Fiches de métiers

 ACTUALITES RECENTES - ENQUETES EN COURS

 - Participez à l'enquête d'évaluation sur le document unique organisée par notre partenaire la Fédération des Acteurs de la Prévention - Présentation des résultats le 3 octobre 2017 http://app.evalandgo.com/s/?id=JTk1cCU5OWglOUMlQUI=&a=JTlBcSU5QXAlOUU=

- Consulter le guide d'évaluation de la pénibilité des métiers de l'agriculture édité par le Ministère sur http://agriculture.gouv.fr/evaluation-de-la-penibilite-au-travail-de-metiers-de-lagriculture-suivez-le-guide

***

L'ordonnance n° 2017-53 du 19 janvier 2017 crée le compte personnel d'activité (CPA) au profit des agents publics des 3 fonctions publiques et leur donnent de nouvelles garanties en matière de sécurité et de santé au travail (voir la fiche FPT)

Le décret n° 2016-1908 du 27 décembre 2016 sur la modernisation de la médecine du travail a été publié au JO du 29 décembre 2016. Il est applicable à compter du 1er janvier 2017. Un résumé du décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 sur le suivi des salariés est sur le site dans l'espace fiche des métiers. Il remplace les informations du point 8.1 des fiches qui est devenu obsolète

Le décret n° 2016-1074 du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux sur les champs électromagnétiques est entré en application le 1er janvier 2017

Les fiches concernant la pénibilité sont sur le site

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Plongeur-soigneur animalier

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°100

ROME : : A1408 - A1501 CITP-08 : 6221 INSEE : 692a

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Aide animalier, aide soigneur, animalier soigneur, responsable animalier.

2. DEFINITION

  • Le plongeur-soigneur animalier assure l'élevage et la surveillance des animaux aquatiques ainsi que l'entretien de leur milieu de vie, éventuellement en condition hyperbare. Il peut être amené aussi à surveiller les installations assurant la sécurité du public.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L'emploi peut être accessible avec une qualification de niveau V dans les soins animaliers ou la pisciculture. Les postes de responsabilité nécessitent des niveau III ou II dans le secteur de la biologie marine.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L'activité s'exerce dans les aquariums, les bassins d'élevage.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

L'activité consiste à réaliser une ou plusieurs des tâches suivantes selon le niveau de responsabilité :

  • Participer à la collecte, au transport, à l'acclimatation des animaux
  • Contrôler l'état sanitaire des poissons de visu
  • Assurer éventuellement les traitements par apport de NaCl dans le milieu de vie
  • Préparer la nourriture des animaux et la leur distribuer
  • Nettoyer des bassins, le nettoyage des vitres intérieures des aquariums se faisant à pied sec avec une perche ou en plongée
  • Assurer l'entretien des équipements techniques :(filtres, lampes UV) et des infrastructures liées à l'activité
  • Assurer des animations face au public notamment des animation spectacles en condition de plongée ou dans le cadre d'interventions pédagogiques ou de guidage
  • Assurer les liaisons avec les fournisseurs, suivre les approvisionnements ou les commandes
  • Tenir à jour les cahiers techniques (registre du cheptel) et rédiger les rapports demandés

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Scaphandre autonome, perche, escabeaux, filtres, bassins de décantation

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Alimentation animale, farines végétales, antibiotiques, chlorure de sodium, eau sous-pression, oxygène sous-pression, sable

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Relations avec les animaux, relation avec le public

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Remplir les conditions médicales requises pour le travail en milieu hyperbare
  • Posséder le certificat d'aptitude à l'hyperbarie (CAH)
  • Être vacciné
  • Avoir un bon contact avec les animaux
  • Avoir le sens de la sécurité

