Fiches de métiers

 Au travail !

Les fiches concernant la pénibilité sont sur le site

A vous de les relire !

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chaudronnier

 

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°258

ROME : H2902 CITP-08 : 7213 PCS 2003 : 212b - 623a - 673b

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Tôlier (il travaille les métaux en feuilles sur des tôles d'épaisseur relativement faible < 3 ou 4 mm,
  • alors que le chaudronnier travaille les métaux en feuilles de moyenne à forte épaisseur > 3 ou 4 mm), chaudronnier-tôlier traceur, chaudronnier-tuyauteur.

2. DEFINITION

  • Le chaudronnier conduit, de façon autonome, l'ensemble des opérations de transformation et de réparation des métaux en feuilles et profilés (traçage, débit, pliage, roulage, assemblage et parfois soudage, rechargement par apport de métaux) ainsi que le montage, l'installation et la réparation des tuyauteries en métaux ordinaires et en métaux spéciaux ( inox, titane...). Il est de plus en plus formé à l'utilisation des matériaux composites.
  • Il réalise la fabrication et la réparation d'ouvrages très variés en fonction du secteur d'activité dans lequel il intervient, avec la qualité et la précision requise par le dossier technique, tout en respectant les règles de prévention et de sécurité.
  • Il peut être amené à décalorifuger des tuyauteries,des cuves ou réservoirs, pour effectuer des réparations.
  • Son travail commence par la réception du dossier technique (ou dossier de fabrication) et s'arrête à la restitution de la pièce ou de l'ensemble chaudronné aux dimensions et tolérances requises.
  • Le chaudronnier doit être capable, à partir d'un plan d'ensemble, d'imaginer et de se représenter la pièce à fabriquer dans l'espace pour identifier et limiter les volumes afin de prévoir les développements. Sa formation de base en "traçage" est faite à partir de la géométrie dans l'espace dite "géométrie descriptive."
  • Le chaudronnier peut modéliser ou concevoir des pièces en 3D avec des prologiciels
  • En fonction de l'organisation du travail et de la taille de l'entreprise, le chaudronnier peut être appelé à travailler seul ou en équipe.
  • L'implantation des ateliers de chaudronnerie est généralement cohérente avec le processus de fabrication des produits chaudronnés. Ainsi retrouvons-nous une zone débit, une zone de traçage, formage et pliage, une zone d'assemblage-soudage et une zone contrôle.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Le travail des métaux en feuille est très diversifié et va des activités répétitives et peu spécialisées aux activités très qualifiées. Les emplois sont accessibles à partir du CAP , BEP, BAC PRO, et BTS . La qualification d'ingénieur est possible à partir d'un institut spécialisé.
  • des certifications de soudures spécifiques peuvent être demandées ou acquises
  • Un ou plusieurs Certificat(s) d'Aptitude à la Conduite En Sécurité -CACES- conditionné(s) par une aptitude médicale à renouveler périodiquement peu(ven)t être requis
  • l'emploi peut être accessible par la VAE

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

Structure

  • Dans des entreprises très variées
    • Entreprises de chaudronnerie, tôlerie, tuyauterie et de mécano-soudage
    • Services et entreprises de maintenance industrielle
  • Secteurs d'activités connexes : construction métallique, construction navale, aéronautique, automobile, nucléaire, pétrolier (raffinerie), plateforme en haute mer, forage.
  • L'activité est le plus souvent salariée - rarement comme travailleur indépendant

