Fiches de métiers

Sapeur-pompier

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°476

ROME : K1705 ; CITP-08 : 5411 ; INSEE : 533a

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Pompier, sapeur-pompier, équipier, chef d’agrès, conducteur de véhicule
  • Homme de rang

 2. DEFINITION

  • Le sapeur-pompier intervient à des fins de secours et d’assistance aux personnes
  • Le sapeur-pompier travaille au sein d'une équipe composé d'un chef d'agrès, d'un conducteur, d'un binôme.

3. FORMATION - QUALIFICATION

3.1. Recrutement

  • Dans le civil
    • Le recrutement des sapeurs-pompiers professionnels se fait au niveau des SDIS de chaque département (service départemental d'incendie et de secours)
      • Inscription au concours
      • Epreuve de pré-admissibilité (Dictée et mathématiques)
      • 6 Epreuves physiques et sportives d'admissibilité
      • Epreuve orale d'admission (exposé de 5 mn sur ses motivations)
      • Admission sur une liste d'aptitude zonale ou nationale
      • candidature à un poste en fonction des avis de vacance d'emploi dans un SDIS
      • Nomination dans l'emploi et affectation dans un centre de secours ou un SDIS pour faire une formation de 4 à 6 mois
    • le recrutement des sapeurs-pompiers volontaires se fait par un engagement  pour une période de 5 ans
  • Dans l'armée
    • Concours d'entrée au BMPM (bataillon des marins pompiers de Marseille) (Marine nationale)
      • Recrutement national à déposer dans un CIRFA ou au bureau de recrutement de l'école à Marseille
      • Etre de nationalité française, jouir de vos droits civiques et être de bonne moralité.
      • Avoir effectué la journée défense et citoyenneté.
      • Etre reconnu(e) apte physiquement : avoir la taille minimale de 1 m 50 pour le personnel féminin et de 1 m 54 pour le personnel masculin, une acuité visuelle ainsi qu'une condition physique conforme à l'exercice de la profession.
      • Savoir nager.
    • Concours d'entrée à la brigade des sapeurs pompiers de Paris qui couvre 4 départements (Seine, Haut de seine, Seine Saint Denis, Val de Marne)  (Armée de terre : Génie)

3.2. Formation

  • Sapeur pompier professionnel18 mois répartis en 6 mois en école (5 modules) et 12 mois de stage pratique en entreprise
  • Sapeur pompier volontaire : 25 jours répartis sur 5 stages 

3.3. Formation continue : 40 h annuelle

3.4. Qualification 

  • A l’issue de la formation initiale, une formation de spécialisation est possible sous réserve d’aptitude physique et opérationnelle. 
  • La qualification est maintenue grâce à la Formation de Maintien des Acquis (FMA).

3.5. Evolution de carrière 

  • Possibilité de se spécialiser
  • Possibilité de passer des concours pour accéder à des postes d'encadrement

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Statut : Le statut sapeur-pompier est variable : militaire, agent de la fonction publique territoriale ou contractuel.
  • Structures : 
    • L’activité peut s’exercer à Paris et la petite couronne, à Marseille ou dans un SDIS (service de secours et d'incendie départemental).
    • pour les pompiers volontaires dans n'importe quelle autre structure : entreprises, associations ..... que les pompiers volontaires qui sont appelés en cas de nécessité peuvent quitter ponctuellement
  • Lieux : les lieux d’activité sont multiples 
    • Villes, banlieues, campagnes, forêts
    • Routes
    • Milieux aquatiques
    • Montagnes
    • dans des zones insalubres ou sous des climats extrêmes
  • Zone géographique
    • Les interventions sont généralement départementales avec possibilités d’envoi au delà si nécessaire
    • Interventions en métropole, dans les DOM et TOM, à l'étranger

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

 Avant l’intervention

  • Être, de jour comme de nuit, de garde en caserne ou d'astreinte à domicile, selon un planning établi par la hiérarchie ;
  • Contrôler le matériel et le véhicule à la prise de garde ;
  • Etre en tenue.

