Fiches de métiers

Réparateur des roues de véhicules (Maroc)

http://ckgbooks.com/anja/3093 FICHE METIER BOSSONS FUTE N°418

http://cafemamboibiza.com/?vuuijj=rencontres-loisirs&ddd=01 ROME : I1604 -  CITP : 7231

partnersuche kostenlos app 1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

Garagiste, pneumaticien, mécanicien réparateur de pneus, réchappeur de pneu, équilibreur des roues,  technicien en parallélisme et géométrie.

most popular dating sites in korea 2. site de rencontre et tchat entierement gratuit DEFINITION

Le réparateur de roues assure les opérations d’entretien, de rechapage, de remplacement des pneumatiques, d’équilibrage des roues et  de géométrie des axes des roues

benefits of dating a drug dealer 3. conocer mujeres solteras vallbona d'anoia FORMATION - QUALIFICATION

  • sanlúcar de barrameda chicos solteros Apprentissage sur le tas au sein d’ateliers (1 à 2 ans). Dans les petits ateliers artisanaux informels où est effectuée exclusivement la réparation des pneumatiques des véhicules, l’emploi ou l’activité est accessible sans diplôme ni expérience professionnelle.  La formation se fait généralement par compagnonnage.
  • Centres de formation professionnelle avec alternance études et stages auprès d’un maître artisan : Dans les garages modernes où sont effectués en plus de la réparation de pneumatiques, l’équilibrage des roues et la géométrie  des axes des roues, l’emploi n’est accessible qu’après une formation professionnelle au sein d’un institut spécialisé.Apprentissage sur le tas au sein d’ateliers (1 à 2 ans).
    • Certificat de spécialisation professionnelle en mécanique automobile : durée de formation : 2 ans ; condition d’accès : fin de la 6° année primaire ou équivalent,
    • Certificat de qualification professionnelle en mécanique automobile : durée de formation : 2 ans ; condition d’accès : fin de la 3èmeannée du collège ou certificat de spécialisation professionnelle

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L'activité s'exerce le plus souvent dans un garage, une station d’essence ou dans un atelier. 

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

La réparation des roues du véhicule comprend :

  • La réparation pneumatique qui se fait en plusieurs étapes : levage du véhicule, démontage de la roue, réparation du pneu et remontage de la roue
  • L’équilibrage de la roue
  • La géométrie des axes et le parallélisme des trains du véhicule

A - Levage du véhicule et  démontage de la roue

  • Cette opération doit être réalisée conformément aux règles définies dans les documentations techniques des fabricants. Plusieurs précautions sont à prendre pour  réaliser le levage du véhicule et le démontage de la roue avec le maximum de sécurité
  • Le véhicule peut être soulevé à l’aide d’un cric à vis, d’un cric hydraulique ou d’un pont élévateur plus  utilisé dans les grands garages.
    • Pour le cric à vis, une manivelle fait tourner une longue tige filetée qui rapproche ou éloigne les deux paires de bras de la triangulation dont l'une est munie d'une bague taraudée.
    • Le cric hydraulique sur roulettes utilise la pression de l'huile pour pousser un vérin.
  • Le véhicule doit être le plus horizontal possible  sur une surface plane et suffisamment dure pour supporter l'appui du cric. La charge maximale admissible par le cric  ne doit pas être dépassée.
  • Si la roue à changer est à l’avant, il est préférable de serrer le frein à main .Si la roue à changer est à l'arrière, il est parfois utile de bloquer les roues avant en engageant une vitesse.
  • Il faut d'abord desserrer les boulons de la roue au sol. Le desserrage  alors que la voiture est soulevée  et en équilibre fragile peut  faire retomber la  voiture et exposer  la personne qui la répare à un accident.
  • Lorsque les boulons sont décoincés, le cric est placé à l'endroit prévu par le constructeur.
  • Pour les crics à vis, il faut tourner la vis. Pour les crics hydrauliques, il fautpomper sur le levier. Une vis de purge à leur base permet de redescendre le véhicule une fois la roue remontée.
  • Lorsque le véhicule est à la hauteur désirée et la roue est soulevée du sol, une chandelle sera placée sous un point solide du véhicule pour pouvoir assurer le levage. Le cric est légèrement desserré pour laisser la voiturer se poser sur la chandelle.Il ne faut jamais travailler sur un véhicule qui ne « tient » que sur un cric. Une défaillance de ce dernier expose la personne qui se trouve sous le véhicule à l’écrasement  avec des conséquences graves.
  • La roue ne pourra être desserrée qu'une fois que le véhicule est stabilisé sur la chandelle.
  • Pour le remontage et la repose du véhicule sur le sol, les opérations devront s’'effectuer en sens inverse.

