Fiches de métiers

Technicien hygiène - sécurité - environnement (HSE)

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°158

ROME : H1303 CITP-08 : 3152 INSEE : 387f

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Intervenant en prévention des risques professionnels (IPRP est employé par le service de santé du travail mais son employeur principal est la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi). Cependant, l’IPRP peut avoir des conventions avec l’employeur de l’entreprise où il se trouve. Les IPRP peuvent être consultant (externe à l’entreprise), être aussi des SST (Sauveteur Secouriste au Travail)
  • Technicien sécurité, animateur sécurité, ingénieur de sécurité, ergonome, hygiéniste. Consultant ou responsable Hygiène Sécurité Environnement ou Qualité HSE. Le technicien peut être aussi un IPRP mais il est régi par cadre réglementaire plus strict. Le technicien HSE est employé par l’employeur de l’entreprise qui le demande.

2. DEFINITION

  • Le technicien hygiène - sécurité - environnement a pour mission de réduire les risques au travail: accidents, bruits... Il analyse et identifie les risques aux postes de travail ou dans une entreprise, les hiérarchisent et propose des mesures de prévention et des plans d’actions à mettre en place pour éviter d’autres accidents. Le technicien est pluridisciplinaire, et donc, il peut intervenir dans bon nombres de domaines comme la sécurité des opérateurs, de l’environnement, être animateur de quarts d’heure sécurité, informer ou former des salariés à certains risques... C’est lui qui doit trouver et proposer des solutions aux problèmes établis par l’analyse qu’il a faite et ainsi de persuader le directeur ou le personnel du site que sa démarche est bénéfique pour l’endroit où il travaille.
  • Il peut intervenir dans différentes spécialités en particulier l'ergonomie, la toxicologie, l'hygiène industrielle et l'organisation du travail. Il peut être salarié d'un service interentreprises de santé au travail et participer à la pluridisciplinarité, ses interventions se faisant dans les entreprises adhérentes. Il peut aussi être salarié d'une grande entreprise.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L’emploi est accessible dès un Bac +2, niveau d’étude de 5 ans en classification européenne (DUT HSE, BTS métiers des services à l’environnement…).
  • Bac+3, niveau d’étude de 6 ans en Europe (Licence pro: qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement).
  • Bac+4, niveau d’étude de 6 ans en Europe (Responsable qualité environnement sécurité…).
  • Bac+5, niveau d’étude de 7 ans en Europe (diplôme d’ingénieur ou master dans une spécialité comme la chimie, les risques environnementaux…).
  • Bac+6 (Master spécifique dans un domaine)

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Structure : L'activité s'exerce dans les entreprises adhérant à un service interentreprises de santé au travail ou dans une grosse entreprise avec ou sans filiales.
  • Statut : Le technicien est salarié de la structure qui l'emploie
  • Lieux d'exercice : les services interentreprises, les entreprises et leurs dépendances

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

L'activité consiste à :

  • Aide à l'identification et à l'évaluation des risques professionnels en entreprise (Document Unique)
  • Détection et évaluation des dangers relatifs aux différentes installations présentes dans l'entreprise
  • Recensement et analyse des fiches de données de sécurité (étude détaillée et comparaison des données avec d'autres documents pour réévaluer la fiche, la critiquer et la compléter si besoin)
  • Audits sécurité selon la réglementation en vigueur (conformité des machines par exemple)
  • Création et mise en forme de topos d'information des salariés sur les risques professionnels
  • Campagne de sensibilisation sur différents thèmes liés à la prévention des risques professionnels ou de santé publique
  • Approche ergonomique des postes de travail
  • Relevés métrologiques aux postes de travail : sonométrie, luxmétrie, luminancemétrie, prélèvements d'atmosphère, mesures de vitesses d'air sur des dispositifs de ventilation...
  • Veille réglementaire
  • Etudes bibliographiques et recherches documentaires
  • Contacts et liaisons avec les différents partenaires de prévention (CRAM INRS, ANACT)
  • Mise en place d'actions préventives en vue d'une réduction des accidents du travail :
    • analyse des AT par la méthode de l'arbre des causes : action à posteriori
    • visites d'entreprises, d'atelier, élaboration de questionnaires : action à priori
  • Rédaction et mise en page de dossiers divers (études, rapports, enquêtes, analyse d'AT...)
  • Visites d'adhésion pour les entreprises nouvellement adhérentes, repérage des risques
  • Participation à des réunions avec les médecins du travail

