Fiches de métiers

Employé de crèche et autre établissement d’accueil des jeunes enfants (EAJE)


FICHE METIER BOSSONS FUTE N°407

ROME : J1304 CITP-08 : 5311 INSEE : 526c ; 434g

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Aide-puéricultrice, animateur petite enfance, auxiliaire de crèche, auxiliaire de puériculture en crèche, auxiliaire de puériculture en établissement d’accueil de jeunes enfants, éducateur de jeunes enfants, jardinière d’enfants
  • dans la fonction publique : ATSEM (même poste que Auxiliaire de puériculture mais ne donne pas les médicaments aux enfants), agent technique/d’entretien (s’occupe de l’entretien des locaux mais aussi de la réception/préparation des repas/goûter).

2. DEFINITION

L’employé d’établissement d’accueil des jeunes enfants est chargé, dans le cadre d’un travail en équipe, d’accueillir et d’intégrer les enfants dans la collectivité et d’assurer leur bien-être physique, psychologique et affectif dans le cadre du projet éducatif de l’établissement.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Plusieurs formations permettent cette activité
    • le CAP petite enfance (diplôme de niveau V)
      • Préparation par correspondance ou dans des écoles spécialisées
    • Le diplôme d’état d’auxiliaire de puériculture (diplôme de niveau V)
      • Concours avec une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission (les titulaires du CAP petite enfance sont dispensés de l’épreuve d’admissibilité)
      • Puis préparation en un an dans des écoles spécialisées
    • Le diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants (diplôme de niveau III)
      • Niveau de base requis : baccalauréat et/ou un diplôme du secteur sanitaire ou social
      • Concours d’entrée avec épreuve d’admissibilité et épreuve d’admission (certains diplômes peuvent en dispenser)
      • Préparation en 3 ans dans un institut spécialisé
  • dans la fonction publique il est possible de devenir ATSEM 
    • En en passant le concours externe, ou le concours interne
      • pour les titulaires du CAP petite enfance
      • ou pour les parents de 3 enfants
      • ou pour les personnes justifiant d'une expérience professionnelle
    • En passant le 3ème concours pour les candidats justifiant de 4 années d'activités professionnelles auprès de jeunes enfants ou justifiant d'une activité de responsable d'association ou de mandats électifs dans la fonction publique territoriale
  • Il existe des possibilités de formation par l’apprentissage
  • Certains diplômes peuvent également être obtenus dans le cadre de la formation tout au long de la vie (VAE).

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L’activité s’exerce en EAJE (établissement d’accueil du jeune enfant) : crèche, jardin d’éveil, micro crèche, structure multi-accueils de 20 places et plus, garderies, jardin d’enfants, halte-garderie, centre de PMI, établissement de santé.
  • Le statut de l’employé d’EAJE est très variable en fonction du gestionnaire de la crèche. L’employé peut relever :
    • de la fonction publique : d’état, hospitalière ou territoriale
    • du droit privé, lorsqu’il travaille dans une structure gérée par une association

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • L’activité exercée est variable en fonction du diplôme et de la composition de l’équipe. Les personnels sont le plus souvent polyvalents.
  • L'activité consiste à :
    • Accueillir l’enfant et sa famille et instaurer un climat de confiance
    • Participer aux projets de la crèche avec l’accompagnement de la directrice ou de l’éducatrice de jeunes enfants
    • Observer les enfants et répondre à leurs besoins spécifiques
    • Assurer les soins de nursing et la prise en charge des enfants durant la journée
    • Assurer le suivi sanitaire des enfants : diversification alimentaires, soins et traitements médicamenteux dans le cadre des projets de prévention de la santé avec l’accompagnement de la directrice
    • Participer à des temps et à des activités d’éveil adaptés et si besoin individualisés : dans certaines crèches, les CAP petite enfance n’ont pas l’autorisation de réaliser ces tâches en autonomie, c’est le rôle de l’éducatrice de jeunes enfants.
    • Gérer le matériel éducatif
    • Participer à l’hygiène des locaux : d’une crèche à l’autre, il peut y avoir plus ou moins de tâches ménagères à réaliser
    • Participer aux réunions d’équipe, proposer des thèmes de réunions, partager ses connaissances avec l’équipe
    • Assurer des transmissions fiables et pertinentes
    • Accueillir et former les stagiaires
    • Travailler en équipe et s’investir dans la vie de la crèche
  • L’éducatrice de jeunes enfants à un rôle plus spécifique
    • Accompagner l’enfant dans son développement psychomoteur et affectif
    • Accompagner la fonction parentale
    • Elaborer les projets et accompagner l’équipe dans la mise en œuvre
    • Impulser une dynamique d’équipe
    • Seconder la directrice (dans certaines crèches)
    • Assurer la continuité de direction en respectant le protocole édité à cet effet
  • L’auxiliaire petite enfance
    • Assure les tâches quotidiennes, et le suivi journalier
    • Accueille le matin, des parents
    • Fait la transmission des informations entre les parents et le professionnel au sujet de l’enfant
    • Accompagne les enfants tout au long de la journée
    • assure les animations, les jeux
  • L’auxiliaire de puériculture
    • Assure les soins de l’enfant
    • Fait les lavages de nez
    • Distribue les médicaments (en priorité c’est elle)
    • Veille à l'introduction alimentaire (au fur et à mesure que l'enfant grandit)
  • L’éducatrice de jeunes enfants
    • Est responsable du projet pédagogique 
    • Veille au respect du rythme de développement de l'enfant et de la qualité de l'accueil

