d'exposer les personnes atteintes de pathologie ORL (rhinite allergique, sinusite) ou respiratoire allergique , vérifier l'aptitude au port de charges
  • Visites annuelles : rechercher par l'interrogatoire l'apparition de symptômes ORL (rhinorrhée, obstruction nasale, épistaxis, sinusite), respiratoire (asthme, toux) ou cutanés (eczéma) ; adresser au spécialiste si nécessaire

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Pas d'examen complémentaire obligatoire pour l'exposition aux poussières de bois mais le contrôle de l’environnement est obligatoire
  • A l'embauche : Epreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) de référence
  • Visites ultérieures : EFR, radiographie pulmonaire, rhinoscopie, nasofibroscopie, radiographie des sinus pourront être pratiqués en cas d'apparition de symptômes
  • Audiogramme en cas d'exposition associée au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail)
  • Bilan biologique éventuellement en fonction des produits chimiques utilisés

8.3. VACCINATIONS

  • Rappel DTPolio tous les 10 ans conseillé

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • Obligatoire pour l'exposition au bois :
    • Examen médical par un médecin spécialiste en oto-rhino-laryngologie (ORL) tous les deux ans
    • Examens radiologiques pulmonaires et des sinus de la face, complétés éventuellement par 5 ou 6 coupes frontales d'un scanner des sinus tous les deux ans

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Pour l'exposition à des substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction :
    • Contenu du dossier médical :
      • dates et résultats des examens médicaux complémentaires pratiqués
      • double de la fiche individuelle d'exposition établie par l'employeur, transmise au médecin du travail
    • Conservation du dossier médical pendant au moins 50 ans après la fin de la période d'exposition

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Bruit
  • Pollution par les poussières de bois avec nécessité d’une évacuation organisée
  • Pollution par les emballages divers
  • Risque d’incendie en raison de la manipulation de poussières de bois et de solvants

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS  D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Poussières de bois : prélèvements d'atmosphère ;  VLEP 1 mg/m3 sur 8 heures
  • Agents chimiques : prélèvements d'atmosphère et analyses des vapeurs, gaz, poussières ; voir VLEP (article R4412-149 du code du travail)
  • Bruit :
    • Mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
    • Valeurs limites d'exposition :
      • niveau d'exposition quotidienne au bruit de 87 db(A)
      • ou niveau de pression acoustique de crête de 140 dB(C)
  • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail
  • Vibrations transmises aux bras et aux mains :
    • Mesures de vibrations transmises aux bras et aux mains
    • Valeur limite d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8 heures : 5 m/s2 pour les vibrations transmises aux mains et aux bras

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Respect de la réglementation en matière dévaluation et de prévention des risques
  • Elaboration des procédures industrielles adéquates
  • Remplacement des produits dangereux par des produits moins dangereux
  • Travail en vase clos
  • Traitement acoustique des locaux
  • Captage et aspiration des poussières au plus près de la source et élimination dans un circuit spécialisé
  • Prélèvements réguliers d'atmosphère pour mesurer l'empoussièrement et contrôle régulier du respect de la valeur limite d'exposition professionnelle (valeur limite de moyenne d'exposition professionnelle mesurée ou calculée par rapport à une période de 8 heures) aux poussières de bois est de 1 mg/m3
  • Communication des résultats des prélèvements d’atmosphère au médecin du travail, au CHSCT ou à défaut, aux délégués du personnel
  • Respect des échéances des vérifications périodiques pour l’ensemble des équipements
  • Interdiction des soufflettes et utilisation d’aspirateurs adaptés
  • Communication des fiches de données de sécurité pour signaler les mesures de prévention à mettre en œuvre (aération, ventilation, masque, gants, lunettes...)
  • Stockage des produits en petites quantités dans des récipients étiquetés suivant la normalisation indiquées par le fournisseur
  • Branchements électriques réalisées par du personnel habilité en fonction des caractéristiques du courant (habilitation électrique de différents niveaux) et des tableaux de distribution mis à disposition par le donneur d’ordres
  • En cas de co-activité un plan de prévention doit être établi afin de prévenir tout risque d’accident à cause des interférences entre personnes circulant à proximité du lieu de travail de l’exécutant
  • Aides à la manutention

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Lorsque les mesures de protection collectives s’avèrent insuffisantes ou impossible à mettre en oeuvre :
    • Port de masques antipoussières correspondant bien aux exigences du poste et dont l'employeur doit s'assurer qu'ils sont effectivement portés. Le port est obligatoire lorsque la concentration en poussière de bois est susceptible de dépasser la VLEP (1mg/m3). Demi-masque muni d’un filtre au minimum P2 ou pièces faciales filtrantes au minium FFP2 en fonction de la concentration au poste de travail.
    • Port de protections auditives
    • Port de casque, de chaussures de sécurité, de cottes, de gants

