Fiches de métiers

 ACTUALITES RECENTES - ENQUETES EN COURS

 - Participez à l'enquête d'évaluation sur le document unique organisée par notre partenaire la Fédération des Acteurs de la Prévention - Présentation des résultats le 3 octobre 2017 http://app.evalandgo.com/s/?id=JTk1cCU5OWglOUMlQUI=&a=JTlBcSU5QXAlOUU=

- Consulter le guide d'évaluation de la pénibilité des métiers de l'agriculture édité par le Ministère sur http://agriculture.gouv.fr/evaluation-de-la-penibilite-au-travail-de-metiers-de-lagriculture-suivez-le-guide

***

L'ordonnance n° 2017-53 du 19 janvier 2017 crée le compte personnel d'activité (CPA) au profit des agents publics des 3 fonctions publiques et leur donnent de nouvelles garanties en matière de sécurité et de santé au travail (voir la fiche FPT)

Le décret n° 2016-1908 du 27 décembre 2016 sur la modernisation de la médecine du travail a été publié au JO du 29 décembre 2016. Il est applicable à compter du 1er janvier 2017. Un résumé du décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 sur le suivi des salariés est sur le site dans l'espace fiche des métiers. Il remplace les informations du point 8.1 des fiches qui est devenu obsolète

Le décret n° 2016-1074 du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux sur les champs électromagnétiques est entré en application le 1er janvier 2017

Les fiches concernant la pénibilité sont sur le site

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Femme de chambre

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°128

ROME : G1501 CITP-08 : 9112 INSEE : 561f

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Employée d'étage, valet de chambre, agent d'entretien en hôtellerie.

2. DEFINITION

  • La femme de chambre assure le nettoyage des chambres, des sanitaires et des parties communes d'un établissement d'hébergement collectif.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L'emploi est accessible avec une formation de niveau V.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Hôtels et restaurants de toutes catégories
  • Centres de loisirs avec hébergements

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

L'activité consiste à :

  • Au local de la gouvernante :
    • Prendre connaissance du planning et des consignes de la gouvernante
  • Dans la réserve :
    • Se réapprovisionner en petites fournitures, produits d'entretien, matériel de nettoyage et linge propre pour la journée
    • Ranger éventuellement le tout sur le chariot
    • Déposer le linge sale ou le vider dans une trappe
    • Prendre ou ranger l'aspirateur
  • Dans les chambres :
    • Le matin :
      • Ouvrir la porte et la bloquer
      • Aérer la chambre en ouvrant la fenêtre
      • Enlever le linge sale : draps, serviettes (cas de la chambre à blanc)
      • Vider les poubelles
      • Pulvériser les produits sanitaires dans la salle de bain et les toilettes
      • Faire le ou les lits avec des draps propres et remettre le dessus de lit
      • Nettoyer la salle de bain (lavabo, baignoire, douche, bidet, toilettes, glaces, carrelages, sol)
      • Dépoussiérer la chambre (meubles, plinthes, télévision)
      • Suspendre ou ranger les effets personnels (cas de la chambre en recouche)
      • Réassortir le linge de toilette, le papier toilette, les petites fournitures (produits d'accueil, produits d'hygiène, produits alimentaires sous sachet) et les consommations du minibar
      • Passer l'aspirateur dans la chambre et devant la porte
      • Pulvériser du parfum désodorisant
      • Refermer la porte après avoir vérifié que rien n'a été oublié
    • Le soir :
      • Préparer la chambre pour la nuit (ouvrir le lit, replier le dessus de lit)
      • Mettre le tapis de bain sur le sol
      • Apporter une touche personnelle à la chambre (décorer les lits, plier les pyjamas, fermer les volets, tirer les rideaux)
    • A intervalles réguliers :
      • Effectuer le ménage à fond
  • Dans les parties communes :
    • Déplacer le chariot dans les couloirs
    • Passer l'aspirateur dans les couloirs devant les chambres

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Chariot avec, selon les cas, étagères de rangement du linge propre et des petites fournitures, sac à linge sale, sac poubelle, étagère pour les produits d'entretien
  • Aspirateur à poussières
  • Balai franges, balai trapèzes, balai fauberts
  • Peaux de chamois, gazes ou sepillière, éponges (rarement car difficilement rinçables), chiffons
  • Seau, panier de nettoyage, panier à petites fournitures
  • Balayette à WC avec vadrouille
  • Plumeau