Lieux et locaux

  • En atelier
  • ou sur des chantiers

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • Prendre connaissance des ordres de production, de montage ou d'interventions de maintenance et de suivre l'ordonnancement et le planning des travaux établi par les bureaux des méthodes
  • Débiter des pièces en tôle et en profilés du commerce
    • Débiter une tôle de matériau courant à la cisaille guillotine, la cisaille à main ou grignoteuse
    • Réaliser des perçages, poinçonnages,grugeages, mandrinages manuellement ou à la machine, sur tôle et profilé.
    • Tracer un contour de pièce plane par tracés géométriques simples
    • Exploiter les différentes liasses de documents techniques de chaudronnerie pour préparer son intervention
    • Tronçonner-scier un tube ou profilé sur machine mécanique
    • Couper manuellement, par procédé thermique, des tôles et profilés
    • Ajuster un profil de pièce en respectant les tolérances prescrites
    • Contrôler les dimensions et la géométrie d'une pièce
  • Rouler des tôles et profilés du commerce
    • Exploiter les différentes liasses de documents techniq Dues de chaudronnerie pour préparer son intervention
    • Contrôler les dimensions et la géométrie d'une pièce
    • Rouler une tôle sur tout type de rouleuse
    • Cintrer un profilé, un tube, à la cintreuse à profilés
    • Calibrer-gabarier un profil de pièce chaudronnée
    • Cintrer manuellement à chaud sur forme un tube ou un profilé
  • Plier des pièces en tôle
    • Exploiter les différentes liasses de documents techniques de chaudronnerie pour préparer son intervention
    • Contrôler les dimensions et la géométrie d'une pièce
    • Calibrer-gabarier un profil de pièce chaudronnée
    • Saisir les données du profil d'une pièce sur une presse-plieuse à commande numérique
    • Equiper-régler les outillages d'une presse-plieuse
    • Régler les paramètres d'une presse plieuse à commandes manuelles
    • Conduire une production de pièces pliées en tôle sur presse plieuse réglée
    • Former un solide creux "développable" en tôle par plis successifs à la presse plieuse
  • Assembler-monter des ensembles chaudronnés
    • Exploiter les différentes liasses de documents techniques de chaudronnerie pour préparer son intervention
    • Couper manuellement, par procédé thermique, des tôles et profilés
    • Ajuster un profil de pièce en respectant les tolérances prescrites
    • Contrôler les dimensions et la géométrie d'une pièce
    • Redresser ou anticiper des déformations d'origine mécanique ou thermique
    • Assurer le positionnement et le réglage d'un ensemble chaudronné avant assemblage
    • Braser, souder par procédé MIG (Métal Inerte Gaz)MAG (Métal Activa Gaz), TIG (Tungstène Inerte Gaz), SAEE (Soudage Arc Electrode Enrobée) des joints soudés non soumis à qualification
    • Apprécier et réparer un défaut constaté sur un joint soudé non soumis à qualification
    • Former sur un tas, à la masse, des pièces spécifiques dont la fabrication n'est pas possible par un autre procédé

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Machine manuelle, machine classique, machine à commande numérique
  • Assembleuse, boulonneuse, cisailleuse, cintreuse, colleuse, contrôleuse formeuse, guillotine, planeuse, plieuse, pointeuse, presse, rouleuse, traceuse, tronçonneuse, forme,(riveteuse, agrapheuse pour le tôlier), lunette de géomètre
  • Marteaux, masses, maillets, pinces, pointes à tracer
  • Palan, chariot élévateur, pont roulant

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Acier de différentes épaisseurs et de différentes qualités, cuivre, étain, laiton, aluminium, zinc, titane, tôle galvanisée, matières synthétiques
  • Logiciels spécifiques : TAO, CAO, DAO
  • Produits de nettoyage

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Avec les caristes si besoin, les techniciens méthodes, le contrôle qualité, les responsables hygiène et sécurité, le chef d'atelier et/ou de service, les autres ateliers (rectification, traitement de surface...)
  • Coactivité possible

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Se représenter des volumes dans l'espace
  • Travailler avec précision
  • S'adapter à de nouvelles machines et technologies
  • S'intégrer dans une équipe
  • Communiquer avec des professionnels d'autres corps de métiers

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • L'emploi peut être accessible à certains types de handicaps moyennant des adaptations
  • L'emploi est peu compatible avec une cécité ou des troubles de la motricité des membres supérieurs

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Soudure : dans certaine entreprises le chaudronnier est employé comme agent de maintenance et à ce titre il a une formation complémentaire de soudeur occasionnel
  • Cariste
  • Une autre activité de mécanique
  • Gérer une équipe