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Le poste requiert des capacités physique et professionnelles à comparer aux limitations entrainées par le handicap.
  • Se référer aux critères de délivrance de l'aptitude à la plongée Arrêté du 28 mars 1991 définissant les recommandations aux médecins du travail chargés de la surveillance médicale des travailleurs intervenant en milieu hyperbare.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Assurer la responsabilité d'un parc de loisirs : gérer le personnel, réaliser le planning des tâches, choisir les espèces animales à implanter
  • Assurer la promotion d'un parc de loisirs : campagne de presse, animations

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accident de plongée : barotraumatisme, accident de décompression
  • Blessure par animal : contusion, piqûre, morsure, venin
  • Chute de plain-pied ou de hauteur sur sol glissant ou dénivelé
  • Noyade
  • Lumbago d'effort
  • Accidents non spécifiques liés aux risques électriques, aux risques d'incendie ou d'explosion

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail en milieu hyperbare pendant l'utilisation du scaphandre
  • Chocs thermiques (variation thermiques entre l'air et l'eau et entre les eaux des différents bassins)
  • Travail aux intempéries pour la nourriture des poissons qui se fait par l'extérieur
  • Travail en ambiance humide
  • Bruit des machines
  • Travail en lumière artificielle permanente
  • Odeurs
  • Manutention de charges (équipement de plongée, alimentation)
  • Contraintes posturales pour le nettoyage à la perche des vitres
  • Rayonnement UV solaire ou artificiel

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Silice pulvérulente du sable qui est mis dans les filtres pour épurer les eaux des bassins
  • Médicaments : antibiotiques
  • Désinfectants : sulfate de cuivre
  • Produits d'hygiène
  • Oxygène, chlorure de sodium

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Zoonoses transmises par les animaux nouvellement implantés : salmonelloses, tiques, virus...
  • Leptospiroses en cas de contact avec les rats
  • Tétanos en cas de blessure
  • Infections ORL et/ou respiratoires

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Vigilance vis à vis des animaux
  • Responsabilité vis à vis des animaux
  • Gestion des tâches concomitantes
  • Obligation d'assurer la permanence des soins aux animaux
  • Travail le week-end et les jours fériés
  • Travail isolé
  • Perturbation de la vie sociale en raison des horaires et des contraintes de travail
  • Port de scaphandre
  • Port d'équipements de sécurité

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°29 RG : Lésions provoquées par des travaux effectués dans des milieux où la pression est supérieure à la pression atmosphérique
  • Tableau n°65 RG : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique
  • Tableau n°66 RG : Rhinite et asthmes professionnels

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Surdité liée au bruit
  • Lombalgies
  • Fatigue physique et cognitive

8. SURVEILLANCE MEDICALE

  • L'exposition aux rayonnements ionisants, aux agents biologiques, à la silice sont soumis à une surveillance médicale renforcée. L'arrêté du 28 mars 1991 définit les recommandations aux médecins du travail chargés de la surveillance médicale des travailleurs intervenant en milieu hyperbare.

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche :
    • préalable à l'affectation en milieu hyperbare
    • le salarié doit être âgé de 18 à 40 mais des dérogations sont possibles pour certains travaux jusqu'à 55 ans
  • Visites périodiques : tous les ans pour les moins de 40 ans, tous les 6 mois pour les plus de 40 ans
  • Visite de reprise : examen médical après tout incident ou accident d'hyperbarie