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Produits de nettoyage :
    • Spécifiques et à usage professionnel, à la fois nettoyants et antiseptiques.
    • Le produit de base se présente en bidons de liquide concentré. Il est dilué dans des flacons plastiques avec un repérage couleur. Ces flacons sont à bec verseur ou à pistolet pulvérisateur.
    • Tensioactifs détergents d'entretien, détergents ammoniaqués, détergents alcalins, détergents décapants, détergents solvants, produits à vitres, shampoings.
  • Produits de protection : cire
  • Produits mixtes : émulsions à pulvériser (spray antiparasitaires, parfums)

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail en autonomie ou à deux
  • Contact avec la hiérarchie qui distribue, contrôle le travail et donne les ordres
  • Contact avec les collègues
  • Contact avec les clients, variable selon la catégorie d'hébergement et le type de clients (familles, touristes, enfants)

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir la capacité physique d'effectuer le travail
  • Respecter les procédures et les règles d'hygiène, de sécurité
  • Savoir s'organiser
  • Travailler éventuellement  le weenk-end
  • Avoir un bon contact avec la clientèle
  • Utiliser des produits pouvant être irritants ou allergisants pour les poumons, la peau, les yeux, le nez (solvants, nettoyants, décapants …)
  • Connaître les conditions de stockage et de manipulation des produits
  • Etre en contact avec des produits contaminés par des microbes (urines, selles, sperme …)
  • Connaître les risques électriques

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : surdi-mutité, maladies chroniques et cancers, certains petits troubles moteurs
  • Emploi peu compatible avec la cécité, un terrain allergique important, certaines pathologies ostéo-articulaires

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Dans les hôtels de tourisme de petite et moyenne catégorie, diverses tâches annexes peuvent incomber à la femme de chambre :
    • Service cafétéria et service des petits déjeuners dans la salle réservée à cet effet ou apporté dans les chambres
    • Enregistrement des consommations dans les réfrigérateurs de chambre et réassortiment
    • Nettoyage des parties communes (couloirs, escaliers, réception, accueil, salons, salle de détente et de sport, spa, salle de restaurant et petit déjeuner, sanitaires)
    • Nettoyage des vitres, shampoinages des moquettes, nettoyage des portes et des plinthes
    • Désinfection des chambres, pulvérisation de produits antiparasitaires
    • Réapprovisionnement de la réserve en linge, petites fournitures, produits d'entretien et matériel de nettoyage
    • Tri du linge sale, lavage, repassage à la lingerie
    • Encadrement et coordination ponctuelle de l'équipe en cas d'absence de la gouvernante
  • Dans les hôtels de luxe et les chaînes hôtelières, le personnel plus nombreux a chacun sa spécificité.

L'activité étant souvent à temps partiel et peu rémunérée, la femme de chambre peut exercer un autre emploi : ménage de bureau, ménage à domicile, gardiennage d'immeuble.

6. DANGERS

7. RISQUES POUR LA SANTE

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Choc, contusion, écrasement lors du déplacement des meubles, des chariots
  • Chute de plain-pied ou de hauteur, sur sol sec ou glissant, chute dans les escaliers pouvant être responsable de choc, contusion, entorse, fracture
  • Lumbago aigu
  • Brûlures par les produits chimiques : détergents alcalins, détartrants acides
  • Irritations cutanéo-muqueuses par les vapeurs de produits de nettoyage
  • Coupures, brûlures lors de la manipulation des draps ou des affaires des clients
  • Accidents d'exposition au sang si piqûre par une seringue retrouvée dans la chambre
  • Electrisation si contact avec une prise ou un fil endommagé

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Déplacement avec ou sans charge dans les chambres parfois encombrées et les couloirs
  • Vibrations de l'aspirateur
  • Exiguïté des lieux de travail
  • Exposition aux courants d'air et locaux surchauffés
  • Attention visuelle dans les chambres
  • Odeurs désagréables (WC, linge sale, ordures)
  • Contraintes posturales :
    • station debout immobile
    • position penchée en avant à 45°
    • rotation penchée avec ou sans inclinaison latérale
    • debout bras au-dessus de la tête avec le poids des draps et couvertures
    • debout bras au-dessus de la tête en mouvement unilatéral de nettoyage
    • accroupie ou à genoux pour nettoyer près du sol
    • déplacements accroupie
  • Manutention de charges :
    • déplacement des lits et autres meubles en tirant avec les bras ou en poussant avec les genoux
    • déplacement des bagages des clients si chambre en recouche
    • déplacement du chariot sur la moquette du couloir
    • port du linge propre et des dessus de lit
    • port ou traction du sac de linge sale dans le couloir
  • Gestes rapides et répétitifs des membres supérieurs et inférieurs

