Fiches de métiers

Moniteur de surf (Maroc)

Fiche métier bossons futé n° 423

ROME  : G 1204                 CITP : 3423

 1. INTITULES, SYNONYMES OU APPARENTE

  • Educateur, formateur sportif de surf, guide ou  conseiller sportif  de surf 

2. DEFINITION

  • Le moniteur de surf est un éducateur sportif des activités aquatiques et le glissage sur l’eau en toute sécurité avec un support flottant compatible à ce type de sport : planches de surf.
  • Il organise et anime des séances  de stages de formation pour différents types de publics dans un objectif de loisirs ou de compétition et en fonction des objectifs fixés et des échéances (championnats).
  • C’est également un technicien polyvalent capable d’encadrer un groupe de stagiaires de Surf et accompagner chacun dans sa progression en démontrant et décrivant les gestes fondamentaux du Surf et aussi surveiller et réparer les matériels utilisables dans ce sport.

3. FORMATION-QUALIFICATION

  • Le Brevet d’Aptitude à l’Entraînement Sportif  "B.A.E.S "mention surf est une formation qui s’adresse aux intervenants actifs dans le domaine du sport n’ayant pas de qualification professionnelle, aux sportifs, et à tous ceux qui souhaitent exercer une activité d’encadrement dans cette discipline sportive. Ce brevet comporte 3 niveaux. Le but est de dispenser aux différents intervenants dans le domaine de l’entraînement sportif (surf), de niveau régional, une formation certifiée.
    • Le BAES niveau 1 est accessible à toute personne :
      • Âgée  de 18 ans ou plus,
      • Issue du milieu sportif et titulaire d’une licence ou d’une attestation en tant que pratiquant ou intervenant  dans une structure sportive.
    • Le BAES Niveau 2 est accessible aux titulaires du BAES niveau 1 après un an de pratique professionnelle justifiée.
    • Le BAES niveau 3 est accessible aux titulaires du BAES niveau 2 après deux ans de pratique professionnelle justifiée.
  • Population cible :
    • Les sportifs en activité ou en reconversion,
    • Les personnes justifiant d’une pratique sportive régulière au sein d’une structure organisée et non organisée.
  • La formation du BAES à 3 niveaux est composée de deux parties complémentaires :
    • Des connaissances générales de base englobant des matières pluridisciplinaires servant de support à toutes les disciplines sportives.
    • Un tronc spécifique ayant un contenu pratique et un autre théorique propre à chaque discipline sportive choisie.
  • En plus du module principal, les candidats suivront des formations de natation, sauvetage et secourisme du genre BNS (brevet national de secourisme et sauvetage en mer) animées par les services de la Protection civile. Il y aura aussi des ateliers de fabrication et de réparation de planches
  • Le Brevet d’Aptitude à l’Entraînement Sportif de niveau régional permet à son titulaire d’exercer auprès d’une association, une équipe, une collectivité  locale, une entreprise. Selon le degré de qualification acquis et la réglementation fédérale de la discipline concernée,  ce brevet permet de pratiquer en tant qu’animateur, initiateur ou entraîneur. 

4. ACTIVITE PRINCIPALE

  • Le titulaire est responsable de l'enseignement et de la sécurité dans une structure associative ou privée. Le métier se caractérise par une forte prédominance d'activités de découverte.
  • Il peut travailler en totale autonomie. Il assure toutes les tâches d'initiation et de perfectionnement en surf dans une perspective de découverte de l'activité. Il participe à l'organisation, la gestion et l'administration des différentes activités. Il participe au bon fonctionnement de la structure.

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  •  Ce professionnel exerce sont activité
    • le plus souvent sur des spots sur les plages ou sur les mers qui ont de bonnes vagues
    • mais également dans un local de rangement et de réparation des planches.
  • Il peut être
    • indépendant
    • ou salarié
      • de clubs de surf (associations ou entreprises)
      • de centres de vacances
      • de collectivités territoriales