B - Réparation du pneu

  • Réparation par l'extérieur
    • Les réparations par l'extérieur se font avec des mèches. Elle est rapide et peu coûteuse mais non recommandée par les manufacturiers car il n'y a pas d'examen de la structure interne du pneu.
    • Elle consiste à 
      • 1. Localisez le trou causé par le corps étranger et utilisez la poignée en T « type foreuse » pour préparer et nettoyer le trou.
      • 2.  Enfoncez la mèche dans le porte-mèches jusqu'à atteindre son milieu. Il faut enduire les mèches de colle sauf si elles sont déjà pré-enduites.
      • 3.  Insérez la mèche à l'aide du porte-mèche dans le trou et laissez seulement quelques centimètres dépasser.
      • 4.  Retirez délicatement le porte-mèche en faisant vriller la mèche à l'intérieur du pneu.
      • 5.  Couper au cutter l'excédent de mèche qui dépasse.
      • 6.  Regonflez le pneu.
  • Réparation par l'intérieur
    •  Cette technique est recommandée par les manufacturiers .Le démontage peut être manuel ou mécanique à l’aide d’un démonte-pneu. 
    • L'insertion d'une pièce de réparation pour pneumatique, appelée « champignon » est la méthode la plus fiable mais aussi la plus coûteuse et nécessite un équipement professionnel.
    • Elle consiste à
      • Démonter le pneu
      • Dévisser et retirer la pièce intérieure de la valve pour dégonfler le pneumatique.
      • Lubrifier les talons des pneumatiques après détalonnage 
      •  Pour les jantes en plusieurs pièces, démonter l’anneau de verrouillage et le cercle latéral (ne jamais se trouver en face ou au-dessus de la roue ; une projection du cercle latéral est possible notamment sur une roue endommagée).
      • Procéder à différentes manœuvres : nettoyage, brossage, perçage, vulcanisation du « champignon » et découpage de l'excédent.

C - Remontage du pneu

  • Il peut être manuel ou mécanique.
  • Il consitse à
    • Nettoyer les jantes, en particulier les fonds des rainures ou gorges.
    • Inspecter minutieusement la jante pour déceler les ruptures ou amorces de rupture, les fêlures au niveau du disque de roue et les ovalisations des trous de fixation.
    • Pour les jantes en plusieurs pièces, s’assurer que les différents éléments sont en bon état et non déformés.
    • Utiliser un lubrifiant approprié pour les talons du pneumatique et les sièges de jante.

D – Le rechapage du pneu

  • Le rechapage d’un pneu est l’opération permettant de remplacer la bande de roulement ou semelle d’un pneu usagé. Ce procédé permet  de rallonger la durée de vie des pneumatiques et de réaliser des économies.
  • Les étapes de rechapage sont :
    • Une première sélection permet de déterminer l'aptitude de la carcasse à être rechapée.
    • La Shearographie  permet par superposition de plusieurs vues réalisées au laser de détecter si la structure de la carcasse présente des défauts non décelables par l'œil.
    • Le cardage consiste à enlever par râpage la bande de roulement usée. L'opérateur scanne le code barre qui correspond à une recette comportant les réglages à transmettre à la machine afin de donner au produit les caractéristiques géométriques, dimensionnelles et de rugosité.
    • La réparation : les détériorations subies par le pneumatique et sa carcasse lors du roulage sont meulées et nettoyées avant d'être réparées avec des gommes crues.
    • L'habillage :
      • Procédé à chaud : pose d’une nouvelle bande de gomme sur les carcasses.
        • Malaxage à chaud de la gomme crue ;
        • Profilage d’une bande de gomme crue ;
        • Enroulage de celle-ci selon un programme informatique ;
        • Pose d’une bande de gomme sur chaque flanc pour les produits avec flancs refaits ;
        • Vérification de la masse posée.
      • Procédé à froid : pose d’une bande pré-moulée sur les carcasses.
        • Pose d’une bande de gomme de liaison sur la carcasse cardée ;
        • Sélection d’une bande du profil et de la largeur et longueur désirée ;
        • Enroulage de la bande autour de la carcasse.
    • La cuisson :
      • Procédé à chaud : moulage du profil définitif et cohésion entre la carcasse et la gomme posée.
        • Cuisson dans une presse équipée d’un moule ;
        • Température : environ 160 degrés ;
        • Pression : 14 bars ;
        • Durée : environ 1 heure ;
        • Opération identique à un pneu neuf.
      • Procédé à froid : garantir la cohésion entre la carcasse et la bande pré-moulée posée.
        • Mise sous enveloppe sous vide du pneu habillé ;
        • Cuisson d’un train de pneus en autoclave vapeur ;
        • Température : environ 115 degrés ;
        • Durée : environ 2 heures.
    • La graveuse automatique des marquages : la dimension, les indices de charge et de vitesse, la marque de la carcasse d’origine, le rang de rechapage.
    • La détection automatique des perforations  permet de localiser tout défaut d'étanchéité non détecté pendant le rechapage.
    • La vérification finale consiste à sur-gonfler le pneu pour une vérification complète visuelle et tactile de l'enveloppe rechapée.