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Lits et sa literie : draps, couvertures, couettes, matelas, alèses ...
  • Tables, chaises, couverts
  • Tables à langer, chauffe biberons, pèse-bébé, pèse-personne
  • Micro ondes, machine à laver, sèche linge

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Lait, eau de source, aliments diversifiés
  • produits de toilette et d'hygiène, Savon doux pour les enfants et les professionnels,
  • Vêtements, couches, doudous
  • Jeux et matériel éducatif
  • Produits ménagers : détergents et désinfectants pour les surfaces, des solutions dégraissantes (biologiques et sans solvant) pouvant être utilisés

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • L’employé d’un centre d’accueil est en contact avec
    • Des enfants.de 2 mois et demi à 4 ans en crèche, parfois plus âgés dans certaines structures
    • Les parents des enfants
    • Les intervenants extérieurs
    • Les parents bénévoles
  • L’employé d’un centre d’accueil travaille au sein d'une équipe où il doit trouver sa place en fonction de celle des autres.

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir la capacité physique d'exercer les tâches demandées
  • Etre patient
  • Etre attentionné
  • Etre méticuleux
  • Avoir des capacités d’adaptation
  • Savoir observer
  • Etre capable d’analyser une situation et d’adapter sa prise en charge des enfants
  • Effectuer des gestes doux
  • Avoir un bon contact avec les nourrissons, être chaleureux
  • Savoir s’organiser dans l’espace et dans le temps
  • Etre capable de s'occuper de plusieurs enfants en même temps
  • Travailler avec autonomie
  • Prendre des initiatives à bon escient
  • Apprécier la compagnie des enfants
  • Etre à l’écoute tant des enfants que des parents
  • Occuper un poste polyvalent
  • Faire le lien entre les enfants et les parents
  • Communiquer de façon claire, neutre et précise
  • Savoir se remettre en question

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : surdimutité selon les milieux, maladies chroniques et cancers
  • Emploi peu compatible avec les affections entrainant une gène à la communication non compensée, la cécité, certains troubles moteurs, certaines pathologies psychiatriques

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Collaboration avec les parents bénévoles sur certains évènements
  • Accompagner l’équipe au quotidien et veiller à la cohérence éducative (éducatrice)
  • Assurer la fonction d’adjoint à la direction (éducatrice)

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Glissades, chutes de plan-pied, chute de hauteur
  • Plaies, coupures, brûlures, morsures
  • Lombalgies, dorsalgies

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Nuisances sonores : l’univers de la petite enfance est souvent bruyant : pleurs des enfants, enfants qui crient en jouant, conflits entre enfants
  • Odeurs : liquides biologiques, vapeurs de produits chimiques types désinfectants...
  • Le travail engendre des contraintes biomécaniques responsable de troubles musculo-squelettiques
    • Porter les enfants, dont certains peuvent faire plus de 10 kg et répéter cette action plusieurs fois dans la journée
    • Travailler assis par terre ou agenouillé pour se mettre au niveau des enfants
    • Travailler debout avec piétinement pour assurer la surveillance des activités
    • Pousser les lits, les chariots, manipuler le matériel
    • Se pencher fréquemment pour ranger en raison des activités très variées