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Produits irritants : désinfectants (ammoniums quaternaires), détergents alcalins, tensioactifs, dégraissants)
  • Produits corrosifs : détergents fortement alcalins, détergents fortement acides
  • Produits nocifs et toxiques : vapeurs de solvants organiques (utilisation exceptionnelle), produits antiparasitaires
  • Produits inflammables : alcools, éthers (utilisation axceptionnelle)
  • Produits allergisants cutanés et respiratoires : hypochlorites alcalins, ammoniums quaternaires, parfums, produits antiparasitaires
  • Ethers de glycol : ceux qui sont toxiques pour la reproduction (éthylglycol, méthylglycol, acétate d'éthylglycol, acétate de méthylglycol) sont interdits dans les produits grand public mais pas en milieu de travail

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Contamination par les déchets biologiques (selles, urines, sang...) lors de la manipulation du linge sale, des ordures et du nettoyage des WC

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Travail isolé avec planning journalier
  • Travail sous contrainte de temps, obligeant à s'organiser pour le réaliser dans le temps imparti
  • Surcharge de travail en cas d'absence de collègue ou en période de fort remplissage de l'hôtel
  • Travail contrôlé avec obligation de résultat
  • Difficultés relationnelles avec hiérarchie ou collègues
  • Encombrement et état de saleté des chambres
  • Demande de remplacement sur un autre hôtel (chaînes hôtelières, sous-traitance)
  • Adaptation à la demande des clients
  • Accusations de vol par les clients
  • Travail le week-end et les jours fériés par roulement
  • Travail en soirée et partiellement de nuit
  • Travail à temps partiel en journée continue sans pause (fréquent an sous-traitance)
  • Rarement deux jours de repos consécutifs
  • Remplacement de collègue absent sur un autre site (cas de la sous-traitance)
  • Heures supplémentaires si collègue absent ou fort remplissage de l'hôtel
  • Planning journalier avec charge de travail variable
  • Travail sous contrainte de temps
  • Autres risques liés à la situation personnelle, économique et sociale des salariés :
    • Salariés migrants
    • Analphabétisme fréquent
    • Temps de trajet important
    • Femmes seules avec nombreux enfants dont certains en bas âge
    • Conjoint au chômage
    • Alimentation peu équilibrée, mauvaise hygiène de vie
    • Peu ou pas de suivi médical
    • Soucis familiaux

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

Risques physiques :

  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail

Le travail effectué par la femme de chambre ne figure pas dans la liste limitative de travaux du tableau n°98 de maladies professionnelles. Pourtant, les affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manipulation manuelle de charges sont très fréquentes.

Risques chimiques :

  • Tableau n°65 RG : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique. (Hypochlorites alcalins rarement utilisés)
  • Tableau n°66 RG : Rhinite et asthmes professionnels

Risques infectieux :

  • Tableau n°45 RG : Infections d'origine professionnelle par les virus des hépatites A, B, C, D et E

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Dorsalgies, cervicalgies, lombalgies, sciatalgies, cruralgies
  • Douleurs diverses, courbatures
  • Irritations, allergies cutanéo-muqueuses
  • Refroidissement, affections ORL ou pulmonaires
  • Stress, fatigue, troubles du sommeil
  • Troubles veineux
  • Contractions, augmentation du risque de fausses couches spontanées chez les femmes enceintes

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche puis visites annuelles
  • Recherche des pathologies dermatologiques, de troubles musculosquelettiques, de lombalgies
  • Surveillance cardiovasculaire si rythme de travail très rapide
  • Recherche de stress, fatigue excessive, troubles du sommeil
  • Surveillance des femmes enceintes dès le début de la grossesse si possible ; fréquence des visites à l'appréciation du médecin du travail (adaptation du poste avec diminution de la charge de travail ou inaptitude temporaire)