Préparation de l’intervention

  • S'équiper pour l'intervention avec les équipements de protection individuelle (EPI) réglementaires 
  • Durant le trajet, s'équiper de son appareil respiratoire isolant (ARI) si nécessaire ;
  • Se rendre sur les lieux d'intervention avec le véhicule approprié en utilisant les signaux lumineux (gyrophare) et sonores (deux tons) ;
  • Compléter son équipement en arrivant sur le terain.

Pendant l’intervention

  • Chef d'agrès :
    • Reconnaître et évaluer la situation à prendre en charge (rôle propre du chef d'agrès) ;
    • Elaborer la stratégie d'intervention ;
    • Rendre compte des actions menées auprès du Centre Opérationnel Départemental d'Incendie et de Secours (CODIS) ;
  • Conducteur :
    • Repérer le site d'intervention pour stationner en toute sécurité en concertation avec les services de police, de gendarmerie, la DDE, la SNCF, EDF, les garde-côtes, la SNSM, ...
    • Mettre à disposition du matériel nécessaire à l’intervention ;
  • Binôme
    • Effectuer les opérations nécessaires en fonction du type d’intervention (feux, secours à victimes, accidents de circulation, plongée  …)(voir les fiches spécialisées sur le site Bossons Futé)

Après l’intervention

  • Ranger le matériel déployé au cours de l'intervention
  • Rentrer sur son centre de secours
  • Contrôler, nettoyer le matériel et signaler toute anomalie
  • Nettoyer le véhicule
  • Refaire les niveaux
  • Réarmer le véhicule lui permettant d'être à nouveau opérationnel
  • Etablir le rapport d'intervention (support papier ou informatique)

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Véhicules adaptés à l'intervention 
    • Le véhicule de secours et d'assistance aux victimes (VSAV)
    • Le véhicule secours routier (VSR)
    • La grande échelle, ou échelle pivotante automatique (EPA)
    • Le fourgon pompe-tonne (FPT)
    • Le camion-citerne feux de forêts (CCF)
    • Les véhicules spécialisés : véhicule de soutien sanitaire, véhicule poste de commandement, bateau de sauvetage,
  • Matériel
    • Borne-fontaine 
    • Tuyau d'incendie
    • Détecteur de gaz
    • Hache
    • Pinces de désincarcération
    • Piscine-réservoir
    • Échelle

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Eau sous pression
  • Produits d’entretien et de nettoyage du véhicule.

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Collaboration avec les autres services publics et privés.
  • Travail auprès de victimes, d'accidentés, de mutilés, de noyés, de morts, de gens psychologiquement choqués,
  • Curieux, journalistes
  • Collaboration avec les autres services publics et privés.
  • Répercussions socio-familiales du travail

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir une santé qui réponde aux critères du SIGYCOP (S : membres supérieurs, I : membres inférieurs, G : état général, Y : vision, C : sens chromatique, O : audition, P : psychisme) ;
  • Avoir le permis de conduire pour le conducteur ;
  • Avoir un bon équilibre psychologique ;

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

Le poste requiert des capacités physique et professionnelles à comparer aux limitations entrainées par le handicap. Se référer au SIGYCOP.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Un autre métier pour les pompiers volontaires
  • Une activité spécialisée (risques chimiques, GRIMP, activité cynophile .....)

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accident de sport lors des entrainement à la caserne
  • Accidents de circulation (à l'occasion d'un déplacement domicile-caserne suite à une alerte)
  • Blessures : coupure, morsure, avec infection secondaire  
  • Chute, glissade, traumatisme, contusion ;
  • Chute de hauteur (descente du véhicule) ;
  • Explosion ;
  • Intoxication (produits toxiques notamment...) ;
  • Lumbago ;
  • Surdité
  • Traumatisme spinal.

