Fiches de métiers

Moniteur de plongée. Educateur sportif spécialisé. Animateur de sport sub-aquatique

agencia de citas cyrano drama FICHE METIER BOSSONS FUTE N°450

ROME :G1204  CITP-08 : 3422  INSEE : 424a 

rencontre espagnol montreal 1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

Moniteur professionnel de plongée subaquatique ; éducateur sportif de plongée

view it 2. DEFINITION

Le moniteur de plongée organise, anime, encadre et valide les activités de plongée subaquatique dans le respect du milieu naturel et des règles de sécurité

free full access hookup sites 3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Seuls les moniteurs titulaires d’un brevet d’état d’éducateur sportif (BEES), mention plongée subaquatique peuvent exercer cette profession contre rémunération. Ce BEES peut être considéré comme équivalent au certificat d’aptitude à l’hyperbarie (CAH) de la Mention B classe 2 ou 3 option enseignement. (Code du sport art. R 322-41)
  • Les moniteurs de clubs de plongée fédéraux, bénévoles, sont soumis aux clauses du code des sports, mais seulement indirectement à ceux du code du travail (clause de subordination au président du club…).

http://www.domenicanedisansisto.org/web/nichuya/1855 4. ACTIVITE PRINCIPALE

forum des rencontres fnac lille 4.1. LIEUX D'ACTIVITE

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • Activités techniques
    • Contrôler le matériel
    • Contrôler les conditions d'utilisation du matériel par les plongeurs
    • Assurer la sécurité de sa palanquée lors des plongées
    • Être capable de gérer les premiers secours à un plongeur en difficulté
  • Activités pédagogiques
    • Fait découvrir la pratique de la plongée à des personnes qui n’en ont jamais fais
    • Enseigner les gestes techniques
    • Former à la connaissance et au bon usage du matériel
    • Forme les plongeurs aux règles de sécurité
    • Former les plongeurs aux différents niveaux de plongée
  • Activités administratives
    • Organiser les sessions de cours théoriques de plongée et réalise l’enseignement
    • Organiser et encadre les différentes plongées et les sorties en milieu naturel
    • Organiser et encadrer les plongées de formation, d’exploration et d’examen de niveaux
    • Organiser et superviser les passages d’épreuves pratiques et théoriques des niveaux de compétence

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Compresseur comprimer l'air dans les bouteilles
  • EPI : Détendeurs, robinetterie de bouteilles, gilet stabilisateur, vêtement de plongée, bouteilles …etc.)
  • Appareils de fabrication de mélanges de gaz respiratoires et matériel d'analyses 
  • Moyens de secours : valise d’oxygénothérapie normo-bare.
  • Recycleurs de plongée.

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Gaz (air, oxygène, hélium), pour la fabrication des mélanges respiratoires pour les bouteilles
  • Combinaison en néoprène et autres vêtements de plongée
  • Gilets stabilisateurs

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Associations diverses, dont celles des personnes en situation de handicap
  • Clients
  • Fabricants, exportateurs, vendeurs de matériel de plongée
  • Gestionnaires ou responsables des lieux de plongée
  • Pouvoirs publics : services de secours, mairies
  • Responsables des clubs, centres de loisirs

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Sens de la sécurité pour soi-même et les autres
  • Capacité de vigilance continue
  • Bonnes capacités pédagogiques
  • Très bonne connaissance des risques liés à la pratique de la plongée
  • Connaissance des  mesures de premier secours (sortie de l’eau, diagnostique simple, donner l’alerte, administration d’oxygène… )
  • Capacité à réagir rapidement et efficacement aux situations dangereuses
  • Etat de santé compatibles avec la pratique de la plongée (Certificat médical d’aptitude au poste de moniteur de plongée professionnelle selon les recommandations de Medsubhyp et appliquées par le médecin du travail.) Note : ce n’est pas un certificat de « non-contre-indication » à la plongée !
  • Capacité à utiliser les EPI
  • Avoir l’autorité pour faire respecter les règles de sécurité

4.7. TRAVAILLEURS ET PLONGEURS EN SITUATION DE HANDICAP

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles et d’avoir été déclaré apte à ce poste de travail par le médecin du travail, l'emploi est accessible aux personnes en situation de handicap.
  • Toutefois l'emploi est non compatible avec la surdité et avec la cécité 
  • Il existe une qualification fédérale pour les moniteurs plus particulièrement formés à la gestion des plongeurs en situation de handicap – Voir Handi-plongée…