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Produits de toilette et d'hygiène
  • Produits ménagers
  • Médicaments

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Le travail auprès des enfants expose à de très nombreux agents pathogènes en raison
  • Des maladies infantiles très fréquentes dans les collectivités : rougeole, oreillons, varicelle, rubéole, coqueluche, CMV (grave en cas de grossesse chez la femme enceinte) ….
  • Aux infections intercurrentes : gastro-entérites, rhino-pharyngites, angines, otites …)
  • Hépatites : A, E ; hépatite B (vaccination obligatoire)

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Rester disponible et chaleureux
  • Comprendre et s'adapter au public et faire face aux problème de communication avec les parents (langages, muet, déficience auditif…)
  • Assurer une charge de travail variable
  • Se dépêcher pour faire face à des appels variés
  • Subir des interruptions fréquentes de tâches et savoir les prioriser en fonction leurs urgences (hiérarchiques, médicales, psychologiques ?)
  • S'adapter à une durée moyenne de séjour longue et savoir s’adapter aux séparations
  • Gérer le stress face à certaines situations (parents en colère, problème avec un enfant, etc.)
  • Travailler en horaires variables selon l’amplitude horaire de l’ouverture de l’établissement :
    • crèche ou garderie de nuit
    • équipe du matin : (8h /15h par exemple)
    • horaire de milieu de journée ( 9h/17h)
    • horaire du soir (11h /18h30),
    • horaire coupé (8h30-12h30/15h-18h).
    • Travail de nuit et de week end pour certains établissements
  • Participer à des réunions mensuelles d’équipe qui se font souvent en soirée après la fermeture (18h45/20h30) par exemple.
  • Participer à des formations en équipe qui peuvent avoir lieu une ou deux fois par an le samedi matin.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Risques infectieux : Les maladies infectieuses reconnues dans le cadre des tableaux sont exceptionnelles. (Se reporter aux risques infectieux en milieu hospitalier)
    • Tableau n° 45 : Infections d'origine professionnelle par les virus des hépatites A, B, C, D et E
  • Risque chimique : Les maladies professionnelles d’origine chimique indemnisables dans le cadre des tableaux sont rares. Pour mémoire on peut citer :
    • Tableau n°1 RG : Affections dues au plomb et à ses composés
    • Tableau n°30 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante
    • Tableau n°31 RG : Maladies professionnelles engendrées par les aminoglycosides, notamment la streptomycine, par la néomycine et ses sels
    • Tableau n°38 RG : Maladies professionnelles engendrées par la chlorpromazine (Largactyl)
    • Tableau n°41 RG : Maladies engendrées par les bétalactamines (notamment pénicillines et leurs sels) et les céphalosporines
    • Tableau n°43 RG : Affections provoquées par l'aldéhyde formique et ses polymères. Opérations de désinfection
    • Tableau n°43 bis RG : Affections cancéreuses provoquées par l'aldéhyde formique
    • Tableau n°50 RG : Affections provoquées par la phénylhydrazine
    • Tableau n°65 RG : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique
    • Tableau n°66 RG : Affections respiratoires de mécanisme allergique
    • Tableau n°89 RG : Affection provoquée par l'halothane
    • Tableau n°95 RG : Affections professionnelles de mécanisme allergique provoquées par les protéines du latex (ou caoutchouc naturel)
  • Risque physique : Les maladies professionnelles d’origine mécanique sont très fréquentes
    • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
    • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Bien que non reconnues en maladies professionnelles, certaines pathologies sont liées à l’activité professionnelle par exemple :

  • Les infections saisonnières transmises par les enfants
  • Les manifestations physiques et psychiques dues au stress et aux risques psycho –sociaux.

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. RÉGLEMENTATION

  • Dans le secteur public :
    • Visite médicale avant l'accès au concours de titularisation réalisée par un médecin assermenté
    • Puis visite médicale d'embauche et visites médicales périodiques réalisées par la médecine de prévention de la fonction publique
  • Dans le secteur privé :
    • Cas général : visite d'embauche puis entretien infirmier tous les 3 à 5 ans avec les infirmières en santé au travail
    • Cas particuliers : visite médicale pour les travailleurs handicapés, ou en cas de maladie professionnelle ou d'accident de travail, où à la demande du salarié 