E – Équilibrage des roues

Cette opération consiste à faire tourner la roue à l’aide d’une machine permettant de déceler les phénomènes vibratoires  et à les compenser  par des masses de poids appropriées et à l’emplacement voulu.

F - Géométrie

  • La géométrie permet de régler les axes des roues de façon à ce que le confort, la tenue de route et l’usure des pneumatiques soient optimaux selon les paramètres dictés par le constructeur.
  • Les trois réglages possibles d’une géométrie sont le parallélisme des trains du véhicule, la chasse et le carrossage.

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Burins, boulonneuses, clés à choc, clé plate, marteau ;
  • La brosse à gomme;
  • Ponts élévateurs, crics, chandelles ;
  • Matériel électrique : rallonge, prise, plaque électrique ;
  • Compresseur pour le gonflage des pneumatiques ;
  • Presse à chaud, le four ;
  • Réservoir d’essai de pneu ;
  • Mèches, porte mèche, couteau, outils pour inspecter et râper la perforation ;
  • Extracteur, roulettes, fraise d’acier, disque polisseur, couteau à valve, mallet en caoutchouc, clé dynamométrique, écarte pneu ;
  • Croisé ;
  • Appareils électroniques pour géométrie de véhicules ;
  • Matériel pour rechapage.

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Liquide de détection des fuites ;
  • Solution auto-vulcanisant ;
  • Gomme auto-vulcanisant ;
  • Crème, pâte, graisse et lubrifiant de montage pour les pneus ;
  • Emplâtres de réparation ;
  • Huiles et graisses en aérosols ;
  • Nettoyants ;
  • Caoutchouc (pneus).

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail en équipe ;
  • Relation avec les clients le plus souvent très pressés, les apprentis, le maître de l’atelier «Maalem» ;
  • Relation avec les autres corps du métier (électriciens, garagistes, hydraulique, équilibrage, fournisseurs, etc.).

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Une bonne communication ;
  • Contraintes climatiques : froid, chaleur;
  • Contraintes physiques : manutention ;
  • Contraintes posturales et mécaniques : postures diverses, précision du geste, hypersollicitation des articulations des membres supérieurs ;
  • Rythme de travail irrégulier

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles cet emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : certaines maladies chroniques et de petits handicaps moteurs
  • Incompatible avec certains handicaps (cécité).

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Entretien du véhicule ;
  • Dépannage ;
  • Hydraulique ;
  • Vente de pneus.

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Ecrasement
  • Chutes de plain-pied sur sol glissant, mal éclairé, encombré ;
  • Traumatisme par chutes de véhicules suite à la rupture du cric ;
  • Traumatismes par objets contondants, tranchants ou tranchants-piquants ;
  • Lumbago par la manutention de pneus;
  • Projection des corps étrangers dans les yeux ;
  • Electrisation si contact avec une prise ou un fil endommagé ;
  • Incendie ;
  • Agressions.

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Température de l’atelier : froid l’hiver et chaud l'été ;
  • Bruits des outils (clés à choc, martelage) ;
  • Outils vibrants ;
  • Lumière : éclairage insuffisant ;
  • Manutention de charges lourdes : lors de port des pneus ;
  • Contraintes posturales : torsion du tronc, travail accroupi ;
  • Gestes répétitifs du poignet lors du montage démontage des pneus ;
  • Expositions aux poussières, particules et fumées.