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Possibilité de diriger un établissement commercial de plongée de loisir
  • Possibilité de conseiller les plongeurs dans le choix du matériel utilisé
  • Possibilité d’intervenir dans une structure associative
  • Possibilité d’agir comme moniteur de plongée en apnée – qualification fédérale recommandée.
  • Possibilité d’agir comme moniteur de plongée Trimix ou encore Recycleur (qualification fédérale recommandée)

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accident de décompression/barotraumatisme
  • Risque d’explosion
  • Risque d’hypothermie
  • Risque de noyade
  • Risque de coupure
  • Risque de morsure ou d’envenimation
  • Risque de heurt
  • Risque de chute d’objet
  • Risque de chute à bord d’une embarcation

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail en milieu hyperbare
  • Contraintes environnementales : froid, vent, obscurité, courant, animaux marins, mal de mer
  • Contraintes physiques : port de charge, natation intense notamment en cas de sauvetage, temps de séjour dans l’eau

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Préparation de mélanges gazeux et transfert dans les bouteilles.
  • En particulier gestion des transferts d’oxygène

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Surinfection de plaies en particulier suite à des immersions fréquentes en eau de mer

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Vigilance permanente pour assurer la sécurité des plongeurs
  • Possibilité de travailler de nuit
  • Gestion de groupes en formation en salle et en situation

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°29 RG : lésions provoquées par des travaux effectués dans des milieux où la pression est supérieure à la pression atmosphérique.
  • Tableau n°19 RG : Spirochétoses

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Troubles musculo-squelettiques liés au port de bouteilles dont lumbago

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.0. SPECIFICITE DU SECTEUR PUBLIC : La visite d'aptitude à la fonction publique 

  • Avant le passage d'un examen ou d'un concours en vue d'une entrée dans la fonction publique, l'agent (fonctionnaire ou contractuel) doit passer un examen médical, auprès d'un médecin généraliste agréé par l'administration. Cet examen est destiné à vérifier son aptitude générale à exercer un emploi public.
  • Le médecin vérifie que le futur agent public n'est atteint d'aucune maladie ou infirmité. S'il constate des maladies ou infirmités, le médecin vérifie qu'elles sont compatibles avec l'exercice des fonctions postulées. Ces maladies ou infirmités sont alors indiquées au dossier médical de l'agent. Le médecin généraliste peut ordonner un examen complémentaire auprès d'un médecin spécialiste agréé.
  • Au vu du certificat établi par le médecin généraliste, l’administration peut aussi elle-même ordonner un examen complémentaire auprès d'un médecin spécialiste agréé.
  • Les frais de ces examens sont à la charge de l'administration.

8.1. REGLEMENTATION DE LA SURVEILLANCE DE LA SANTE AU TRAVAIL  

8.1.0. Généralités

  • En France la surveillance est obligatoire pour tous les salariés, mais ses modalités sont différentes pour les travailleurs du secteur public et ceux du secteur privé.
  • Depuis le 1er janvier 2017, en fonction de l’analyse des risques et de sa situation personnelle le salarié du secteur privé doit bénéficier :
    • Soit d’une visite d’information et de prévention assurée par un professionnel de santé
    • Soit d’un suivi individuel renforcé assurée par le médecin du travail. 
  • L'adaptation pour le secteur public en en cours

8.1.1. Cas général : La visite d'information et de prévention (VIP) par un professionnel de santé (Code du travail : Art R 4624-10 à 16)

8.1.2. Cas particulier : le suivi individuel adapté (SIA) (Art R 4624-17 à 21)

8.1.3. Cas particulier le suivi individuel renforcé (Art R 4624-22 à 28)

  • Une visite par le médecin du travail est obligatoire pour les travailleurs en milieu hyperbare 
  • Une visite préalable à l’affectation sur le poste est obligatoire
  • La visite de suivi individuel renforcé (VSIR) donne lieu à la délivrance d’un avis d’aptitude ou d’inaptitude remise au salarié et à l’employeur
  • La périodicité des visites de suivi individuel renforcé ne doit pas excéder 4 ans avec une entretien infirmier intermédiaire qui doit être réalisée dans les 2 ans
  • La VSIR reste valable en cas de changement d’entreprise si l’emploi occupé présente des risques équivalents.