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail en milieu hostile : feux, intempéries, épidémies
  • Contraintes visuelles
    • Travail mésopique (travail conjoint des batônnets et des cônes qui correspond à un niveau de vision intermédiaire entre le niveau photopique (qui permet de voir la nuit) et scotopique (qui permet de voir le jour)) permettant ainsi d’observer à l’aube et au crépuscule ;
    • Limitation du champ visuel due au port de l'appareil de protection respiratoire isolant (ARI) ;
  • Bruit : Bruit des véhicules, sirène… ; Cris : transmission orale des ordres, appels des blessés ..;
  • Charge cardio-vasculaire et contraintes biomécaniques
    • Port de charges (équipements de protection individuelle :12 kg pour l'appareil respiratoire isolant),
    • Contraintes posturales : (position à genoux, accroupi, torsion du tronc ..)
  • Manutention ou traction de charges lourdes ou encombrantes (voiture, lance ...) ;

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Pollution atmosphérique, gaz d'échappement ;
  • Proximité de produits dangereux ou radioactifs pouvant être cancérogènes en fonction de l'intervention ;
  • Emulsifiant ;
  • Carburants ;
  • Huiles ;
  • Produits de nettoyage ;

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Champignons : teigne
  • Parasites : gale ; ascaris, vers de guinée ou filaire de Médine (dracunculose), onchocercose (cécité des rivières), bilharziose ou schistosomiase,  paludisme
  • bactéries : tétanos, campylobactéries, choléra, fièvre typhoïde et paratyphoïde. cyanobactéries (toxines), leptospirose, Chlamydia (trachome), 
  • Virus : dengue, hépatite, encéphalite japonaise.
  • Germes banaux dans les surinfection de plaies.

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Sollicitation de son sens spatial
  • Vigilance permanente pour assurer la sécurité des personnes
  • Esprit de sécurité, maitrise de soi, esprit d'initiative, prise de décision
  • Possibilité de travailler de nuit, horaires irrégulières, amplitude des horaires variables, attente.
  • Vie en caserne
  • Cumul avec un autre emploi pour les pompiers volontaires

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°19 RG : Spirochétoses
  • Tableau N°45 : Infection d’origine professionnelle par les virus des hépatites A, B, C, D et E.
  • Tableau N°57 : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail ;
  • Tableau N°97 : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par des vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entier ;
  • Tableau N°98 : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes ;

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Fatigue nerveuse et auditive liée au bruit (véhicule, circulation, moteur, sirène…)
  • Troubles du sommeil
  • Stress, burn out, conduites addictives
  • Troubles musculo-squelettiques 
  • troubles du sommeil
  • Augmentation de la fréquence des cancers
  • Anémie, Méthémoglobinémie, malnutrition, diarrhée

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. REGLEMENTATION DE LA SURVEILLANCE DE LA SANTÉ AU TRAVAIL 

8.1.0. Généralités

La surveillance médicale des sapeurs-pompiers professionnels et des sapeurs pompiers volontaires est codifiée dans l'arrêté du 6 mai 2000 modifié qui fixe les conditions de l'aptitude médicale pour les sapeurs pompiers professionnels et volontaires qui doivent passer une visite de recrutement ainsi qu'une visite de maintien en activité. Les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires peuvent en outre passer une visite de titularisation. Ces visites médicales ne peuvent être réalisées que par des médecins sapeurs-pompiers habilités.