8.2. CONTENU

  • Visite médicale
    • Examen standard avec contrôle cutané, ostéo-articulaire et mental (équilibre affectif, dépistage du stress et de la souffrance mentale)
  • Examens complémentaires
    • Radiographie pulmonaire, intradermo réaction tuberculinique avant 25 ans
    • Contrôle de la vaccination contre l'hépatite B. Dosage des anticorps antiHbS pour les personnes vaccinées contre l'hépatite B après 25 ans et si le dosage de l'anti HBS est < 100 UI/l, dosage de l'antiHbC
    • Contrôle sérologique de la rubéole, de la toxoplasmose, de l'infection au cytomégalovirus à l'embauche pour les femmes en âge de procréer
  • Vaccinations
    • DTPolio, hépatite B (article L3111-4 du Code de la santé publique)
    • BCG (articles L3112-1, R3112-1, R3112-2, R3112-3, R3112-4 du Code de la santé publique et arrêté du 13 juillet 2004)
    • Rubéole conseillée, sous contraception, en cas de sérologie négative chez les femmes en âge de procréer
    • Grippe éventuellement recommandée
  • Suivi post-professionnel
    • pas à priori
  • Dossier médical
    • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.
    • Toutefois en cas de contacts répétés avec la formaldhéyde qui est cancérogène, la durée de conservation du dossier médical sera de 50 ans.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Dissémination d'une pathologie infectieuse par le personnel ou par les déchets souillés
  • Déchets ménagers

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Métrologie des volumes sonores des locaux
  • Niveaux d’éclairement, éclairage et luminance dans les locaux
  • Etude de poste d’un point de vue ergonomique

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Prévention technique
    • Penser à l'ergonomie des espaces : implantation de l’ordinateur (bureau ergonomique et accessoires de bureautique ergonomique), organisation des espaces, etc. dès la conception des locaux
    • Prévoir la régulation de la température des locaux
    • Penser à l'acoustique des locaux et du matériel : choix des revêtements de sol et de murs et des plafonds isolants, déflecteurs acoustiques
    • Avoir des murs, sols, surfaces facilement nettoyables
    • Prévoir des embouts antibruit pour le matériel qui se déplace : lits, chariots, tables, chaises, etc …
    • Penser aux mobiliers adaptés aux enfants et adaptables aux adultes (à hauteur variable), à angles arrondis et souples …
    • Utiliser du matériel et des jouets aux normes françaises ou européennes
    • Privilégier des produits de substitution, non cancérogènes, sans solvant, pour les soins et le nettoyage
    • Avoir recours à du matériel sécurisé
    • Prévoir des rangements facilement accessibles
    • Prévoir des conteneurs adaptés pour les produits souillés
  • Prévention organisationnelle
    • Faire l’inventaire des produits utilisés, analyser les fiches de données de sécurité et substituer tous les produits dangereux par des produits moins dangereux
    • Elaborer des procédures pour les soins aux enfants malades
    • Prévoir des procédures pour les situations d'urgence
    • Définir clairement les rôles de chacun
    • Organiser correctement les plannings pour permettre un meilleur équilibre vie privée - vie professionnelle
    • Mettre en place des groupes de parole pour la gestion du stress et des urgences
    • Contrôler régulièrement l’application des procédures

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE : Port d’EPI

  • Vêtements de travail : pantalon, tunique, blouse
  • Gants jetables (éviter les gants en latex qui peuvent être allergisants), masques adaptés

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation à l'hygiène des locaux et à l'élimination des déchets
  • Formation à l'accompagnement des familles
  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)
  • Formation à l'hygiène et à la sécurité alimentaire
  • Formation continue sur des thèmes éducatifs et recyclage des gestes de première urgence
  • Analyse de la pratique éventuellement
  • Formations éventuelles sur le management d’équipe