8.1.4. La visite de reprise et/ou de pré reprise par le médecin du travail (Art R 4624 -29 à 33)

8.1.5. La visite à la demande l'employeur, du travailleur ou du médecin du travail (Art R 4624-34)

8.2. CONTENU 

8.2.1. Clinique

  • Conditions de travail : Affectation, travail de nuit, travail par alternance, incidents et accidents, arrêts de travail et de leurs motifs ...., temps de trajet ....
  • Recherche d'antécédents allergiques, de pathologies chroniques, de troubles ORL, d’addictions, qualité du sommeil, existence de troubles digestifs ... de douleurs ...., évaluation de l'adaptabilité à l'effort 
  • Calcul de l'indice de masse corporelle (IMC = P/T²), Surveillance de l’état cutané, ORL (otoscopie avec manoeuvre de Valsava), ostéo-articulaire, cardiovasculaire (TA, ECG de repos) et respiratoire (courbe débit-dose), acyuité visuelle 
  • Bilan du stress

8.2.2. Examens complémentaires (Art 4624-35 à 38)

  • Prise en charge
    • Des examens complémentaires peuvent être nécessaires pour la détermination de l’aptitude au poste de travail. Ils sont alors à la charge de l’employeur
    • D’autres examens peuvent être utiles en fonction de l’état de santé du salarié et en liaison avec le médecin traitant. Ils sont alors à la charge du salarié
  • Contenu si nécessaire
    • Exploration fonctionnelle respiratoire
    • Audiométrie, explorations vestibulaires
    • Electrocardiogramme d'effort, échographie
    • IRM des articulations
    • Ophtalmologie : champ visuel, examens des milieux transparents
    • Tests d'évaluation du stress, EEG, IRM après 40 ans
    • Bilan sanguin, recherche d'une thrombophilie
    • Panorama dentaire
    • Test de grossesse
    • Bilan hépatique et urinaire

8.2.3. Vaccinations 

  • Vaccinations obligatoires :
    • Pour toute la population 
      • BCG : Art L3112-1, R3112-1, R3112-2, R3112-3, R3112-4 du Code de la santé publique et arrêté du 13 juillet 2004
      • Diphtérie et Tétanos Art L 3111-2 ; et Poliomyélite Art L 3111-3
      • Un rappel antitétanique tous les 20 ans est recommandé entre 25 et 65 ans
    •  En cas de risque particulier
      •  Variole en cas de menace (Art L 3111-8)
      • Typhoïde et paratyphoïde en cas de menace d’épidémie (Art L3111-6)
      • Typhus en cas de menace d’épidémie (Art L3111-7)
    • Vaccinations conseillées
      • Hépatite A

8.2.4. Suivi post professionnel 

  • Néant sauf exposition particulière

8.2.5. Dossier médical

  • La tenue d'un dossier médical est obligatoire. Ce dossier peut être consulté par le salarié
  • Le dossier doit contenir les informations sur les postes occupés et les risques liés à ces postes, ainsi que le résultat des visites médicales et des examens complémentaires réalisés soit pour la détermination de l'aptitude soit dans le cadre d'une surveillance médicale renforcée.
  • Le dossier médical peut comporter une fiche de pénibilité établie par l'employeur 
  • La durée de conservation du dossier médical conseillée est d'au moins 20 ans après la cessation de l’activité en milieu hyperbare

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Altération possible de la faune et de la flore aquatique.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Profondeur : mesure de la profondeur en temps réel par un profondimètre ou par l’ordinateur de plongée
  • Temps : calcul du temps de plongée par un chronomètre ou par l’ordinateur de plongée
  • Décompression : calcul des paliers de décompression à effectuer par l’ordinateur de plongée

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • TECHNIQUE
    • Rédiger et tenir à jour le DUERP (Document unique d'évaluation des risques professionnels)
    • Rédiger et tenir à jour le manuel de sécurité hyperbare de la structure d’activité
    • Entretien et contrôle du matériel : compresseurs ...
    • Entretien et contrôle des EPI (Détendeurs, robinetterie de bouteilles, stab, vêtement de plongée, épreuves périodiques des bouteilles …etc.)
    • entretien et contrôle des appareils de fabrication de mélanges de gaz respiratoires – dont analyses.
    • Maintien en état de servir des moyens de secours : valise d’oxygénothérapie normo-bare.
    • Maintien en état et contrôle des recycleurs de plongée.
  • ORGANISATIONNELLE
    • Respecter les temps de récupération
    • S'assurer de la connaissance des règles de sécurité par toute la palanquée selon le niveau du groupe.
    • S’assurer de la disponibilité d’un caisson de recompression d’urgence hospitalier ou non, mais opérationnel à moins de 2 heures du site de plongée.
    • Connaître les moyens de mobilisation de ce type de secours.