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • Adapter son intervention aux différents publics en portant une attention toute particulière aux publics en tenant compte de leur âge, de leur sexe et  de leur handicap éventuel.     
  • Constituer les équipages en tenant compte des caractéristiques des personnes, dans une logique de sécurité active.    
  • Prendre en compte les autres utilisateurs des mêmes espaces.      
  • Maîtriser les spécificités des activités nautiques, les méthodes d’apprentissage et de perfectionnement associées.    
  • Prévoir, organiser et gérer l’environnement de la pratique nautique
    • choisir l’itinéraire et site d’activité ;
    • aménager l’espace d’évolution ;
    • prendre en compte les paramètres météorologiques, hydrologiques et aérologiques ;
    • respecter l’environnement ;     
  • Optimiser le matériel technique ou moyen nécessaires à la conduite de la séance.     
  • Maîtriser la technique des supports de la mention choisie ainsi que les techniques professionnelles liées à l’exercice du métier (sécurité des pratiquants, conduite maîtrisée des engins motorisés nécessaires à la pratique,…)    
  • Organiser et mettre en place un dispositif de sécurité préventif conformément aux différentes réglementations en vigueur.    
  • Proposer et évaluer des situations d’apprentissage répondant à la demande institutionnelle, au public, dans les logiques diversifiées de loisir, de pratique, initiation, etc.    
  • Conduire des séances d'apprentissage technique vers un premier niveau de compétition et de préparation complémentaire, orientées vers une initiation à la compétition.     
  • Suivre l’évolution de la progression des pratiquants pour adapter les contenus d’entraînement.     
  • Analyser, démontrer et expliquer les gestes techniques.     
  • Mettre en œuvre les actions de secours et d’assistance en milieu nautique.     
  • Réaliser une intervention auprès d’un pratiquant en difficulté.        
  • Diagnostiquer l’état du matériel et des équipements et en assurer la maintenance (réparation simple et entretien courant du matériel de la pratique).    
  • Contribuer à l’élaboration des plannings et aux procédures administratives liées aux activités.    
  • Contribuer au développement et à la promotion de la structure et de ses activités.
  • S’impliquer notamment dans l’organisation d’évènements et de manifestations sportives.    
  • Mettre en œuvre le tutorat, l’encadrement ou l’organisation de l’activité d’autres personnels (salariés occasionnels ou saisonniers, bénévoles).      
  • Organiser et mettre en œuvre des activités variées d’information et de communication.
  • Utiliser les technologies de l’information et de la communication dans les situations courantes de la vie professionnelle.    

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Planche : En fonction du temps, des préférences et de la manière de surfer, il existe différentes type de planches (appelé shape) : le shortboard, l'évolutive, le Eggs, le Fishes , le Malibu, le Gun, le longboard 

  • Accessoires de planche :

    • Leleash : cordon qui raccorde la jambe du surfeur à sa planche afin d'éviter la perte de celle-ci en cas de chute, et dont la longueur est égale à la distance qui sépare le nose et le tail de la planche.
    • Lawax : enduit constitué de paraffine qui permet une meilleure adhérence sur la planche.
    • Lepad : plaque qui permet une meilleure adhérence sur la planche (souvent positionné sur l'arrière de la planche pour effectuer des figures telles que le roller).
    • Le set de trois ailerons : indispensable pour les planches, car si non la planche vire complètement.
  • Les Combinaisons :

    • Le choix des équipements dépend des conditions météo, de la température de l’eau, de la résistance du surfeur, de son style et de ses préférences.
    • Il existe différentes épaisseurs de combinaisons, aussi différents modèles et longueurs et types de fermetures éclaires.
  • Les lycras de couleurs

    Les lycras de couleurs à enfiler par-dessus la combinaison, permettent au moniteur de bien visualiser tous les élèves dans l'eau. C'est un élément essentiel dans la prévention sécurité.
  • Gilets de sauvetage de différentes tailles

  • Connexion WIFI pour consultation permanente de la météo: prévoir la taille des vagues, la vitesse du vent et appareils caméra pour enregistrer des vidéo de retour ;
  • Les effets personnels à prévoir

    • sac de couchage,
    • serviette de toilette, serviette de plage, chaussures de plage, Shorts et maillots de bain de rechange,
    • Blouson ou coupe-vent, casquette, les tops néoprènes ou lycras, T-shirt à mettre sous la combinaison ou à mettre avec un boardshort (biarrot).
    • Vêtements chauds en cas de nuits fraîches,
    • La cagoule les gants néoprène et les chaussons : indispensables sur la côte en hiver.
  •  Certains outils s’avèrent indispensables à l’étape de la réparation des planches de Surf Shape

    • Un surform pour travailler la mousse ;
    • Un rabot manuel ;
    • Une scie.