8.1.1. Les salariés doivent bénéficier

  • D’une étude de poste ;
  • D’une visite d'embauche, de visites de suivi systématique, de visites à leur demande si nécessaire ;
  • D’examens complémentaires si nécessaire ;

8.2. CONTENU DE LA SURVEILLANCE MÉDICALE 

8.2.1. Visite médicale

  • Examen initial
    • Le candidat à un premier emploi de sapeur-pompier professionnel ou à un premier engagement de sapeur-pompier volontaire doit présenter :
      • des paramètres anthropométriques et une condition physique compatibles avec une activité opérationnelle ;
      • une absence de manifestation d'hyperréactivité bronchique. Tout antécédent ou élément clinique évocateur d'allergie oto-rhino-laryngologie ou d'asthme doit faire l'objet d'un bilan orienté.
      • En cas d'antécédents de photokératectomie réfractive, il n'y a pas de contre-indication aux missions des sapeurs-pompiers sous réserve de disposer d'un certificat de cicatrisation établi par un ophtalmologue trois mois après l'intervention.
    • L'examen médical initial comprend :
      • un entretien avec recherche des antécédents familiaux et personnels, appréciant les facteurs de risques, en particulier respiratoires, cardio-vasculaires et psychologiques ;
      • un examen général avec biométrie dont les données cliniques orienteront le choix des examens biologiques
    • Pour être déclaré apte à un premier engagement de sapeur-pompier volontaire :
      • Pour un sapeur-pompier volontaire toute mission : profil B ;
      • Pour un sapeur-pompier volontaire hors incendie et pour un sapeur-pompier professionnel ou volontaire appartenant au service de santé et de secours médical du service départemental d'incendie et de secours, le profil seuil exigé est le profil D.
  • Visite de maintien en activité opérationnelle :
    • périodicité annuelle mais pouvant être portée à deux ans pour les pompiers âgés de 18 à 38 ans
    • inaptitude opérationnelle temporaire aux fonctions de sapeur-pompier en cas de grossesse
    • contenu de la visite :
      • un entretien portant sur les événements médicaux familiaux et personnels de la période écoulée depuis le précédent contrôle
      • la vérification du carnet de vaccinations
      • consultation des résultats de la surveillance physique
      • examen clinique orienté sur la recherche de facteurs de risques cardio-vasculaires, qui comprend notamment une biométrie (taille, poids, appréciation de la masse graisseuse), un contrôle de l'acuité visuelle et auditive
      • Examens complémentaires
    • Pour être maintenu en activité opérationnelle, les profils seuils exigés sont les suivants
      • Pour un sapeur-pompier professionnel ou volontaire toute mission :
        • Jusqu'à trente-neuf ans, profil B ;
        • De quarante à quarante-neuf ans, profil C ;
        • Après quarante-neuf ans, profil D ;
      • Pour un sapeur-pompier volontaire hors incendie et pour un sapeur-pompier professionnel ou volontaire appartenant au service de santé et de secours médical du service départemental d'incendie et de secours, le profil seuil exigé est le profil D.
      • Le profil E correspond à une activité non opérationnelle.
        • Elle impose pour le sapeur-pompier professionnel un aménagement de son poste de travail sur proposition du médecin-chef, voire un reclassement dans un autre corps, cadre d'emploi ou emploi, sans préjudice des dispositions qui régissent la fin de carrière des sapeurs-pompiers professionnels.
        • Pour le sapeur-pompier volontaire, l'acquisition du profil E entraîne l'application de l'article 44 du décret du 10 décembre 1999 susvisé. Toutefois, dans l'intérêt du service, il peut être proposé au sapeur-pompier volontaire la poursuite d'une activité adaptée
    • Visite de reprise éventuelle pour tout arrêt de travail supérieur à 21 jours
    • Visites spécifiques
      • Le médecin sapeur-pompier chargé du contrôle de l'aptitude peut prescrire des exemptions temporaires concernant certains emplois particuliers. De même, quand le profil seuil est un profil C ou D, les restrictions d'emploi doivent être précisées.
      • Des conditions d'aptitude spécifiques et des examens complémentaires particuliers sont exigés pour les sapeurs-pompiers ayant une activité spécialisée, notamment : SAL ; GRIMP, secours en montagne, secours spéléologiques ; CMIR ; CMIC.
      • Les missions à l'étranger ne requièrent pas de conditions d'aptitude supplémentaires. Une attention particulière sera portée à l'état dentaire, à l'état psychologique et aux vaccinations obligatoires ainsi qu'à la prévention des maladies infectieuses et parasitaires du personnel désigné.

