Fiches de métiers

Plombier installateur sanitaire

partnersuche norderney FICHE METIER BOSSONS FUTE N°449

ROME : F1603 

CITP-08 : 7126

INSEE 632f ; 211d

https://www.reunionsaveurs.com/viopes/1286 Mots clés : plombier, tuyauterie, eau, sanitaire, BTP

http://netix.pl/includes/frazaty/3527 1. INTITULÉS SYNONYMES OU APPARENTES

  • Installateur sanitaire, réparateur en plomberie et sanitaires

rencontre femme arabe en france 2. DÉFINITION

  • Le plombier installe, met en service, et assure l’entretien des installations sanitaires, des canalisations et tuyauteries d'eau.

pop over to these guys 3. FORMATION – QUALIFICATION

  • Le niveau de qualification est très variable et recouvre des compétence très variées
  • Le diplôme minimum requis est un CAP, en principe le CAP Monteur en installateur sanitaire,
  • D'autres qualifications sont possibles  
    • BEP Techniques des installations sanitaires et thermiques, 
    • BP équipement sanitaire
    • BP Métiers de la piscine
    • BM plombier sanitaire
    • BP Monteur en installations du génie climatique et sanitaire
    • BTS Fluides, énergies, environnements, option sanitaire et thermique,
    • Titre professionnel Installateur en thermique et sanitaire,
    • Des habilitations spécifiques (électrique, gaz, ...) sont requises.
  • La formation peut se faire par l'apprentissage

click here now 4. PRESENTATION DE L’ACTIVITE PRINCIPALE

dating a girl 10 yrs younger 4.1. LIEUX D'ACTIVITÉ

  • Le statut
    • Le plombier est le plus souvent salarié d'une entreprise
    • Il peut toutefois être à son compte (artisan, auto-entrepreneur...)
  • L’entreprise :
    • Entreprises du BTP
    • Entreprises souvent artisanales d’installations sanitaires, de froid et/ou de chauffage/climatisation
  • Les locaux :
    • Travail administratif dans des bureaux pour le courrier, les commandes
    • Travail sur site, chez des particuliers ou des chantiers de construction, pour l'établissement des devis, l'installation du matériel et le suivi du chantier

site de rencontre jeunes adultes 4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITÉ

Selon le poste dans l'entreprise l'activité comporte plusieurs des tâches suivantes :

  • Rencontrer le client, analyser ses besoins, faire un devis technique et financier
  • Passer les commandes de matériel
  • Etudier le parcours des conduites (eau, gaz, évacuations)
  • Percer les murs pour faire passer la tuyauterie (eau, gaz, évacuations)
  • Reboucher les trous
  • Installer et connecter des appareils ménagers (lave-linge, lave-vaisselle, etc.), des systèmes utilisant de l’eau, des chaudières, des panneaux solaires, des systèmes de protection incendie et des chauffe-eaux.
  • Contrôler le bon fonctionnement des éléments de plomberie installés (étanchéité, isolation, conformité, etc.)
  • Couper, souder et poser des tuyaux.
  • Entretenir, dépanner et réparer les installations
  • faire un compte-rendu de fin de chantier
  • Préparer la facturation

partnersuche kostenlos rheinland-pfalz 4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISÉS

  • Appareils de chauffage électrique, à gaz, à bois, chaudière à fioul, appareil réversible, pompes à chaleur, conduits divers
  • Appareils sanitaires : baignoires, douches, WC, bidets
  • Chalumeau
  • Scie sauteuse
  • Scie manuelle
  • Meuleuse
  • Perceuse
  • Perforateur
  • Escabeau, échafaudages ou des nacelles pour le travail en hauteur
  • Petit outillage : tournevis, cutter, vis, etc.
  • Matériel de bureautique

navigate to this website 4.4. PRODUITS ET MATÉRIAUX UTILISÉS

  • Produits nettoyants et/ou détartrants
  • Décapant de soudure
  • Flux de soudage
  • Liquides sous pression (eau)
  • Electricité
  • Gaz (risque d’intoxication, d’explosion)
  • Tuyauterie

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Clients/fournisseurs
  • Personnels commerciaux, administratifs ou techniques de l'entreprise

4.6. EXIGENCES PARTICULIÈRES

  • Etre autonome
  • Avoir le sens de la sécurité et de la protection de l’environnement
  • Avoir la capacité de proposer un devis conforme aux règles et en fonction des souhaits du client
  • Se tenir au courant des évolutions technologiques
  • Avoir les capacités médicales de conduire sur la voie publique
  • Lecture de plan et de schémas.
  • Bonne connaissance des matériaux : cuivre, plastique, inox, fer, acier, zinc, etc.
  • Compétences techniques : mesures, traçage, collage, application d’enduit, soudure, cintrage, etc.
  • Maniement d’outils tels que : équerre, niveau, perceuses, etc.
  • Connaissance des normes de sécurité liées aux chantiers.
  • Habile et de bonne condition physique (port de charges lourdes, travail dans des positions inconfortables, souplesse)
  • Preuve d’initiative et de méthode pour gérer les imprévus sur un chantier.
  • Disponible (les horaires sont souvent extensibles)
  • Goût du contact
  • Savoir expliquer en quoi consistent ses interventions.