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Textes généraux
    • Déclaration des droits de l’Homme
    • Déclaration des droits de l’enfant
    • Charte des droits fondamentaux européens
    • Loi de protection de l’enfance n°2007-293 du 5 mars 2007 modifiant le code de l’action sociale et des familles
  • Professions 
    • Arrêté du 16 janvier 2006 modifié relatif à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'auxiliaire de puériculture
    • Décret n° 2005-1375 du 3 novembre 2005 relatif au diplôme d'Etat d'éducateur de jeunes enfants et arrêté du 16 novembre 2005 modifié relatif au diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants
    • Arrêté du 25 février 2005 portant définition du certificat d'aptitude professionnelle « petite enfance » et fixant ses conditions de délivrance
  • Etablissements accueillant des jeunes enfants
    • Code l‘action sociale et des familles, notamment ses articles L. 133-9 et L. 214-1
    • Code de la construction et de l’habitat, notamment son article L. 111-8-3
    • Code de l’éducation, notamment son article L. 335-6
    • Code de la santé publique :
      • Article L3111-4 et les Articles L3112-1, R3112-1, R3112-2, R3112-3, R3112-4 et l’arrêté du 13 juillet 2004 concernant la vaccination
      • Art L 2324-1 et suivants sur les établissements accueillant de jeunes enfants
      • Art R 2324-16 et suivants créés ou modifiés par :
        • Décret n° 2010 du 7 juin 2010 relatifs aux établissements accueillant des enfants de moins de 6 ans
        • Décret n° 2007-230 du 20 février 2007
        • Décret n°2000-762 du 1er aout 2000
        • Décret n° 92-785 du 6 août 1992 relatif à la Protection Maternelle et Infantile
  • Statuts particuliers
    • Statut de la fonction publique d'état
    • Statut de la fonction publique territoriale
    • Statut de la fonction publique hospitalière

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3. NORMES

  • Normes HACCP en cuisine pour la préparation des repas
  • Normes sur les diplômes requis pour travailler en crèche
  • Normes sur le nombre d’enfants pouvant être pris en charge par un professionnel (voir code)
  • Normes sur le nombre de m2 par place d’accueil
  • Normes de sécurité pour l’accueil des enfants de moins de 6 ans

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • ALISFA : Convention collective nationale du 4 juin 1983 des acteurs du lien social et familial : centres sociaux et socioculturels, associations d'accueil de jeunes enfants, associations de développement social local. Etendue par arrêté du 22 janvier 1987 JORF 12 février 1987. Brochure 3218 du JO
  • Convention collective des personnels de la croix rouge française révisée en 2012
  • Convention collective de l’animation du 28 juin 1988 modifiée en 2015
  • Convention collective nationale des établissements privés d'hospitalisation, de soins, de cure et de garde à but non lucratif (FEHAP) du 31 octobre 1951. Brochure n°3198 du J.O.

12. BIBLIOGRAPHIE

  • Petite enfance. Elle court, elle court la prévention – Travail et sécurité n° 736 page 11 février 2013 - INRS
  • ROME Les fiches métiers. J1304 Aide en puériculture. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 5311 Gardes d'enfants. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 526c Auxiliaires de puériculture. (INSEE) (2003)
  • Fiche d’activité bossons futé n°78 : auxiliaire de puériculture hospitalière
  • Fiche de poste bossons futé n° 22 : auxiliaire de puériculture en crèche
  • Voir aussi les nombreux guides pratiques pour la création d’un établissement d’accueil des jeunes enfants
  • Onisep, Les métiers de la crèche, Onisep, 14 sep 2015
  • Crèche attitude, travailler en crèche : tout savoir sur les métiers de la petite enfance
  • Centre européen de formation, Le métier d’agent de crèche
  • Travailler avec les enfants (Formations), Travailler avec les enfants sans diplôme

13. ADRESSES UTILES

  • L'Association Nationale des Auxiliaires de Puériculture diplômés d'état,
  • Carrières publiques : Auxiliaire de puériculture.

REDACTION

  • AUTEURS :
    • Création : Christine Autin (médecin du travail)(AISMT 30)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ;  Marie-Pierre Bouillet (directrice de crèche)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ; Bernadette Roger (Préventeur)(31) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ; Maxime Lommé (préventeur)(59)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ; Pierrette Trilhe (médecin du travail)(37)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
    • Relecture : Emilie DEVOT-TKIAR (Médecin du Travail)(SAMSI)(31)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ; Elisabeth Moreau(Médecin du Travail)(SAMSI)(31)(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
  • DATE DE CREATION : janvier 2016
  • RELECTEURS :
    • Etudiants en LPro QHSSE de l'U-PEM : Ousmane FOMBA ; Yannick QUESNEL, Nicolas LY, Yannick JEANVILLE et Coralyn ZAVAN
    • Interview : S. VESSANES – Directrice de crèche (972) ; C. JEANVILLE – Directrice d’établissement scolaire (972) ; Employée de crèche souhaitant rester anonyme
  • DERNIERE MISE A JOUR : Mai 2019

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).