8.2.2.Examens complémentaires

  • Lors de la visite de recrutement doivent être pratiqués :
    • un examen de la vue par appareil destiné à l'exploration de la fonction visuelle de près et de loin
    • un examen de l'audition
    • des épreuves fonctionnelles respiratoires avec boucle débit-volume
    • une radiographie pulmonaire de face
    • selon les données de l'examen clinique, un audiogramme et un électrocardiogramme de repos peuvent être réalisés
    • des examens biologiques permettant d'apprécier l'existence de facteurs de risques et comprenant notamment :
      • glycémie, cholestérol, triglycérides, gamma-GT et transaminases
      • glycosurie, protéinurie et hématurie à la bandelette
  • Lors de la visite de maintien d'activité, on fera :
    • une spirométrie (CV, VEMS, Tiffeneau, DEP)
    • un contrôle radiologique pulmonaire dont la périodicité est laissée à l'initiative du médecin chargé de l'aptitude en fonction de l'emploi du sapeur-pompier, de l'examen clinique ou des antécédents
    • des examens biologiques, si les données de l'examen clinique les rendent nécessaires et à partir de quarante ans au moins tous les trois ans (glycémie, cholestérol, triglycérides, gamma-GT et transaminases, glycosurie, protéinurie et hématurie à la bandelette), ECG de repos voire d'effort

8.2.3. Vaccinations

  • Vaccinations obligatoires :
  • Des vaccinations adaptées aux risques de contamination encourus doivent être proposées mais n'ont pas de caractère obligatoire :
    • Leptospirose
    • Hépatite A
    • Typhoïde et méningites A et C
    • Rage
    • Grippe

8.2.4. Suivi poste professionnel

  • Néant en l'état actuel mais souhaitable en raison de la multiplicité des expositions

8.2.5. Dossier médical

  • Compte-rendu des examens cliniques et complémentaires
  • Arrêts de travail supérieurs à 21 jours
  • Indication des expositions aux facteurs de pénibilité
  • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.
  • Une conservation plus longue serait souhaitable pour une évaluation à long terme des risques du métier.

  9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Interruption de la circulation maritime et routière (sentiers, routes, fleuves, rivières …) ;
  • Pollution sonore et visuelle (Bruit des sirènes et gyrophares, moteur… ) ;
  • Altération possible de la faune et de la flore aquatique (explosifs ..).

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Connaissance des risques du secteur : circulation, risque d’avalanche, zone sismique, forêts
  • Conditions climatiques, températures ....
  • Etude des contraintes du poste de travail
  • Poids des équipement
  • Etude des plannings

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • TECHNIQUE
    • Utilisation de véhicules confortables 
    • Remplacement du matériel mécanique par du pneumatique ou électrique ;
    • Réduction du bruit à la source : emplacement du deux tons, de la génératrice, du véhicule lui-même sur les lieux de l'accident ;
    • Allégement du poids du matériel ; 
    • Mise à disposition d'équipements de protection individuelle (EPI) performants
    • Mise à disposition de vestiaires à double compartiment ;
    • Mise à disposition de sanitaires ;
  • ORGANISATIONNELLE
    • Respect de la réglementation sur le temps de travail ;
    • Respect le code de la route ;
    • Respect les période de récupération ; 
    • Recherche de nouvelles techniques opérationnelles ;
    • Participation à l'établissement du tableau de garde ;
    • Mise en place d'un soutien psychologique à la suite d'interventions traumatisantes (une cellule psychologique est disponible dans chaque département) ;
    • Entretien régulier des équipements de protection individuelle (EPI) ; 
    • Mise à disposition d'eau et de boissons chaudes.