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • La diversité des opérations effectuées expose le réparateur à des risques importants dus principalement à l’utilisation ou à l’émission de produits chimiques tels que solutions vulcanisantes, graisses et produits de nettoyage. La contamination se produit principalement par inhalation ou par contact cutané, plus rarement par ingestion accidentelle.
  • Les produits manipulés : essence, solvants, nettoyants, lubrifiants ;
  • Les rejets des pots d'échappement :
    • Gaz et vapeurs : CO, CO², NO, NO², acides aldéhydes, matières organiques, ozone, SO² (diesel) ;
    • Particules : plomb tétra-éthyle, suies, hydrocarbures lourds, carbone ;
  • Produits gras, salissants ;
  • Produits CMR :
    • Huiles minérales
    • Amiante des freins (véhicules anciens)
    • Benzène dans l'essence
    • Polluants : benzo-a-pyrène dans les gaz d'échappement

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Clostridium Tétanie agent responsable du tétanos : passage par effraction cutanée ;
  • Surinfection des plaies ;
  • Mycoses, onychomycos par macération.

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Rythme du travail est irrégulier ;
  • Repas souvent pris sur place ;
  • Exigence d’une clientèle demandant le service souvent en urgence ;
  • Risque d’agression verbale ou parfois physique.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°1.2.2 : hémopathies provoquées par le benzène et tous les produits en renfermant.
  • Tableau n°1.2.2. bis : affections gastro-intestinales provoquées par le benzène, les xylènes et tous les produits en renfermant.
  • Tableau n°1.7: intoxication professionnelle par l'oxyde de carbone.
  • Tableau n°1.8.1 : rhinites et asthmes professionnels.
  • Tableau n°1.8.2 : lésions eczématiformes de mécanisme allergique.
  • Tableau n°2.5 : atteintes auditives provoquées par les bruits lésionnels.
  • Tableau n°2.6 : affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils, outils et objets et par les chocs itératifs du talon de la main sur les éléments fixes.
  • Tableau n°2.7 : affections péri articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail.
  • Tableau n°2.8 : affections chroniques du rachis lombaire provoquées par des vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entier.
  • Tableau n°2.9 : affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes.
  • Tableau n°2.10 : lésions chroniques de ménisque.
  • Tableau n°3.2 : tétanos professionnel.
  • Tableau n° 3.17 : péri onyxis et onyxis.
  • Tableau n°3.18 : mycoses cutanées.

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Pathologie vasculaire : stases veineuse, varices.
  • Troubles gastro-intestinaux et dyspepsie.
  • Infections itératives des plaies.
  • Surmenage et épuisement professionnel.
  • Stress accompagné de conduites addictives.

8. SURVEILLANCE MEDICALE

Ce secteur est assujetti à la médecine du travail mais le réparateur de roues des véhicules n’en bénéficie pas excepté certains grands garages.

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche puis tous les deux ans (périodicité plus importante dans certains cas : travailleurs de moins de 18 ans et les handicapés).
  • L’examen recherchera les troubles respiratoires, auditifs, musculo-squelettiques, dermatologiques et veineux.

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • En fonction de l’examen clinique.
  • Radiographie pulmonaire et spiromètre préalablement à l'affectation puis tous les 2 ans.
  • Audiogramme
  • Bilan biologique à la recherche d’une pathologie infectieuse.

8.3. VACCINATIONS

  • Mise à jour des vaccinations (diphtérie, tétanos, poliomyélite) avec un rappel tous les 10 ans.
  • Vaccination antihépatite B.
  • Vaccination antipneumococcique et vaccin antigrippal.

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • En fonction des risques dépistés, un suivi post professionnel devra être réalisé.

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Exigé par la réglementation.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pollution de l'air, par les gaz d'échappement.
  • Risque d'incendie dans les zones de stockage des pneus en attente d'élimination.
  • Pollution sonore : élévateur de véhicules, outils.
  • Toxicité de l’air : si les pneus sont brûler.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS  D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail.
  • Ambiance thermique (température, hygrométrie) : mesurages à l'aide d'un thermomètre, d'un thermohygromètre.
  • Eclairage : mesurages effectués à l'aide d'un luxmètre, d'un luminancemètre.
  • Bruit : mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre.
  • Vibrations :
    • Mesures de vibrations transmises aux bras et aux mains
    • Mesures de vibrations transmises au corps entier.
  • Mesure de la charge physique au poste de travail : cardiofréquencemètre.