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Ecran total résistant à l’eau ;
  • Des baumes de protection pour les lèvres ;
  • Lunettes du soleil de protection ;
  • Des crèmes protectrices contre l’irritation du cou et les plis de flexion exemple : vaseline ;
  • La cire ou la Wax (en anglais) pour avoir des planches antidérapantes ;
  • Eau de robinet non salée pour rinçage des planches après leur utilisation branchée au niveau du local de rangement des matériels ;
  • Produits de réparation et d’entretien des planches (résines polyester, résine époxy, grille à poussière, filles abrasives de grains et tissus de fibre de verre…).

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Autrefois très orienté vers la compétition, l’éducateur sportif d’aujourd’hui doit avoir à l’esprit que la finalité de son action est éducative et sociale.
  • Relations avec les pratiquants, et surtout les parents des jeunes sportifs, qui sont de plus en plus attentifs aux valeurs transmises par l’enseignant : respect des règles et d’autrui, rigueur, solidarité….
  • Développement et recherche de financement. : organisation d’évènements pour promouvoir son club, communication par les médias sociaux, rédaction de dossier de demande de subvention, recherche de sponsoring ou de mécénat
  • Relations sociales avec les apprentis, le responsable de qualité, le patron et les autres coéquipiers pour avoir une équipe professionnelle dévouée

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES            

  • Bonnes conditions physiques et mentales permettant de travailler en mer (état cardio-vasculaire, intégrité ostéo-articulaire et rachidienne…) ;
  • Nécessité d’une grande résistance physique, les surfeurs peuvent rester de 2h à 3h à répétition dans une eau parfois glaciale ;
  • Avoir une bonne élocution et une audition suffisante pour assurer la surveillance et transmettre les consignes ;
  • Avoir le sens du contact, de responsabilités et  disponibilité
  • Faire preuve de vigilance et de pédagogie ;
  • Connaître, respecter et faire respecter les consignes et les règles de sécurité.
  • Avoir le diplôme de maître-nageur sauveteur ;
  • Avoir le diplôme de secourisme et soins primaires ;
  • Avoir des capacités d’animation ;
  • Etre à jour de ses vaccinations.

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : surdi-mutité si la population surveillée à la même pathologie, certaines maladies chroniques et cancers.
  • Emploi peu compatible avec la malvoyance, les gros troubles moteurs.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Assurer la responsabilité d’un camp de stage : gérer le personnel, réaliser le planning des tâches ;
  • Encadrer le groupe et les nouveaux venus dans un club ou une école de surf ;
  • Approvisionnement et entretien permanent des ateliers, des locales de rangement et des matériels du fait de l’environnement maritime corrosif ;
  • Pour le gérant : liaisons avec l’équipe, les clients et suivi des approvisionnements et des commandes. Parfois gestion d'un camp qui contient l’hôtellerie et la restauration pour les stagiaires ;
  • Contrôle des qualités climatiques, propreté et les normes d’hygiène et de sécurité existants dans les spots ;
  • Leçons de natation données en groupe ou individuellement, avant ou après les séances de Surf ;
  • des activités de l’animation comme : Ping-pong, Beach-volley, jeux de plage et jeux de société.

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • C’est un travail souvent de l’extérieur en mer dans les spots : milieu naturel, humide, salin et peu maîtrisable (exposition aux évènements météorologiques extrêmes ex : Insolation, etc.) ;
  • Blessures et coupures des mains et de la tête par des dérives ou par des planches de résine, ou lorsque le leash s’enroule autour des doigts, avec de risques d’entorses, voire de fractures des phalanges et surinfections fréquentes du fait de la macération ;
  • Dermatoses d’irritation de contact :
  • Brûlures ;
  • Irritations oculaires avec conjonctivites ;
  • Dermatoses aux fibres de verre.
  • Accidents liés à la faune marine (blessures par un animal marin : piqûres par une vive (poisson osseux possède une épine dorsale venimeuse), un médius ou morsure par un requin ;
  • Heurter par un zodiaque ou un scooter ;
  • Accidents ostéo-articulaires aigus (hernie cervicale, dorsale ou lombaire) lors de manutention de charges lourdes (retournement des poches), Lumbago d’effort ;
  • Chutes de plain-pied ou glissade (sol glissant et parfois encombré du local de rangement des planches) ;
  • Projections oculaires de corps étrangers ;
  • Risque de noyade suite une chute sur la tête avec trouble de conscience ;
  • Accidents liés aux dangers des installations électriques défectueuses : les ateliers de réparation des planches sont à fort risque électrique du fait de la corrosion et de l’humidité ;
  • Risques d’incendie en cas du mélange et utilisation des produits de réparation ; ex : mélange cata + résine= réaction exothermique et très inflammable.