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Pour l'activité en entreprise : mètre, boussole, thermomètre, hygromètre, sonomètre, luxmètre, luminance-mètre, cardiofréquencemètre, Draëger, fumigène, ordinateur portable, appareil photo numérique, caméra vidéo, caméra thermique
  • Pour l'activité bureautique : ordinateur, tablette, divers logiciels, scanner, internet, téléphone, fax, photocopieur, logiciels de vidéo-conférence

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Réactifs pour les prélèvements d'atmosphère

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Les médecins du travail du service interentreprises ou de l'entreprise
  • Les employeurs et les salariés des entreprises
  • Les organismes de prévention : CRAM, INRS, ANACT...
  • Le comité social et économique (CSE) qui instaure une commission de santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT)

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Savoir s’organiser
  • Avoir un esprit d’analyse et de synthèse
  • Avoir un bon contact avec des publics variés
  • Savoir faire preuve de diplomatie
  • Etre capable de développer un argumentaire adapté pour convaincre ses interlocuteurs
  • Savoir travailler en équipe
  • Avoir un niveau correct en anglais
  • Maîtrise des outils informatiques
  • Etre polyvalent et savoir s’adapter

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : certaines maladies chroniques et cancers, de petits troubles moteurs, des troubles ostéoarticulaires légers
  • Emploi peu compatible avec la cécité, la surdimutité

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Participation à des études épidémiologiques, rédaction d'articles ayant trait à la santé et à la sécurité au travail.
  • Selon la formation individuelle des techniciens, certains domaines de compétences peuvent leur permettre de traiter des dossiers spécifiques comme le conseil au transport des matières dangereuses, la sécurité des ERP, le risque incendie, l'environnement...
  • Avoir des responsabilités de responsable HSE
    • Élaborer la politique HSE.
    • Réaliser le reporting HSE
    • Faire appliquer la politique HSE.

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accidents de la route lors des déplacements en entreprise
  • Accidents de mission liés aux différents risques des entreprises visitées
  • Accidents liés aux risques de l'entreprise où intervient le technicien HSE

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail sur écran
  • Bruit dans certaines entreprises
  • Manutention du matériel utilisé pour les interventions en entreprises
  • Risques liés à l'entreprise ou au poste de travail étudié

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Selon les entreprises visitées

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Risques infectieux potentiels en cas d'intervention en milieu exposant à des agents biologiques

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Agression verbale  des employeurs à l'occasion des propositions d'aménagement des conditions de travail
  • Mépris des conseils de prévention aussi bien du côté des salariés que des employeurs
  • Réticence de certains médecins du travail à accepter la pluridisciplinarité
  • Travail possible tôt le matin ou tard le soir pour tenir compte des horaires des salariés dont les postes sont étudiés
  • Nécessité de travailler dans l'urgence quand une intervention rapide est demandée
  • Relations pouvant être difficiles avec les travailleurs (lorsqu'il faut faire appliquer des consignes ...)

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Stress
  • Dépression
  • lombalgies et autres troubles musculosquelettiques non reconnus en maladie professionnelle

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. REGLEMENTATION DE LA SURVEILLANCE DE LA SANTE AU TRAVAIL  (R 4324-10 et suivants)

8.1.0. Généralités

  • la surveillance médicale des salariés est obligatoire avec des modalités variables
  • Depuis le 1er janvier 2017, en fonction de l’analyse des risques et de sa situation personnelle le salarié relève :
    • Soit d’une visite d’information et de prévention (VIP) assurée par un professionnel de santé
    • Soit d'un suivi individuel adapté (SIA)
    • Soit d’un suivi individuel renforcé (SIR) assurée par le médecin du travail. 
  • sauf cas particulier (personne handicapée, exposition à des risques spécifiques ..) le technicien HSE relève d'une visite d'information et de prévention. 

