Fiches de dangers

Diéthylamine (en cours)

FICHE DANGER DE BOSSONS FUTE N°164

Mots clés 

  • Dérivé aminé des hydrocarbures , N-Ethyléthanamine, amine aliphatique secondaire
  • Numéro CAS : 109-89-7 ; Numéro CE : 203-716-3 ; Numéro Index : 612-003-00-X
  • Agent chimique dangereux

1. CONTEXTE

1.1. NATURE DES DANGERS

  • Formule chimique : C4H11N
  • Dans les conditions normales d’utilisation, la diéthylamine est un produit stable qui présente les réactions caractéristiques des amines aliphatiques secondaires.
  • C’est une base forte qui peut former des sels avec les acides minéraux ou organiques. Avec les acides concentrés, la réaction peut être violente.
  • La diéthylamine réagit violemment avec les oxydants puissants, le nitrate de cellulose, l’anhydride maléique.
  • En présence d’agents nitrosants (nitrites, acide nitreux…), la diéthylamine peut donner naissance à des nitrosamines (N-Nitrosodiéthylamine), considérées comme cancérogènes.
  • Cette substance attaque le cuivre, l’aluminium, le plomb, l’étain, le zinc et leurs alliages, surtout en présence d’humidité, et peut former avec le mercure des composés explosifs.
  • La diéthylamine peut également attaquer certaines matières plastiques et le caoutchouc.

1.2. PROFESSIONS EXPOSEES

  • Industrie de synthèse des colorants, industrie de la peinture, des vernis, des résines, des émaux
  • Industrie pharmaceutique, cosmétique, parfumerie, pesticides
  • Industrie des plastiques et du caoutchouc
  • Présence dans les secteurs des préparations ignifugeantes, gaz de combustion, carburants
  • Utilisation comme solvants ou décapants : pressing
  • Métallurgie

2. DOMMAGES

2.1. DOMMAGES SUR LA PERSONNE (EFFETS SUR)

  • Tableau n°49 RG : Affections cutanées provoquées par les amines aliphatiques et alicycliques ou les éthanolamines
  • Tableau n°49 bis RG : Affections respiratoires provoquées par les amines aliphatiques, les éthanolamines, ou l'isophoronediamine

2.2. DOMMAGES SUR L'ENVIRONNEMENT (EFFETS SUR)

 

3. DONNEES JURIDIQUES ET NORMATIVES

3.1. PARAMETRES

  • les valeurs limites d'exposition professionnelles VLEP) en France sont les suivantes :
    • Valeur Moyenne d'Exposition (VME) : en ppm = 5 et en mg/m3 = 15
    • Valeur Limite de Courte Durée (VLCT) : en ppm = 10 et en mp/m3 = 30
  • Les VLEP réglementaires sont contraignantes

3.2. REGLEMENTATION

  • Mention d’avertissement: danger
  • Mentions de danger:
    • H225 Liquide et vapeurs très inflammables
    • H301 : Nocif en cas d’ingestion
    • H312 : Nocif par contact cutané
    • H332 : Nocif par inhalation
    • H314 : Provoque des brûlures de la peau et des lésion oculaires graves
  • Conseil de prudence :
    • P210 : Tenir à l’écart de la chaleur, des surfaces chaudes, des étincelles, des flammes nues et de toute autre source d’inflammation. Ne pas fumer.
    • P260 : Ne pas respirer les poussières/fumées/gaz/brouillards/vapeurs/aérosols
    • P303+P361+P353 : en cas de contact avec la peau (ou les cheveux) : enlever immédiatement tous les vêtements contaminés. Rincer la peau à l’eau/se doucher
    • P305+P351+P338 : en cas de contact avec les yeux : rincer avec précaution à l’eau pendant plusieurs minutes. Enlever les lentilles de contact si la victime en porte et si elles peuvent être facilement enlevées. Continuer à rincer.
    • P405 : garder sous clef
    • P501 : Eliminer le contenu/récipient conformément à la réglementation locale/régionale/nationale/internationale.