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Contraintes biomécaniques posturales

    • Manutention de charges lourdes : chargement, déchargement et repositionnement des planches ;
    • Postures forcées pour faire des manœuvres ;
    • Position allongée sur les planches ;
    • Hyper sollicitation des articulations du poignet, épaule, cheville, le rachis…
  • Contraintes physiques

    • Ambiances climatiques : travail en plein air (chaleur, rayonnement solaire, déshydratation, humidité, intempéries) ;
    • Travail au froid : contact avec l’eau de mer froide avec un risque accentué par l’exposition au vent (refroidissement éolien) : hypothermie, diminution de la dextérité, engelures, pied d’immersion, gelures locales ;
    • Horaire de travail: contraintes liées aux horaires des marées et aux saisons ;
    • Ambiances physiques : nuisances sonores : soufflement du vent, les vagues et parfois le bruit des moteurs du scooter et du zodiaque.

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Produits pétroliers ; essence des scooters et des zodiaques ;
  • Oxyde de carbone ;
  • Produits de nettoyage et d’hygiène et de désinfection des outils, des locaux et des surfaces de travail : détergents, désinfectants, décapants et détartrants ;
  • Des produits de réparation des planches (Latex, époxy…).

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Clostridium tétanie (tétanos) en cas d’effraction cutanée ;
  • Mycoses, onychomycoses par macération ;
  • Infections ORL et respiratoires ;
  • Infections oculaires se font par contact direct en cas de projection accidentelle ou manu portée par frottement des yeux ;
  • Leptospiroses en cas de contact avec les rats ;
  • Hépatites virales si outils de travail souillés par le sang d’un porteur sain.

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • L'emploi du temps est particulier. En effet, l'animateur sportif travaille lorsque son public est disponible et lorsque la météo le permet (liées aux marées et aux saisons).
  • La vie sociale peut être perturbée en raison de l’horaire et des contraintes de travail : voyage permanant, il accompagnement des pratiquants sur les compétitions pour les coacher, travail tard le soir et le week-end et les jours fériés.
  • Travail irrégulier : les employeurs ne proposent pas toujours un poste à l’année, l’emploi de l’éducateur sportif est souvent partagé entre plusieurs employeurs ou géré par un groupement d’employeurs. Il a donc tout intérêt à être polyvalent pour pouvoir travailler à d’autres moments de l’année.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES (tableaux marocains)

  • Tableau n° 1.1.8 : affections cutanées professionnelles causées par les oxydes et les sels de nickel ;
  • Tableau n° 1.2.8 : affections provoquées par l’aldéhyde formique et se polymères ;
  • Tableau n° 1.2.8 bis : affections cancéreuses provoquées par l’aldéhyde formique ;
  • Tableau n°1.3.1 : maladies professionnelles provoquées par les résines époxydiques et leurs conséquences ;
  • Tableau n°1.6.1 : affection professionnelles de mécanisme allergique provoquées par Latex ou  caoutchouc naturel ;
  • Tableau n°1.7 : intoxication professionnelle par l’oxyde de carbone ;
  • Tableau n°1.8.1 : rhinites et asthmes professionnelles ; 
  • Tableau n°1.8.1 bis : pneumopathies d’hypersensibilités ;
  • Tableau n°1.8.2 : lésions eczématiformes de mécanisme allergique ;
  • Tableau n°2.2 : affections oculaires dues au rayonnement thermiques ;
  • Tableau n°2.2 bis : affections oculaires dues au rayonnement thermique associé aux poussières ;           
  • Tableau n°2.7 : affections péri articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail ;
  • Tableau n°2.8 : affections chroniques du rachis lombaires provoquées par la manutention manuelle de charge lourdes ;
  • Tableau n°2.10 : lésions chroniques du ménisque ;
  • Tableau n°3.2 : tétanos professionnel ;
  • Tableau n°3.6 : kérato-conjonctivites virales ;
  • Tableau n°3.14 : rage professionnelle ;
  • Tableau n°3.17 : péri onyxis et onyxis ;
  • Tableau n°3.18 : mycoses cutanées.