8.1.1. Les salariés doivent bénéficier

  • d'une étude de poste
  • d'une visite d'embauche, de visites de suivi systématique, de visites à leur demande si nécessaire
  • d'examens complémentaires si nécessaire

8.2. CONTENU DE LA SURVEILLANCE MEDICALE

  • Clinique : Visite d'information et de prévention (VIP) assurée par un professionnel de santé et comportant
    • un interrogatoire sur les conditions de travail, le mode de vie ; 
    • la recherche d'antécédents allergiques, de pathologies chroniques, d’addictions ;
    • un examen clinique avec la surveillance de l'indice corporel (IMC = P/T²), de l'audition, de la vision, de l’état cutané, ostéo-articulaire, de l'état cardiovasculaire, de l'état veineux, de l'état respiratoire, 
    • un bilan du stress, éventuellement
    • des conseils de santé et sécurité, etc....
  • Examens complémentaires  
    • Pas à priori - A discuter en fonction de l'exposition à certains risques spécifiques
  • Vaccinations
    • Rappel antitétanique conseillé tous les 20 ans entre 25 et 65 ans et tous les 10 ans avant ou après ces âges.
    • Grippe, Covid
  • Suivi post-professionnel : néant sauf expositions particulières
  • Dossier médical : 
    •  La tenue d'un dossier médical est obligatoire. Ce dossier peut être consulté par le salarié.
    • Il doit contenir les informations :
      • Sur les postes occupés et les risques liés à ces postes
      • Le résultat des visites médicales et des examens complémentaires
    • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel

 9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pas à priori.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS  D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Ergonomie de l'aménagement du bureau de travail : dimensions, implantation de l'écran...
  • Eclairage : mesurages effectués à l'aide d'un luxmètre, d'un luminancemètre...
  • Ambiance thermique : mesurages à l'aide d'un thermomètre, d'un thermohygromètre...
  • Ambiance sonore : mesurage à l‘aide d’un sonomètre

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

10.2.1. Prevention technique

  • Bureau pour le travail administratif aménagé de façon ergonomique 
  • Véhicule de service ou de fonction en bon état, régulièrement entretenu

10.2.2. Prévention organisationnelle

  • Organisation du planning rationnelle, permettant d'optimiser les déplacements et de disposer d'un temps suffisant pour les concertations et comptes-rendus
  • Mise en pratique d'un travail collectif et valorisant pour tous 

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Port d'équipements de protection individuelle si nécessaire, selon les interventions (exemples : bottes et/ou chaussures et/ou lunettes de sécurité, casque ou encore gilet de haute visibilité)

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • A l'évolution des techniques industrielles
  • Au suivi de la réglementation
  • Aux techniques de communication
  • Aux techniques d’aide aux personnes en danger

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Code de la route
    • conduite sous l'influence de l'alcool (Art L 234-1 à 18 et art R234-1 à 7) ou des stupéfiants (Art L 235-1 à 5 et Art R 235-1 et 2)
    • Arrêté du 21 décembre 2005 fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée (fichier pdf 307 Ko).
  • Code du travail

11.2. RECOMMANDATIONS

  • Néant

11.3. NORMES

  • Les normes applicables pour le technicien HSE vont être les normes liées au port des EPI lors des interventions dans les entreprises, sur les chantiers, ou les autres endroits avec le port des EPI obligatoires. Les normes imposables vont donc être celles liées aux équipements et aux matériels que le technicien a dans une entreprise ou dans l’endroit où il travaille.
  • En cas de mise en place d'un système de management intégré le technicien HSE doit tenir compte des référentiels ISO 9001 (pour la qualité), ISO 45001 (pour la sécurité) et ISO 14001 (pour l'environnement) 

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. H1303 Intervention technique en hygiène, sécurité, environnement - HSE industriel. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 3152 Inspecteurs de sécurité et d'hygiène, et contrôleurs de qualité. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 387f Ingénieurs et cadres techniques de l'environnement. (INSEE) (2003)
  • Site ONISEP: fiche “chargé/e hygiène sécurité environnement HSE”
  • Site de légifrance pour la réglementation : https://www.legifrance.gouv.fr
  • Pluridisciplinarité. Archives des maladies professionnelles, volume 63, octobre 2002. (Masson)
  • La pluridisciplinarité en santé au travail. Stratégies et facteur humain, n°5, juillet-août 2002.

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Nicole Motsch (médecin du travail) (AMETIF) (95), Véronique Demortière et Sylvie Piot (techniciennes hygiène, sécurité et environnement) (AMETIF) (95)
  • DATE DE CREATION : Octobre 2004
  • RELECTEURS : Victor BRETON, Camille COUTAZ, Léa DENDREAL, Astrid THIEURMEL (IUT GON - Dpt HSE - Site de Vire) - Sybille CZERNIAKOWSKI (AFTIM)
  • DERNIERE MISE A JOUR : décembre 2020

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).