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Néant

8.3. VACCINATIONS

  • DTPolio tous les 10 ans conseillé
  • Hépatite B à discuter

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • Pas à priori

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Sauf risques particuliers, pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel. Conservation du dossier médical au moins 50 ans en cas d'exposition à des agents chimiques dangereux.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pas à priori.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Organisation réglementaire de la profession : dans le cas de salariés d'une entreprise sous-traitante, établissement par l'entreprise utilisatrice, avant le commencement du travail des salariés, par écrit, d'un plan de prévention, lorsque le temps prévisible de travail est au moins égal à 400 heures sur une période de 12 mois
  • Evaluer et prévenir :
    • Les risques circulatoires des locaux :
      • Etat des sols, éclairage, obstacles, machines dangereuses, sécurité des personnes, emplacement des prises électriques, issues de secours, trappes, mise en conformité des ascenseurs, des portes automatiques, des extincteurs
    • Les risques provenant de l'organisation du travail :
      • Définir les plannings, les horaires de travail, le rythme de travail, les pauses
      • Organiser les délégations de responsabilité
      • Prévoir un moyen de communication avec les travailleurs entre les étages
      • Prévoir du temps pour la maîtrise des situations imprévues
    • Les risques physiques :
      • Limiter les manutentions manuelles et les contraintes posturales : chariots adaptés et entretenus, mobilier aisément déplaçable sur le sol, lits à hauteur réglable, sanitaires sans lien au sol, revêtements d'entretien facile, matériel d'entretien fonctionnel, aspirateurs intégrés, dessus de lits et couettes légers
    • Les risques chimiques :
      • Etiqueter ou faire un marquage coloré des produits d'entretien utilisés
      • Ventiler des locaux
      • Proscrire l'utilisation de produits cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction
      • Réduire autant que possible l'utilisation de produits nocifs, toxiques, irritants, corrosifs, allergisants
    • Les risques liés à la manipulation des déchets :
      • Utiliser des pinces pour le ramassage des seingues et objets coupants
      • Prévoir des conteneurs spécifiques
    • Les risques électriques :
      • Contrôler régulièrement les installations (prises de terre, courant adapté au matériel) et le matériel (usure)
    • Les risques liés au travail en hauteur :
      • Fournir un matériel adapté pour éviter aux salariés d'avoir à monter sur les rebords des baignoires ou sur les meubles

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Port de blouse, tablier, coiffe (fournis et nettoyés par l'entreprise)
  • Port de gants adaptés pour le nettoyage des sanitaires et si contact avec les ordures
  • Chaussures adaptées : fermées, confortables, antidérapantes sur sol glissant

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation à l'organisation du travail (lieux, tâches, produits, matériels, port d'équipements individuels)
  • Formation et information sur le risque chimique : règles de manipulation des produits et à leur toxicité
  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)
  • Au risque infectieux
  • Aux risques électriques
  • Aux premiers secours
  • A la prévention chez les femmes enceintes
  • Aux règles hygièno-diététiques

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Article L4141-2 du Code du travail : Organisation par l'employeur d'une formation pratique et appropriée en matière de sécurité, au bénéfice des travailleurs qu'il emploie
  • Article R4512-7 du Code du travail : Plan de prévention
  • Arrêté du 5 mai 2009 relatif au titre professionnel agent(e) d'hôtellerie portant modification de l'arrêté du 13 mai 2004 relatif au titre professionnel agent(e) d'hôtellerie
  • Arrêté du 19 avril 2001 modifiant l'arrêté du 7 août 1997 relatif aux limitations de mise sur le marché et d'emploi de certains produits contenant des substances dangereuses
  • Décret n°2001-97 du 1er février 2001 établissant les règles particulières de prévention des risques cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction et modifiant le code du travail (deuxième partie : décrets du Conseil d'Etat).
  • Article R231-54 du Code du travail. Règles générales de prévention du risque chimique.
  • Décret n°92-1261 du 3 décembre 1992 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant la section V du chapitre Ier du titre III du livre II du Code du travail (deuxième partie : Décrets en Conseil d'Etat)

11.2. RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 391 Prévention des risques liés à la fabrication et à l'utilisation des ethers de glycol

11.3.NORMES

NORMES (AFNOR)

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. G1501 Personnel d'étage. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 9112 Agents d'entretien dans les bureaux, les hôtels et autres établissements.  (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 561f Employés d'étage et employés polyvalents de l'hôtellerie. (INSEE) (2003)
  • Les entreprises de propreté. Prévention des risques. Edition INRS ED 818. (INRS) (1998)
  • Plan de prévention préalable aux travaux. L'accueil des entreprises de propreté. Guide de prévention 5. (CRAM du Nord-Est) (1997)
  • Risque chimique pendant les travaux de nettoyage. Fiche pratique de sécurité ED 59. Tiré à part de Travail et sécurité, n°547, avril 1996. (INRS)
  • La femme de chambre. Fiche médico-professionnelle n°19. Cahiers de médecine interprofessionnelle, volume 36, n°3 (1996). (Docis)
  • Intoxications par les produits ménagers. Encyclopédie médico-chirurgicale. Toxicologie professionnelle 16538 B50. (Editions scientifiques et médicales Elsevier) (1992)

13. ADRESSES UTILES

AUTEURS : Nathalie Castreau (médecin du travail) (CMIE) (75)
DATE DE CREATION : Avril 2004
DERNIERE MISE A JOUR : Décembre 2009

Commentaires

Réagir à cette fiche

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).