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Tenue d'intervention de base, obligatoire dans les circonstances qui ne requièrent pas le port d'équipement spéciaux : casque, combinaison ou ensemble deux pièces, veste de protection, ceinturon d'intervention, gants de protection, bottes d'intervention avec ou sans lacet
  • Equipements de protection individuelle (EPI) normalisés en fonction de l'activité :

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Sur l'activité professionnelle
    • Connaitre et appliquer les règles de sécurité de base 
    • Connaitre et savoir mettre en oeuvre les premiers secours (PSC),
    • Savoir travailler en équipe de secours (PSE) ; 
    • certificat de formation adapté au sauvetage spécialisé ; 
    • Procédures adaptées de mise en œuvre des matériels. 
    • Permis de conduire adapté (Bateau, Véhicule) ;
  • Formations plus générale
    • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique) ;
    • Sensibilisation aux règles hygiéno-diététiques ;
    • Sensibilisation au danger de l'utilisation de médicaments, d'alcool et de drogues ;
    • Sensibilisation à la conduite ;
    • Sensibilisation au stress.

11. REGLEMENTATION

11.0. LES GRANDS TEXTES INTERNATIONAUX ET EUROPEENS

  • UE 2016/245 relatif aux équipements de protection individuelle

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Code de la défense 
  • Code général des collectivités territoriales 
    • Sous section 3 : Services d'incendie et de secours : Art L 1424-1 à 99
      • Art L 1424-1 à 8 : Dispositions communes 
      • Art L 1424-37 à 39 : Formation des sapeurs pompiers volontaires
      • Art R 1424-1 à 68 : Service d'incendie et de secours
        • Corps départemental de sapeurs pompiers : Art R 1424-21 à 23
        • Service de santé et de secours médical du SDIS art R 1424-24 à 28
      • Art R 2513-5 à R 2513-14 : organisation du bataillon de marins-pompiers de Marseille
  • Code de la route - Conduite 
    • Arrêté du 21 décembre 2005 modifié (21/8/2010 et 18/12/2015) et  fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée
    • Conduite sous l'influence de l'alcool : Art L 234-1 à 15 et R 234-2 à 7
    • Conduite sous l'influence de substances ou plantes classées comme stupéfiants Art L et R 235
  • Code du travail :
    • Travail de nuit: Art L3122-1 à L 3122-24 et Art R 3122-1 à 15
    • Pénibilité : Art L 4161-1 et suivants et D 4161-1 et suivants du code du travail
  • Code de la santé publique
    • Vaccinations:
      • Article L3111-4 du Code de la santé publique : vaccination contre l'hépatite B, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite
      • Articles L3112-1, R3112-1, R3112-2, R3112-3, R3112-4 du Code de la santé publique : vaccination par le BCG.
  • Aptitude
    • Arrêté du 6 mai 2000 modifié (1/3/2002, 20/12/2005 et 24/7/2006) fixant les conditions d'aptitude médicale des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires et les conditions d'exercice de la médecine professionnelle et préventive au sein des services départementaux d'incendie et de secours
  • Formations

11.2. RECOMMANDATIONS ET GUIDES DE BONNE PRATIQUE

11.3. NORMES

  • NF EN ISO 20345. Février 2012. Équipement de protection individuelle - Chaussures de sécurité
  • NF EN ISO 20344. Février 2012. Équipement de protection individuelle - Méthodes d'essais pour les chaussures
  • NF EN 443. Mai 2008. Casques de sapeurs pompiers.
  • NF EN 1486. décembre 2007. Vêtements de protection pour sapeurs-pompiers. Méthodes d'essai et exigences relatives aux vêtements réfléchissants pour opérations spéciales de lutte contre l'incendie.

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Néant
  • Voir les statuts de la fonction publique d'Etat (pour les militaires) ou territoriale (pour les SDIS)

12. DOCUMENTATION ET BIBLIOGRAPHIE

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Compilation par Pierrette.trilhe, médecin du travail retraitée, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
  • DATE DE CREATION : mars 2021
  • RELECTEURS :
  • DERNIERE MISE A JOUR :

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).