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Avant la première affectation en milieu hyperbare ou pour tout travailleur qui n'aura plus travaillé en milieu hyperbare pendant 4 années consécutives
    • Epreuves fonctionnelles respiratoires (EFR)
    • Electrocardiogramme (ECG) au repos et au cours d'un test d'effort sous maximal sur bicyclette ergonomique
    • Audiogramme avec une impédancemétrie
    • Electroencéphalogramme (EEG) avec stimulation lumineuse intermittente et hyperpnée
    • Bilan biologique : numération formule sanguine (NFS), glycémie, uricémie, cholestérolémie totale, triglycéridémie, recherche d'albumine et de sang dans les urines
    • Bilan radiologique : téléthorax, radiographie des grosses articulations (hanches et épaules de face, genoux de profil avec un tiers inférieur du fémur et un tiers supérieur du tibia)
    • Test de compression en caisson à une vitesse comprise entre 300 hectopascals (0,3 bar) et 3000 pascals (3 bars) par minute jusqu'à la pression relative minimale de 1200 hectopascals (1,2 bars)
  • Examens annuels :
    • Epreuves fonctionnelles respiratoires (EFR)
    • Audiogramme
    • Electrocardiogramme (ECG) au repos avec épreuve sous maximale d'effort
    • Bilan biologique : numération formule sanguine (NFS), glycémie, uricémie, cholestérolémie totale, triglycéridémie, recherche d'albumine et de sang dans les urines
    • Radiographie des grosses articulations : tous les 4 ans seulement, sauf en cas d'anomalie
    • Pour les plus de 40 ans, l'examen clinique semestriel est assorti, s'il y a lieu, d'examens complémentaires
    Pour les hyperbaristes titulaires du certificat d'aptitude à l'hyperbarie portant la mention D et appartenant à la classe I A, même surveillance médicale mais l'électroencéphalogramme, l'épreuve d'effort sous maximale au cours de l'électrocardiogramme et les radiographies du genou ne sont pas exigés.
  • En cas d'exposition à la silice : radiographie pulmonaire standard à l'embauche et ultérieurement (lecture selon la classification internationale des pneumoconioses du B.I.T.)

8.3. VACCINATIONS

  • DTPolio tous les 10 ans conseillé
  • Hépatite A, leptospirose à discuter

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • En cas d'exposition à la silice, surveillance médicale postprofessionnelle tous les cinq ans ou, après avis du médecin conseil, plus fréquemment.

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • La durée de conservation du dossier médical est de 10 ans à compter de la cessation de l'exposition à des agents biologiques, de 50 ans après cessation de l'exposition à des agents cancérogènes ou à des agents chimiques dangereux.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pollution en cas de déversement accidentel de produits sanitaires dans les eaux de consommation humaine
  • Libération accidentelle d'animaux dangereux par eux même ou en raison des risques de contamination en cas de maladie

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Bruit :
    • Mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
    • Valeurs limites d'exposition :
      • niveau d'exposition quotidienne au bruit de 87 db(A)
      • ou niveau de pression acoustique de crête de 140 dB(C)
  • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Respecter les recommandations pour le travail hyperbare concernant :
    • les moyens d'accès, de séjour et de sortie de la situation d'hyperbarie
    • les moyens de surveillance des travailleurs en situation d'hyperbarie
    • les moyens de production, de transfert, de stockage, de distribution et de contrôle des gaz respiratoires
    • les moyens de secours : réanimation, incendie, recompression
    • le respect des procédures d'intervention
    • la vérification périodique annuelle des équipements de plongée par un organisme certifié
  • Pour les autres conditions de travail :
    • prendre des mesures de prévention standard contre les risques d'explosion (eau sous pression, gaz), d'incendie, etc...
    • limiter la manutention des produits (alimentation, sel) à 25 kg unitaire
    • utiliser des moyens d'accès aux bassins sécurisés : proscrire les échelles et utiliser des escabeaux stables ; sécuriser l'accès aux bassins par des garde-corps, prévoir des échelles de sortie en cas de chute dans les bassins, etc..
    • prévoir des moyens d'aspiration et de décontamination adaptés pour le nettoyage des filtres
    • prévoir des vêtements de travail adapté à la tâche et au climat
    • mettre à disposition d'équipement de protection individuelle adapté et en nombre suffisant
    • gérer les plannings de façon équitable et permettant une vie privée
    • définir des rocédure et prévoir des équipements