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Risques de chutes :
    • De hauteur, particulièrement grave pour les monteurs et lors de la maintenance de certains appareils (ponts roulants...)
    • De plain-pied : sol gras et encombré
  • Accidents par chute de pièces
  • Contusion, écrasement, plaies par les machines
  • Blessures, coupures lors de la manutention de pièces
  • Brûlures
  • Projections dans les yeux solides ou liquides (étincelles, particules métalliques)

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Intempéries, rayonnement UV pour les chantiers en extérieur
  • Ambiance thermique des ateliers : Pas de chauffage, température basse en hiver, chaude en été
  • Poussières, fumées, aérosols en cas d'atelier proche de meulage, de soudure, de peinture
  • Travail en milieu hyperbare
  • Vibrations : vibrations de basses fréquences, transmises à l'ensemble du corps par les chariots automoteurs ; vibrations de fréquences moyennes transmises aux membres supérieurs : machines-outils avec présentation de la pièce à la main, machines-outils portatives
  • Electricité : risque d'électrocution avec postes de soudage
  • Explosion incendie : sur poste à soudure oxygène –acétylène
  • Bruit de l'atelier et des postes associés : grenaillage, sablage, meulage, poinçonnage, martelage, découpe de tôles, martelage, presse, cisailles, façonnage...
  • Petit temps de travail sur écran éventuellement (DAO, PAO)
  • Odeur de voisinage (soudure...)
  • Possibilité d'activité en milieu confiné (radon...)
  • Manutentions manuelles et mécaniques, contraignantes pour le rachis et les membres supérieurs
  • Contraintes posturales : station debout presque permanente ; travail à genoux, accroupi ; bras en surélévation ; rachis en flexion
  • Travail en hauteur sur certains chantiers

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Risques spécifiques : huiles de coupe , solvants, silice, plomb, nickel, chrome, cobalt, poussières de fer
  • Risques de voisinage : peintures par pulvérisation liquide (en principe pas de retouches de peinture par bombes aérosols) ; bains de traitement de surface
  • Risques CMR :
    • Huiles de coupe : huiles usagées riches en HAP (risque cancérogène)
    • Fumées de soudure (groupe 2B du CIRC : cancérogènes possibles) en cas de soudage à proximité du poste de travail
    • Fibres d'amiante sur les anciennes installations tant sur les joints que sur les tuyauteries, cuves et réservoirs
    • Fibres de verre (groupe 2B du CIRC) en tant que matériau utilisé en remplacement de l'amiante

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Tétanos en cas de blessures
  • Boutons d'huile (staphylocoques)
  • Leptospirose

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Opérationnelle, fonction de la charge de travail
  • Emotionnelle, fonction des relations de travail
  • Cognitive, relative à l'adaptation au travail par son apprentissage
  • Polyvalence
  • Déplacement pour des travaux en extérieur sur des chantiers (déplacement, découcher...)
  • Travail en 2 X 8 ou en 3 X 8 en atelier
  • Travail isolé ou travail en équipe