3.3. OBLIGATIONS

  • Du fournisseur :
    • Fournir une fiche de sécurité FDS dans les 45 jours gratuitement à partir de la demande de l’acheteur.
    • Donner le nom de la substance exacte, les conditions d’utilisation et de manipulation ainsi que les équipements de protection individuelle et collective adapté, ainsi que la conduite à tenir en cas d’accident, ainsi que les moyens pour l’élimination
    • Donner les dangers et les propriétés du produit chimique et d’indiquer les risques encourus pour la santé humaine et pour l’environnement
  • Du transporteur :
    • Posséder un agrément de transport de matières dangereuse avec une visite technique annuelle des véhicules en question.
    • Utiliser un véhicule qui respecte  les règles spécifiques de construction notamment en ce qui concerne le système de freinage, d’équipements électriques, et de prévention des risques incendies.
    • Equiper les véhicules de moyens d’extinction de feu et d’équipement de protection individuelle.
    • Le transport en citerne est spécifique.
    • Le transporteur doit vérifier de l’autorisation de transporter le produit, que le véhicule est fonctionnel, que les étiquettes de dangers et de signalisation  des produits dangereux soient apposées sur le véhicule et que l’équipement de sécurité soit dans le véhicule.
    • Le conducteur doit vérifier l’intégrité de l’emballage du produit de façon visuelle et le bon fonctionnement de son véhicule.
    • L’employeur des conducteurs doit assurer une formation ADR valable pendant 5 ans et fournit par un organisme agrée par l’état.
    • Le transporteur doit également désigner un conseiller de sécurité compétent.
    • En cas d’accident avec un véhicule transportant des produits chimiques, l’employeur est tenu de le déclarer dans les 2 mois auprès du ministère de l’écologie et du développement durable.
  • Du chef d’entreprise utilisant le produit :
    • Evaluer le risque chimique et consigner dans le document unique. 
    • Supprimer le risque ou le remplacer par une substance moins toxique
    • Former son personnel sur les risques et les moyens de protection
    • Fournir et entretenir les équipements de protection individuel et de former son personnel sur son utilisation
    • Effectuer une suivi médical adapté pour tout le personnel concerné
    • Fournir les informations nécessaires au médecin du travail
    • mettre en place le compte pénibilité si nécessaire
  • Du salarié :
    • Respecter les consignes d’hygiène, de sécurité
    • Porter des EPI
    • Respecter l’intégrité des EPI fournis par l’employeur
    • Suivre les formations organisées par l’employeur
    • Respect du règlement intérieur

4. EVALUATION

4.1. METROLOGIE

  • Mesures de la concentration de l'atmosphère en agent chimique cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction au moins une fois par an par un organisme agréé, en situation significative de l'exposition habituelle.
  • En cas de dépassement des valeurs limites d'exposition professionnelle, nouveau contrôle sans délai. Si le dépassement est confirmé, arrêt du travail aux postes concernés jusqu'à la mise en oeuvre des mesures approprié pour remédier à la situation.
  • En cas de modification des installations ou des conditions de fabrication susceptible d'avoir un effet sur les émissions d'agents cancérogènes, nouveau contrôle dans un délai de quinze jours.
  • Communication des résultats au médecin du travail, au CHSCT ou à défaut, aux délégués du personnel.

4.2. BASE DE DONNEES

5. PREVENTION

5.1. TECHNIQUE COLLECTIVE

  • Substitution de l'agent chimique dangereux par un agent non ou moins dangereux, quand elle est possible
  • Travail en vase clos lorsqu'il est possible
  • Aspiration des vapeurs ou des poussières à la source
  • Mise à disposition de douches de sécurité et de fontaines oculaires
  • Vérification périodique des installations et des dispositifs de sécurité
  • Mise en place d'une signalisation pour le port des équipements de protection individuelle
  • Réduction au minimum du nombre de travailleurs exposés avec mise en place d'une signalisation pour limiter l'accès aux zones dangereuses
  • Réduction au minimum de la durée et de l'intensité de l'exposition
  • Moyens de secours et de lutte contre l'incendie adaptés
  • Réduction au minimum de la quantité d'agents chimiques sur le lieu de travail pour le type de travail concerné
  • Procédures de travail adéquates, notamment dispositions assurant la sécurité lors de la manutention, le stockage et le transport sur le lieu de travail des agents chimiques dangereux et des déchets contenant ces agents
  • Interdiction de boire, manger, fumer sur le lieu de travail

5.2. ORGANISATIONNELLE

5.3. FACTEUR HUMAIN

5.3.1. FORMATION, INFORMATION

  • Information sur les risques, sur les moyens mis en oeuvre pour les éviter et sur les procédures à suivre en cas d'urgence
  • Remise au salarié d'une fiche de poste et d'un livret d'accueil incluant la sécurité
  • Formation aux premiers secours
  • Formation incendie
  • Formation à l'utilisation des équipements de protection individuelle
  • Information sur la nécessité d'une hygiène rigoureuse

5.3.2. SUIVI MEDICAL

5.3.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

6. REFERENCES

6.1. JURIDIQUE : DIRECTIVES, LOIS ET REGLEMENTS

6.1.1. TEXTES PHARES

6.1.2. CODE DU TRAVAIL

6.1.3. AUTRES TEXTES

6.2. RECOMMANDATIONS – NORMES

  • R11 : Facilement inflammable
  • R36/37 : Irritant pour les yeux et les voies respiratoires
  • S16 : Conserver à l'écart de toute flamme ou sources d'étincelles - Ne pas fumer
  • S26 : En cas de contact avec les yeux, laver immédiatement et abondamment avec de l'eau et consulter un spécialiste
  • S29 : Ne pas jeter les résidus à l'égout

6.3. BIBLIOGRAPHIE & SITOGRAPHIE

REDACTION

  • AUTEURS : Médecins du travail de l'AMI (75), Nicole Motsch (médecin du travail) (AMETIF) (95)
  • DATE DE CREATION : décembre 2001
  • RELECTEURS :E Bodeu ; M Mougel ; E Taillade - Université d'amiens
  • DERNIERE MISE A JOUR : 22 mars 2017

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.