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Pour l'hyperbarie :
    • exclure les sujets à risques
    • disposer des équipements individuels adaptés à la situation hyperbare concernée, vêtements de protection, appareils respiratoires, appareils respiratoires de secours et accessoires appropriés aux méthodes d'intervention et de secours ; le cas échéant, dispositif de réserve de gaz de secours ; contrôler régulierement le matériel
  • Pour le travail technique et animalier :
    • porter les équipements individuels adaptés : gants, chaussures, couvre-chef, lunettes, crèmes protectrice en cas de travaux en extérieur

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Pour l'hyperbarie :
    • former à l'hyperbarie : la formation est obligatoire ; à l'issue de celle-ci et si le salarié est apte médicalement, il reçoit un certificat d'aptitude à l'hyperbarie et un livret individuel
    • respecter le manuel de procédures de sécurité en milieu hyperbare : élaboré par l'employeur il est mis à disposition de tous les salariés travaillant en milieu hyperbare
  • Pour le travail animalier :
    • connaître les animaux venimeux ou féroces et des mesures préventives et curatives à mettre en oeuvre
    • exiger de la rigueur et reconnaître le droit de retrait pour l'activité en contact avec les animaux dangereux
    • mettre en place et respecter les procédures de sécurité : pas d'intervention solitaire, isolement des animaux avant intervention sur le bassin
    • appliquer les règles d'hygiène personnelle et collective
  • Pour les travaux techniques :
    • apprendre les gestes et postures de sécurité

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Arrêté du 24 mars 2000 modifiant l'arrêté du 28 janvier 1991 définissant les modalités de formation à la sécurité des personnels intervenant dans des opérations hyperbares
  • Décret n°96-364 du 30 avril 1996 relatif à la protection des travailleuses enceintes ou allaitant contre les risques chimiques, biologiques et physiques et modifiant notamment le Code du travail. Il est interdit d'affecter des femmes qui se sont déclarées enceintes à des travaux en milieu hyperbare dès lors que la pression relative maximale excède la pression d'intervention définie dé finie à la classe I A soit 1,2 bar.
  • Arrêté du 19 mars 1993 fixant, en application de l'article R.237-8 du Code du travail, la liste des travaux dangereux pour lesquels il est établi par écrit un plan de prévention. Travaux en milieu hyperbare.
  • Arrêté du 28 mars 1991 définissant les recommandations aux médecins du travail chargés de la surveillance médicale des travailleurs intervenant en milieu hyperbare
  • Décret n°90-277 du 28 mars 1990 modifié par le décret n°95-608 du 6 mai 1995 et par le décret n°96-364 du 30 avril 1996 relatif à la protection des travailleurs intervenant en milieu hyperbare
  • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale (Travaux effectués dans l'air comprimé)

11.2. RECOMMANDATIONS

  • Néant

11.3. NORMES

  • Néant

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. A1408 Elevage d'animaux sauvages ou de compagnie - A1501 Aide aux soins animaux. (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : : 6221 Aquaculteurs et ouvriers de l'aquaculture. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 692a Marins-pêcheurs et ouvriers de l'aquaculture. (INSEE) (2003)
  • L'essentiel des pathologies professionnelles. Plongeurs (tunneliers, tubistes, responsables de caissons hyperbares). Christian Géraut. (Ellipses - (Edition Marketing) (1995)
  • Travaux hyperbares suabaquatiques. Fiche de sécurité D9 F 02 95. (OPPBTP) (1995)
  • Risques de la plongée sous-marine et du travail en milieu hyperbare. Encyclopédie médico-chirurgicale. Toxicologie, pathologie professionnelle 16-560-A-10 (Editions scientifiques et médicales Elsevier) (1993)

13. ADRESSES UTILES

AUTEURS : Pierrette Trilhe (médecin du travail) (SMT d'Amboise, Bléré, Loches) (37), Florent Duffner (Ingénieur aquariophile Grévin-Compagnie Touraine)
DATE DE CREATION : Juillet 2003
DERNIERE MISE A JOUR : Janvier 2006

Commentaires

Réagir à cette fiche

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).