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°1 RG : Affections dues au plomb et à ses composés
  • Tableau n°4 bis RG : Affections gastro-intestinales provoquées par le benzène, le toluène, les xylènes et tous les produits en renfermant
  • Tableau n°9 RG : Affections provoquées par les dérivés halogénés des hydrocarbures aromatiques
  • Tableau n°10 RG : Ulcérations et dermites provoquées par l'acide chromique, les chromates et bichromates alcalins, le chromate de zinc et le sulfate de chrome
  • Tableau n°10 bis RG : Affections respiratoires provoquées par l'acide chromique, les chromates et bichromates alcalins
  • Tableau n°10 ter RG : Affections cancéreuses causées par l'acide chromique et les chromates et bichromates alcalins ou alcalinoterreux ainsi que par le chromate de zinc
  • Tableau n°12 RG : Affections professionnelles provoquées par les hydrocarbures aliphatiques halogénés énumérés ci-après : dichlorométhane ; trichlorométhane ; tribromométhane ; triiodométhane ; tétrabromométhane ; chloroéthane ; 1,1-dichloroéthane ; 1,2-dichloroéthane ; 1,2-dibromoéthane ; 1,1,1-trichloroéthane ; 1,1,2-trichloroéthane ; 1,1,2,2-tétrabromoéthane ; pentachloroéthane ; 1-bromopropane ; 2-bromopropane ; 1,2-dichloropropane ; trichloroéthylène ; tétrachloroéthylène ; dichloro-acétylène ; trichlorofluorométhane ; 1,1,2,2-tétrachloro - 1,2-difluoroéthane ; 1,1,1,2-tétrachloro - 2,2-difluoroéthane ; 1,1,2-trichloro - 1,2,2-trifluoroéthane ; 1,1,1-trichloro - 2,2,2-trifluoroéthane ; 1,1-dichloro - 2,2,2-trifluoroéthane ; 1,2-dichloro - 1,1-difluoroéthane ; 1,1-dichloro - 1-fluoroéthane
  • Tableau n°25 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières minérales renfermant de la silice cristalline (quartz, cristobalite, tridymite), des silicates cristallins (kaolin, talc), du graphite ou de la houille
  • Tableau n° 30 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante
  • Tableau n° 30 bis RG : cancer broncho-pulmonaire provoqué par l'inhalation de poussières d'amiante
  • Tableau n°36 RG : Affections provoquées par les huiles et graisses d'origine minérale ou de synthèse
  • Tableau n°36 bis RG : Affections cutanées provoquées par les dérivés suivants du pétrole : extraits aromatiques, huiles minérales utilisées à haute température dans les opérations d'usinage et de traitement des métaux, suies de combustion des produits pétroliers
  • Tableau n°37 RG : Affections cutanées professionnelles causées par les oxydes et les sels de nickel
  • Tableau n°37 bis RG : Affections respiratoires causées par les oxydes et les sels de nickel
  • Tableau n°42 RG : Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels
  • Tableau n°44 RG : Affections consécutives à l'inhalation de poussières minérales ou de fumées, contenant des particules de fer ou d'oxyde de fer
  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°69 RG : Affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils, outils et objets et par les chocs itératifs du talon de la main sur des éléments fixes
  • Tableau n°70 RG : Affections professionnelles provoquées par le cobalt et ses composés
  • Tableau n°70 bis RG : Affections respiratoires dues aux poussières de carbures métalliques frittés ou fondus contenant du cobalt
  • Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel : hydrocarbures liquides aliphatiques, alicycliques, hétérocycliques et aromatiques, et leurs mélanges (white spirit, essences spéciales) ; dérivés nitrés des hydrocarbures aliphatiques ; acétonitrile ; alcools, aldéhydes, cétone, esters, éthers dont le tétrahydrofurane, glycols et leurs éthers ; diméthylformamide, diméthylsulfoxyde
  • Tableau n°97 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par les vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entier
  • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Allergies (huiles, produits de nettoyage)

8. SURVEILLANCE MEDICALE

  • L’exercice de la profession  peut nécessiter une surveillance médicale renforcée (SMR) (Art R 4624-18 et 19)pour les expositions suivantes : substances et préparations dangereuses, bruit
  • Cette surveillance médicale renforcée comprend une visite médicale obligatoire avant l'embauche et au moins un ou des examens de nature médicale selon une périodicité n'excédant pas 24 mois.

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche (Art R 4624-10 à 15) puis visites périodiques (Art R 4624-16) et/ou à la demande (Art R 4624-17), visite de surveillance médicale renforcée si nécessaire (Art R 4624-18 et 19),  visite de pré-reprise et de reprise si nécessaire (Art R 4624 -20 à 24) selon la réglementation en vigueur
  • Visite médicale périodique
    • tous les six mois en cas de travail de nuit
    • bruit : l'arrêté du 31 janvier 1989 sur la surveillance des salariés exposés au bruit a été abrogé le 24 janvier 2016. Celui-ci proposait un contrôle audiométrique tonal en conduction aérienne
      • Dans l'année qui suit l'affectation au poste
      • Tous 3 ans  si Lexd  : 85 dBA  ≤ Leq < 90 dBA          
      •  Tous les 2 ans si Lexd : 90 dBA ≤ Leq 140 dB (C)
      • Tous les ans si Leq ≥ 100 dBA
    • Examen clinique avec contrôle neurologique, cutané (recherche de boutons d'huile), ostéoarticulaire, hépatique, urinaire
    • Recherche de la nature et de la durée de l'exposition aux différents risques et des anomalies éventuelles constatées (accident et incidents)