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Irritation cutanée ;
  • Engelure, syndrome de Raynaud ;
  • Verrues plantaires ;
  • Cervicalgie, dorsalgie et lombalgies ;
  • Varices des membres inférieurs (station debout prolongé) ;
  • Fatigue physique ;
  • Pathologies en rapport avec le travail en plein air et exposition aux rayons UV, affections cutanées (épithéliomas), insolations, coups de chaleur, brûlures de la cornée et infections respiratoires et ORL récidivantes,
  • Pathologies digestives : troubles gastro-intestinaux à type de diarrhées ou de gastro – entérites (absence des règles d’hygiène élémentaires, mains sales).

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche et avant l'affectation au poste de travail : bilan somatique complet en insistant sur l'état ORL, cardio-vasculaire, respiratoire, visuel, auditif, musculo-squelettique, digestif, cutané et psychologique), habitudes toxiques (tabac, alcool, cannabis) et consommation médicamenteuse ;
  • Visites périodiques: surveillance médicale renforcée ;
  • Visites de reprise après tout incident ou accident ;
  • Consultations spontanées

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) si anomalies respiratoires.
  • Bilan radiologique : Radiographie pulmonaire, radiographie des articulations en cas d’anomalies
  • Pour les plus de quarante ans, l’examen clinique annuel est assorti, s’il y a lieu, d’examens complémentaires.

8.3. VACCINATIONS

  • DTPolio ;
  • BCG ;
  • Hépatite B ;

8.4. SUIVI POST-PROFESSIONNEL

  • Néant

8.5. DOSSIER MEDICAL

Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Dangers liés à la coactivité : collisions avec des baigneurs, des bateaux, des animaux marins ...

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Analyse des contraintes biomécaniques des postes de travail ;
  • Métrologie des ambiances physiques (thermiques) ;
  • Ergonomie du poste de travail : biomécanique des postes de travail (évaluation des gestes et postures).

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Imposer le travail d'équipe ;
  • Moderniser des méthodes de travail (manutention) ;
  • Respecter de la législation en matière d'horaires de travail, de port de charges et des règles d'hygiène générale ;
  • Equiper les postes de travail d'aides à la manutention : chariots pour transporter les planches ;
  • Entretenir en continu les locaux ;
  • Utiliser des résines à faible poids moléculaire doit être encouragée ;
  • Prévoir des sols antidérapants et maintenus propres, secs, avec dégagement des voies de passage ;
  • Elaborer des procédure d'urgence en cas d'accidents avec trousse d'urgence et consignes visiblement affichées.

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Equipements de protection individuelle adaptés : combinaison, casquette, lunettes anti UV, chaussures ou chaussettes de surf, écran solaire résistant à l’eau…etc.
  • Contrôle régulièrement le matériel
  • Gants 4H, spécifiques Epoxy et masque spécifique en cas de réparation des planches,
  • Hygiène de vie : douche, repas réguliers et équilibrés et boissons abondantes ;
  • Prévention des risques chimiques (produits détergents et désinfectants) par le port de gants imperméables et de lunettes de protection.
  • Pour le travail au froid: tenues de travail chaudes et imperméables.

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

Organiser des séances de formation, d'information et de sensibilisation sur :

  • les questions relatives à l'hygiène, à la santé et à la sécurité au travail (formation à l'utilisation des équipements de protection individuelle, mention emballage, postures de sécurité etc.) notamment pour le personnel saisonnier.
  • les risques encourus, les pathologies liées au travail et les maladies professionnelles ;
  • les procédures à mettre en place en cas d’infection et d'accidents etc.
  • Former et contrôler l'application des procédures d'hygiène alimentaire.