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPÉS

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles, l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : maladies chroniques et cancers, certains troubles moteurs.
  • Emploi peu compatible avec la cécité, la surdi-mutité.
  • Les clients doivent être avertis si nécessaire

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Gestion de son entreprise pour les artisans à leur compte

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accident de la circulation routière
  • Chutes de plain-pied
  • Chutes de hauteur
  • Blessures par outils, par une mauvaise manipulation (soudure, pose de tuyauteries, perçage…)
  • Plaies cutanées
  • Fractures
  • Entorses
  • Écrasements des membres
  • Corps étrangers dans les yeux
  • Brûlures
  • Risques d’explosion, d’incendie, d’accident au contact des organes mécaniques en mouvement
  • Atteintes ostéo-articulaires fréquentes : tendinites du coude, de l’épaule, douleurs cervicales et lombaires, hygroma du genou, lombalgie

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail administratif occasionnel :
    • Travail sur bureau, sur écran
    • Bruit : téléphone
    • Ambiance lumineuse
  • Travail sur site :
    • Postures de travail inconfortables
    • Travail dans des espaces parfois confinés
    • Travail en hauteur ou au sol
    • Travail en lumière artificielle permanente et souvent faible (sous-sol, caves)
    • Travail en extérieur et être exposé aux intempéries et/ou aux rayonnements solaires (toiture, façades)
    • Manutention et port de charges pour l'installation du matériel 
    • Travail en positions contraignantes : accroupi, à genoux, bras en l'air, torsion du rachis pour installer le matériel et les conduits
    • Travail sur sols humides et glissants
    • Milieu insalubres ou septiques
    • Peut travailler avec des installations électriques (électrisation/électrocution possible avec contact d’un conducteur sous tension, utilisation d’outillage mal entretenu ou de prises défectueuses)
    • Ambiance lumineuse (locaux sombre < 500 lux)

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Produits cancérogènes ou dangereux pour la reproduction, toxiques, corrosifs (anciennes installations : amiante, résidus de fioul, soude caustique, acide chlorhydrique, acide sulfurique ...)
  • Produits pouvant être irritants ou allergisants pour les poumons, la peau, les yeux, le nez ou provoquer des atteintes allergiques cutanées (eczéma et urticaire) et/ou respiratoires (rhinite et asthme)
    • Détartrants
    • Décapant, flux
    • Colles
    • Ciment de rebouchage
    • Peintures anticorrosion...
  • Amiante dans les anciennes installations (calorifuge, flocage, …)
  • Installation produisant du monoxyde de carbone (CO)
  • Déjections de rongeurs
  • Agents infectieux (eaux usées)
  • Inhalation de poussière
    • Plomb (anciennes canalisations)
    • Silice (coupe du béton)
    • Hydrocarbures aromatiques polycycliques HAP (découpe de tuyauterie enduite par un vernis de protection à base de braie de houille)
  • Contact d’agents cancérogènes conduisant à de graves maladies pulmonaires (asbestose, silicose) ou cancers du poumon, de la plèvre, ou de la peau
  • Composés organiques volatils (COV)
    • Application ou pulvérisation de colles en solution dans un solvant (colle PVC…) ou à deux composants (résines époxy…)
    • Dégraissage de surfaces, matériels ou matériaux
    • Usage d’adhésifs
  • Fumées de soudage (gaz, vapeurs et particules métalliques)
  • Gaz de fermentation (hydrogène sulfuré notamment)

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Légionellose
  • Leptospirose
  • Hépatite B
  • Tétanos

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Se déplacer en permanence sur différents chantiers
  • Etre en contact avec des clients (présentation, information, disponibilité)
  • Supporter des amplitudes horaires importantes si la situation le nécessite
  • Travailler en horaires variables en cas d'urgence
  • Travailler seul (travailleur isolé)
  • Travail de nuit

7. RISQUES POUR LA SANTÉ

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°1 RG : Affections dues au plomb et à ses composés
  • Tableau n°5 RA : Leptospiroses
  • Tableau n°19 RG : Spirochétoses (à l'exception des tréponématoses)
  • Tableau n°30 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante
  • Tableau n°30 bis RG : Cancers broncho-pulmonaires provoqués par l'inhalation de poussières d'amiante
  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°79 RG : Lésions chroniques du ménisque à caractère dégénératif
  • Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel : hydrocarbures liquides aliphatiques, alicycliques, hétérocycliques et aromatiques, et leurs mélanges (white spirit, essences spéciales) ; dérivés nitrés des hydrocarbures aliphatiques ; acétonitrile ; alcools, aldéhydes, cétone, esters, éthers dont le tétrahydrofurane, glycols et leurs éthers ; diméthylformamide, diméthylsulfoxyde
  • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes

7.2. AUTRES RISQUES

  • Lombalgies, stress, aggravation des pathologies veineuses, légionelloses, leptospiroses, cancers cutanés

8. SURVEILLANCE MEDICALE

  • Les salariés exposés au bruit, aux vibrations à l'amiante ou aux agents biologiques sont soumis à une surveillance médicale renforcée selon l'évaluation des risques.