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Vêtement de plongée adapté aux conditions du site de plongée
  • Gilet stabilisateur et lestage approprié
  • Masque de plongée, tuba
  • Détendeurs (normal et secours)
  • Bouteille d’un volume adapté à la durée et la profondeur prévue pour la plongée.
  • Ordinateur de plongée, parachute,
  • Navire en surface avec pilote selon site de plongée
  • Directeur de plongée en surface

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Connaitre et appliquer les règles de sécurité de base :
    • Ne pas trop serrer son matériel (masque, combinaison)
    • Équilibrer la pression pour les oreilles
    • Ne pas remonter trop vite
    • Respecter les paliers de décompression lorsqu'ils sont nécessaires
    • Ne pas s’éloigner de la palanquée
    • Signaler sa présence à la surface par un parachute de plongée lors des plongées en milieu naturel sauf lors de plongées avec plafond (sous glace ou en galerie immergée)
    • Ne pas plonger en cas de rhume, maladie, douleur, fatigue ou après une prise de médicaments
  • Connaitre et savoir mettre en oeuvre les premiers secours (PSC1) être capable de les gérer, notamment les premiers secours à un plongeur en difficulté, ce qui est spécifique du métier de moniteur…

11. REGLEMENTATION

11.0. LES GRANDS TEXTES INTERNATIONAUX ET EUROPEENS

  • UE 2016/245 relatif aux équipements de protection individuelle

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Code du travail : Prévention des risques en milieu hyperbare Art R 4461-1 à 49
    • Articles R 4461-6 à R 4461-13 : Organisation du travail en milieu hyperbare
      • Article R 4461-8 : Manuel de sécurité hyperbare
    • Articles R 4461-14 à R 4461-20 : Gaz et mélanges gazeux respiratoires
    • Articles R 4461-21 à R 4461-26 : Règles techniques
    • Articles R 4461-27 et suivant : Certificat d’aptitude à l’hyperbarie
    • Article R 4461-40 : Equipe d’intervention
    • Article R 4461-47 : Equipements de travail 
    • Article D 4152-19 : Femmes enceintes : interdiction d'affecter ou de maintenir les femmes enceintes à des postes de travail exposant à une pression relative supérieure à 100 hectopascals. 
  • Code du sport :

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3. NORMES

  • https://inpp.org/liste-des-normes/, Liste de normes élaborées ou en cours d'élaboration par le Bureau de Normalisation des Activités Aquatiques et Hyperbares (BNAAH)
    • NF EN 250 relative aux appareils respiratoires, appareils de plongée autonomes à air comprimé et à circuit ouvert
    • NF EN 13949 relative aux appareils respiratoires, appareils de plongée autonome à circuit ouvert utilisant des mélanges azote/oxygène suroxygénés (appelés Nitrox) ou de l’oxygène pur.
    • NF EN 14143 relative aux appareils de protection respiratoire, appareils de plongée autonome à recyclage de gaz.
    • NF EN 144 relative aux appareils de protection respiratoire, robinets de bouteille à gaz
    • NF EN 15333 relative aux équipements respiratoires, appareils de plongée narguilé à gaz comprimé et à circuit ouvert.
    • NF EN 12021 relative aux appareils de protection respiratoire, gaz comprimés pour appareil de protection respiratoire.
    • NF EN 13319 relative aux accessoires de plongée, profondimètres et instruments combinant la mesure de la profondeur et du temps.
    • NF EN 12628 relative aux accessoires de plongée, bouées d’équilibrage et de sauvetage combinées.
    • NF EN 14225 relative aux vêtements de plongée.
    • NF EN 16804 relative aux équipements de plongée, palmes de plongée non chaussantes.
    • NF EN 16805 relative aux équipements de plongée, masque de plongée.
    • NF EN ISO 12402 relative aux équipements individuels de flottabilité.

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Accord du 1er Avril 2010 : accord professionnel relatifs aux centres de plongée (moniteurs) 
  • Convention collective nationale du sport du 7 Juillet 2005

12. DOCUMENTATION ET BIBLIOGRAPHIE

13. ADRESSES UTILES  

REDACTION

  • AUTEURS : 
    • Création : Clémence WAHARTE, étudiante LP QHSSE, Université Gustave Eiffel ; 
    • Révision : Jean-Claude LE PECHON, Ingénieur Conseil - Hygiène et sécurité des travaux hyperbares, Moniteur National de Plongée Subaquatique (n° 234), Moniteur Fédéral Nitrox et Trimix.CAH Mentions A, B, C et D, Classe III - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
  • DATE DE CREATION : Juin 2020
  • RELECTEURS :
  • DERNIERE MISE A JOUR :

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Attachments:
Download this file (tm38.pdf)tm38.pdf[ ]183 kB

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).