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES (Art 4624-25 à 27)

  • Audiogramme en cas d'exposition au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail) ; en cas de déficit auditif, orientation vers un spécialiste
  • Plombémie en cas d'exposition au plomb (articles R4412-152 et R4412-160 du code du travail) : la valeur limite biologique à ne pas dépasser est fixée à 400 microgrammes de plomb par litre de sang pour les hommes et 300 microgrammes de plomb par litre de sang pour les femmes
  • Bandelettes urinaires pour recherche d'hématurie en cas de contact avec des huiles minérales chauffées
  • En fonction des résultats des examens cliniques et des autres expositions :
    • Epreuves fonctionnelles respiratoires (spirométrie)
    • Visiotest, champ visuel
    • Electrocardiogramme d'effort selon l'âge et les antécédents
    • Tests dermatologiques
    • Surveillance hématologique, rénale et hépatique en fonction des produits utilisés

8.3. VACCINATIONS

  • Il est prudent de s’assurer que les vaccinations obligatoires prévues par le code de la santé publique ont été réalisées
  • Vaccinations obligatoires :
  • Un rappel antitétanique tous les 20 ans est recommandé entre 25 et 65 ans

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • Un suivi post professionnel est prévu par la législation pour l’exposition à certains risques :
  •  Les chaudronniers peuvent être concernés par un suivi professionnel pour les expositions suivantes :
    • Exposition à des agents CMR : amiante, chrome, au nickel
  • La demande doit être faite par le salarié qui doit joindre l’attestation d’exposition aux agents CMR remplie par l'employeur et le médecin du travail. 
  • Le contenu de cette surveillance est fixé dans l'Annexe II de l'arrêté du 28 février 1995 modifié

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Le dossier médical doit comporter le résultat des examens cliniques et des examens complémentaires pratiqués ainsi que la liste des risques, et la durée de l'exposition.
  • Il doit être conservé au moins 50 ans en cas d'exposition à des agents chimiques dangereux et/ou cancérogènes, 15 ans en cas d'exposition au bruit.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Bruit de voisinage
  • Déchets
  • Incendie : solvants...

10. ACTIONS PREVENTIVES

Les activités de chaudronnerie peuvent entrer dans le champ d'application des textes sur la pénibilité en raison des contraintes suivantes : manutention, postures pénibles, vibrations, exposition aux agents chimiques dangereuxbruit, travail de nuit, travail en équipes successives alternantes, travail répétitif

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Agents chimiques : prélèvements d'atmosphère et analyses des vapeurs, gaz, poussières ; voir VLEP (article R4412-149 du code du travail)
  • Ventilation : contrôle de l'efficacité
  • Bruit : mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
    • Mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre - (Voir norme NF EN ISO 4869. 2 août 1995. Acoustique - Protecteurs individuels contre le bruit - Partie 2 : estimation des niveaux de pression acoustique pondérés A en cas d'utilisation de protecteurs individuels contre le bruit).
    • Valeurs limites d'exposition :
      • niveau d'exposition quotidienne au bruit de 81 db(A)
      • ou niveau de pression acoustique de crête de 135 dB(C)
  • Vibrations :
    • Mesures de vibrations transmises aux bras et aux mains
    • Valeur limite d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8 heures :
      • 2.5 m/s2 pour les vibrations transmises aux mains et aux bras
      • 0.5 m/s² pour les vibrations transmises au corps entier
  • Manutention et contraintes posturales : analyse ergonomique de l'activité au poste de travail : postures, tonnage ...
  • Conditions de travail : Etude des plannings ...