8.1. RÉGLEMENTATION EN SANTÉ AU TRAVAIL

  • Cas général : visite d'embauche puis entretien infirmier tous les 3 à 5 ans avec les infirmières en santé au travail
  • Cas particuliers : visite médicale pour les travailleurs handicapés, ou en cas de maladie professionnelle ou d'accident de travail, où à la demande du salarié 

8.2. CONTENU

  • Clinique
    • Visite d'embauche puis visites périodiques en fonction de la réglementation des surveillances médicales renforcés
    • Examen standard avec contrôle visuel, auditif, cardio-vasculaire et veineux et ostéo-articulaire
  • Examens complémentaires
    • En fonction des résultats de la visite médicale
  • Vaccinations
    • Rappel DTPolio tous les 20 ans conseillé entre 25 et 65 ans
    • Hépatite A et B (à faire avant 15 ans sinon, un rattrapage vaccinal est recommandé)
  • Suivi post professionnel
    • En cas d'exposition particulière
  • Dossier médical
    • Sauf risque particulier, pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTÉRIEUR

  • Déversement accidentel de produits chimiques

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Contrôler le poids du matériel
  • Prendre le matériel adapté en fonction de l’étage du bâtiment
  • Etude de la charge de travail : longueur des tournées, type et nombre d'interventions

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

TECHNIQUE

  • Aménagement du poste de travail de façon ergonomique pour les postes administratifs : Ordinateur, bureau, chaises réglables + outils (souris ergonomique, clavier, tapis de souris, repose main, repose pied, kit main libre pour le téléphone si besoin)
  • Utiliser des aides mécaniques à la manutention chaque fois que c'est possible (chariot élévateur, diable, transpalette, etc.)
  • Procéder aux consignations des équipements en fonction des procédures afin d’interdire toute intervention manuelle sur organes sous tension ou en mouvement.

ORGANISATIONNELLE

  • Varier les activités en alternant les interventions à forte manutention et la petite maintenance chaque fois que c'est possible
  • Assurer le suivi de la maintenance des véhicules
  • Assurer le suivi du recyclage des habilitations

10.3. PRÉVENTION INDIVIDUELLE

  • Port des EPI lorsque c'est nécessaire
  • Bonne hygiène de vie

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • A la manutention et aux gestes et postures (PRAP)
  • Aux nouvelles technologies et aux évolutions réglementaires
  • Habilitation travaux de sous-section 4 dans le cas de maintenance sur canalisation contenant de l’amiante
  • Habilitation électrique pour la consignation (BC ou HC) lorsque c’est nécessaire

11. RÉGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Réglementation de l’activité  :
    • Habilitation pour les travaux électriques (norme C18-510) : décret no 88-1056 du 14 novembre 1988.
  • Titres professionnels :
    • Installateur d'équipements sanitaires
    • Installateur en thermique et sanitaire
  • Diplômes :
    • Niveau V
      • BCP Installateur sanitaire et thermique
      • BEP froid et conditionnement d'air
      • BEP Techniques du froid et du conditionnement d'air
      • CAP Froid et climatisation
    • Niveau IV
      • Brevet professionnel en équipements sanitaires

11.2. RECOMMANDATIONS ET BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 232 Appareils mettant en œuvre des jets liquides
  • R 407 et R 422 Sécurité lors des interventions sur machines, appareils et installations
  • R 409 Evaluation du risque chimique
  • R 416 Travail isolé et dangereux
  • R 447 Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés

11.3. NORMES

NORMES (AFNOR)

  • Norme NF EN 13306 X 60-319 de janvier 2018 sur les niveaux de maintenance
  • Norme NF C18-510 de janvier 2012 et ses fiches d'interprétations (11 au 11 janvier 2016)

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVE

  • Convention collective nationale des employés, techniciens et agents de maîtrise du bâtiment du 12 juillet 2006
  • Nouvelle convention collective nationale des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant jusqu'à 10 salariés) du 8 octobre 1990.
  • Convention collective des ouvriers du batiment – Brochure JO 3193 – Code IDCC 1596

12. DOCUMENTATION ET BIBLIOGRAPHIE

13. ADRESSES UTILES

14. ANNEXE

RÉDACTION

  • AUTEURS : Etudiants en LP QHSSE à l'U- UPEM : Ousmane FOMBA ; Yannick QUESNEL, Nicolas LY, Yannick JEANVILLE et Coralyn ZAVAN 
  • DATE DE CRÉATION : Mai 2019
  • RELECTEURS :
  • DERNIÈRE MISE À JOUR :

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).