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Loi n° 30-09 relative à l’éducation physique et aux sports promulguée par le dahir n° 1-10-150 du 24 août 2010 et publiée au B.O. N° 5888-26, du 04 novembre 2010 sur :
    • L’organisation des activités physiques et sportives (activités aquatiques inclus);
    • Les sociétés sportives ;
    • les fédérations sportives ;
    • L’enseignement et de la formation des cadres sportifs ;
    • le contrôle médical ;
    • l'assurance sportive…
  • Loi n° 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement promulguée par le dahir n° 1-03-59 du 12 mai 2003 et publiée au B.O. N° 5118-18, du 19 juin 2003 sur :
    • La protection, la mise en valeur et la conservation du littoral ;
    • Les conditions d’exploitations du littoral par des sports aquatiques ;
    • Le développement des ressources du littoral.
  • Décret n° 2-14-280 du 18 juin 2014 fixant les attributions et l’organisation du ministère de l’emploi et des affaires sociales, publié au B.O. N° 6344-19 mars 2015 avec
    • Parmi les attributions concernant l’état des lieux et potentialisation du littoral, notamment celle de loisirs, d’activités de plein air exemple : surf, kayak de mer, jet Ski… ;
  • Décret  n° 2-14-499 du 15 octobre 2014 approuvant le règlement général de construction fixant les règles de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les constructions, publié au B.O. N° 6306 du 06 novembre 2014 ;
  • Décret n° 02-13-254 du 21 mai 2013 de ministre de la jeunesse et des sports, relatif aux attributions et à l’organisation du ministère, publié au B.O. N° 6158 du 06 juin 2013 ; elle est chargée des missions suivantes :
    • Elaborer des programmes socio-éducatifs ;
    • Elaborer une politique portant sur le développement et la vulgarisation des sports, coordonner et contrôler toutes les activités sportives aquatiques à l’échelle nationale ;
  • Décret n° 2-12-231 du 25-11-2013 fixant les conditions d’utilisation de substances ou de préparations susceptibles de porter atteinte à la santé des salariés ou de compromettre leur sécurité (risques chimiques, risques biologiques), publié au B.O. N° 6214 du 19 décembre 2013 ;
  • Arrêté n° 160-14 du janvier 2014, du ministre de l’emploi et des affaires sociales,  relatif aux tableaux des maladies professionnelles au Maroc, publié au B. O. N° du 21 janvier 2014 ;

11.2. RECOMMANDATIONS

  • Néant.

11.3. NORMES

  • Normes Marocaines (NM) 00.5.800 et 801 – 2001 : système de management de santé et de sécurité au travail.
  • NM 03.2.103 : précisant le contenu et le plan type des fiches de données de sécurité pour tous les produits toxiques.
  • NM 00.4.001-1993 : protection contre les agents physiques, chimiques et biologiques
  • Normes marocaines (NM) 00. 5.800 et 801-2001 : système de management de santé et de sécurité au travail.
  • NM 03.2.103 : précisant le contenu et le plan type des fiches de données de sécurité pour tous les produits toxiques.
  • NM 4.001-1993 : protection contre les agents physiques, chimiques et biologiques.
  • NM 08.0.000 :1995 : principes généraux d'hygiène alimentaire
  • NM EN 404 : 2015 appareils de protection respiratoire pour l’évacuation – Auto- sauveteur avec ensemble embout buccal à filtre monoxyde de carbone ; (IC 21.9.423)
  • NM EN 1385 : 2015 casques utilisés dans la pratique du canoë-kayak et des sports en eau vive ; (IC 21.0.264) ;
  • NM EN 13921 : 2015 équipement de protection individuelle- principes ergonomiques ; (IC 21.0.244)

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Pas de conventions collectives au Maroc

12. BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. G1204 Education en activités sportives. (2009)
  • CITP : Classification Internationales Type des professions (CITP-08) : 3423 Instructeurs et animateurs de programmes, loisirs et activités de remise en forme (OIT)
  • Christophe Guibert : le surf au Maroc. Les déterminants d’une ressource politique incertaine. Science sociales et sport, 2008.
  • Anne-Marie Odena (médecin de travail) (ACIST) (94) Fiche métiers, Maître-nageur sauveteur 2011
  • Joel de Rosnary en action. www.derosnary.com
  • Maître-nageur. www.secourisme.info (2002)
  • Les tableaux des maladies professionnelles (annexe n°1), annexés au présent arrêté. Le présent arrêté est publié au BO (21 JANVIER 2014)
  • surf-prevention.com ; dans l’actualité surf : Janvier 2012
  • M.VELTEN : Résines époxydiques en médecine de travail.

13. ADRESSES UTILES

 REDACTION

  • AUTEURS : Nadia Manar (Master en hygiène, sécurité, environnement) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Omar Laraqui (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Mounia Adda (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Aziz Mazladi (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ; Chakib Laraqui (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • DATE DE CREATION : juillet 2016
  • RELECTEURS
  • DERNIERE MISE A JOUR

Pour toutes remarques et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).