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

Technique

  • Mécanisation des manutentions
  • Isolation et/ou insonorisation des machines bruyantes
  • Conformité des machines avec respect des contrôles périodiques obligatoires
  • Aspiration des poussières et des fumées à la source
  • Marquage au sol des allées de circulation et maintien de celles-ci libres

Organisationnelle

  • Permis de feu
  • Nettoyage, rangement régulier des postes de travail
  • Etablisseement de consignes en cas de co-activité
  • Etablissement de consignes en cas d'accident : n° d'appel d'urgence, conduite à tenir
  • Gestion des déchets solides et liquides

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Vêtements de travail (ensemble pantalon, veste) en coton ; ces vêtements devraient être en coton ignifugé, bien ajustés, dépourvus de plis, revers ou poches non dotées de rabats
  • Gants de protection
  • Protection antibruit en fonction du niveau de bruit par casque léger ou bouchons d'oreilles
  • Protection respiratoire : masques antipoussières type P3 ou cartouche
  • ARI pour soudure avec équipement portatif ou milieu confiné
  • Lunettes de protection enveloppantes
  • Protection des chevaux (attachés ou charlotte

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Connaissance des fiches de procédures
  • Information à l'embauche et régulièrement rappelée : ne pas fumer, ni boire, ni manger en travaillant ; ne pas enlever les sécurités sur les machines ; porter les équipements de protection individuelle
  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)
  • Formation de sauveteur secouriste du travail (SST)
  • Formation incendie

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Internationaux et européens

  • Directive 89/391/CEE du Conseil, du 12 juin 1989, concernant la mise en oeuvre de mesures visant à promouvoir l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs au travail
  • Directive 89/686/CE 21/12/1989  concernant le rapprochement des législations des états membres relatives aux équipements de protection individuelle.

Français

11.2. RECOMMANDATIONS ET NORMES

11.2.1. RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 290 : Montage - levage des constructions métalliques
  • R 407 : Sécurité lors des interventions sur machines, appareils et installations
  • R 422 : Sécurité lors des interventions sur machines, appareils et installations
  • R 443 : Soudage à l'arc électrique et coupage
  • R 451 : Prevention des risques chimiques causés par les fluides de coupe dans les activités d'usinage de métaux
  • R 474 : Organisation des travaux de maintenance en tuyauterie et chaudronnerie sur sites chimiques et pétroliers

11.2.2. NORMES (AFNOR)

  • NF EN ISO 14738. Mai 2003. Sécurité des machines - Prescriptions anthropométriques relatives à la conception des postes de travail sur les machines
  • NF EN ISO 11226 : Ergonomie — Évaluation des postures de travail statiques
  • NF EN 1005-4 (X 35-106-4): Sécurité des machines - Performance physique humaine - Partie 4 : Évaluation des postures et mouvements lors du travail en relation avec les machines
  • NF EN 352-7. Mai 2003. Protecteurs individuels contre le bruit - Exigences de sécurité et essais - Partie 7 : bouchons d'oreilles à atténuation dépendante du niveau.
  • NF EN 352-6. Mai 2003. Protecteurs individuels contre le bruit - Exigences de sécurité et essais - Partie 6 : serre-tête avec entrée audio-électrique.
  • NF EN 352-5. - Protecteurs individuels contre le bruit. - Exigences de sécurité et essais. - Partie 5 : serre-tête à atténuation active du bruit

11.3. CONVENTION COLLECTIVE ET ACCORDS DE BRANCHE

12. DOCUMENTATION ET BIBLIOGRAPHIE

Classification

  • ROME Les fiches métiers. H2902 Chaudronnerie - tôlerie. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 7213 Tôliers-chaudronniers. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 212b Artisans chaudronniers - 623a Chaudronniers-tôliers industriels, opérateurs qualifiés du travail en forge, conducteurs qualifiés d'équipement de formage, traceurs qualifiés - 673b Ouvriers de production non qualifiés travaillant par formage de métal. (INSEE) (2003)

Les fiches métiers

Documents

13. ADRESSES UTILES

  • Union des Industries et Métiers de la Métallurgie : UIMM

REDACTION

Pour toutes remarques et propositions de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).