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Organisation par l'employeur d'une formation à la sécurité et d'une information des travailleurs susceptibles d'être exposés à l'action d'agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction
  • Consignes de sécurité concernant le travail en hauteur
  • Formation  et sensibilisation à l'hygiène corporelle : nécessité d'une hygiène rigoureuse
  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Code du travail :
    • Article R4412-149 : Valeur limite d'exposition professionnelle. VLEP pour les poussières de bois : 1 mg/m3.
    • Articles R4412-44, R4412-45 et R4412-47 : Surveillance médicale renforcée pour l'exposition aux agents cancérogènes
    • Articles R4435-1 à R4435-4 : Surveillance médicale renforcée pour l'exposition au bruit
  • Code de la sécurité sociale :
    • Article D461-25 : Exposition aux agents cancérogènes durant l'activité salariée.
  • Autres textes :
    • Arrêté du 18 septembre 2000 complétant l'arrêté du 5 janvier 1993 fixant la liste des substances, préparations et procédés cancérogènes au sens du deuxième alinéa de l'article R. 231-56 du code du travail. Travaux exposant aux poussières de bois inhalables.
    • Arrêté du 28 février 1995 pris en application de l'article D. 461-25 du code de la Sécurité sociale fixant le modèle type d'attestation d'exposition et les modalités d'examen dans le cadre du suivi post-professionnel des salariés ayant été exposés à des agents ou procédés cancérogènes. Annexe II (Modalités d'examen dans le cadre du suivi post-professionnel).
    • Circulaire n°10 du 29 avril 1980 relative à l'application de l'arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale
    • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance spéciale.

11.2. RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R269 Utilisation des produits de traitement du bois et travail des bois traités

11.3. NORMES

NORMES (AFNOR)

  • NF EN ISO 14738. Mai 2003. Sécurité des machines - Prescriptions anthropométriques relatives à la conception des postes de travail sur les machines.
  • NF EN 352-7. Mai 2003. Protecteurs individuels contre le bruit - Exigences de sécurité et essais - Partie 7 : bouchons d'oreilles à atténuation dépendante du niveau.
  • NF EN 352-6. Mai 2003. Protecteurs individuels contre le bruit - Exigences de sécurité et essais - Partie 6 : serre-tête avec entrée audio-électrique.
  • NF EN 352-5. Mai 2003. Protecteurs individuels contre le bruit - Exigences de sécurité et essais - Partie 5 : serre-tête à atténuation active du bruit.
  • NF EN 1807. Décembre 1999. Sécurité des machines pour le travail du bois - Machines à scier à ruban
  • NF E64-620. Avril 1999. Machines à bois - Sécurité - Protecteurs
  • NF EN 847-1. Août 1997. Outils pour le travail du bois - Prescriptions de sécurité - Partie 1 : outils de fraisage, lames de scies circulaires

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. H2206 Réalisation de menuiserie bois et tonnellerie. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 7115 Charpentiers en bois et menuisiers du bâtiment - 7124 Monteurs en isolation thermique et acoustique - 7317 Métiers de l’artisanat sur bois et sur matériaux similaires. (B.I.T.) (2008)
  • Poussières de bois. Prévenir les risques. ED 974. (INRS) (2006)
  • Fiche d'entreprise Menuiserie (2005)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 211b Artisans menuisiers du bâtiment, charpentiers bois - 214b Artisans du travail mécanique du bois - 632j Monteurs qualifiés en agencement, isolation - 627d Ouvriers qualifiés des scieries, de la menuiserie industrielle et de l’ameublement - 681b Ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment - 675b Ouvriers non qualifiés du travail du bois et de l’ameublement. (INSEE) (2003)
  • Dysfonctionnement des dépoussiéreurs de l'industrie du bois. Etude de deux principes d'appareils de détection. Note documentaire ND 2121-180-00. (INRS) (2000)
  • Conception des dispositifs de captage sur machines à bois. ED 841. (INRS) (2001)
  • Ateliers bois : des efforts à poursuivre. Travail et sécurité, n°613, décembre 2001. (INRS)
  • Action participative par branche. Charpente menuiserie du bâtiment. Poussières de bois : les solutions à mettre en œuvre. Guide pratique. Institut de recherches appliquées au bois. (IRABOIS) (2000)
  • Résultats de l'enquête "SUMER 94". Expositions aux poussières de bois. Documents pour le médecin du travail, n°79, 3e trimestre 1999. (INRS)
  • Guide de prévention pour le travail mécanique du bois (CRAMIF) Service prévention des risques professionnels (1999)
  • Dix questions autour des poussières de bois. Centre technique du bois et de l'ameublement. (CTBA) (1999)
  • Deuxième transformation du bois. Guide pratique de ventilation. ED 750 (INRS) (1999)
  • • Machines à bois. Manuel pratique de prévention 28.C1 P 01 99. (OPPBTP) (1999)
  • Aspiration des poussières : principes de base. Fiche de sécurité A3 F 06 99. (OPPBTP) (1999)
  • Stratégie de dépistage des cancers ORL dus aux poussières de bois. Archives des maladies professionnelles, volume 59, n°3, mai 1998 (Masson)
  • Les métiers du bois. Charpentier, menuisier-agenceur, constructeur d'escalier, ébéniste, sculpteur, tourneur. ECO-Guide professionnel (1 dossier, 9 fiches) (ECO-Conseil entreprise). Institut européen pour le conseil en environnement (1997)

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Nicole Motsch (médecin du travail retraité) (BF) (95), Pierrette Trilhe (médecin du travail retraité) (BF) (37)
  • DATE DE CREATION : Mai 2008
  • RELECTEURS :
  • DERNIERE MISE A JOUR : Janvier 2010

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).