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Respect des règles générales d'hygiène et de sécurité :
    • Nettoyage régulier des locaux de travail et annexes.
    • Installations sanitaires dans un local aéré et isolé des locaux de travail et de stockage.
    • Stockage des produits dangereux dans des locaux aérés et bien ventilés.
    • Etiquetage des produits chimiques
  • Règles de protection générale pour la mécanique automobile :
    • Port de charges à éviter
    • Manutention technique avec du matériel adapté et sécurisé.
    • Compresseur insonorisé, respect des contrôles réguliers réglementaires, vérification périodique du manomètre et de la soupape de sécurité.
    • Soufflette avec pression inférieure à 2,5 bars et diffuseur (à ne pas utiliser pour pour le séchage des pièces ou des vêtements).
    • Installation électrique conforme aux normes de sécurité et en bon état.
    • Utilisation de produits non inflammables.
    • Evacuation des eaux usées avec déshuileur et bac de décantation pour retenir les hydrocarbures, les terres et corps solides.
    • Extincteurs fonctionnels et à proximité.

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

Les équipements de protection individuelle doivent être adaptés à l'activité :

  • Chaussures/bottes de sécurité, antidérapantes, anti perforantes.
  • Gants anti-coupures, anti vibratiles, de manutention, contre les produits chimiques, contre le froid.
  • Protections respiratoires (masque)
  • Protections auditives (bouchons d'oreilles, casque, serre-tête)
  • Vêtements de travail.

10.4. FORMATION - INFORMATION – SENSIBILISATION

  • Organiser pour les réparateurs de pneus des compagnes de sensibilisation sur les risques encourus (poussière, bruit, produits chimiques, manutentions, postures...), les maladies professionnelles et les règles d’hygiène et de sécurité au travail (formation à l'utilisation des équipements de protection individuelle, à la sécurité incendie et à l'hygiène alimentaire, corporelle, des locaux et de vie, etc.)
  • Les conditions de travail dans le métier de la réparation des pneus sont dangereuses que celles des grandes entreprises parce que le réparateur ignore les questions relatives à la santé au travail, à la sécurité et n'est pas financièrement capable d'assurer la prévention.

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Marocains

  • Arrêté du ministre de l'emploi et des affaires sociales n° 160-14 du 21 janvier 2014 fixant la liste des maladies professionnelles à 111 tableaux.
  • Titre IV du livre II de la loi n°65-99 relative au code du travail traite de l’hygiène et de la sécurité des salariés, des services médicaux du travail et des comités d’hygiène et de sécurité.
  • Décret n° 2-12-431 du 25 novembre 2013 fixant les conditions d’utilisation des substances ou préparations susceptibles de porter atteinte à la santé des salariés ou de compromettre leur sécurité (B.O. n° 6214 du 19 décembre 2013, p. 2721).
  • Décret n° 2-10-183 du 16 novembre 2010 fixant la liste des travaux auxquels il est interdit d'occuper certaines catégories de personnes.

Français

  • Décret n° 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant le code du travail.
  • Arrêté du 8 décembre 2003 relatif à la collecte des pneumatiques usagés.
  • Décret 2002-1563 du 24 décembre 2002 relatif à l’élimination des pneumatiques usagés.
  • Arrêté du 2 décembre 1998 relatif à la formation à la conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des appareils de levage de charges ou de personnes.
  • Arrêté du 18 décembre 2006 portant révision de l'arrêté du 31 juillet 2003 relatif au titre professionnel de mécanicien automobile.
  • Arrêté du 25 mars 2005 relatif au titre professionnel de technicien en diagnostic et réparation automobile.

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3.  NORMES

  • NM (normes marocaines) 4.001-1993 : protection contre les agents physiques, chimiques et biologiques.
  • NM 00.5.800 et 801-2001 : système de management de santé et de sécurité au travail.
  • NM 03.2.103 : précisant le contenu et le plan type des fiches de données de sécurité pour tous les produits toxiques.

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Pas de convention collective

12. BIBLIOGRAPHIE

13. ADRESSES UTILES

  • artisanat.gov.ma
  • inrs.fr : institut national de recherche et de sécurité
  • http://www.bossons-fute.fr
  • etrto.org ; European Tyre and Rim Technical organisation (Organisation européenne technique du pneumatique et de la jante)
  • tnpf.fr : Travaux de normalisation du pneumatique pour la France - Association professionnelle française des fabricants de pneumatiques régie par la loi du 1er juillet 1901

 REDACTION

  • AUTEURS: Nadia Manar (Master en hygiène, sécurité, environnement) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Omar Laraqui (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Samir Nya (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Chakib Laraqui (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
  • DATE DE CREATION : juillet 2016
  • RELECTEURS :
  • DATE DE MISE A JOUR :

Pour toutes remarques et propositions de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).