Fiches de métiers

Ramasseur d'algues rouges (Maroc)

FICHE DE METIER BOSSONS FUTE N°403

ROME : A1415 CITP-08 : 6221 - 6222

 INSEE : 692a

1- INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

Ramasseur d’algues, ramasseur des plantes marines, manœuvre en aquiculture et en mariculture, dragueur d’algues, marin pêcheur d’algues, goémonier.

2 – DEFINITION

  • Le ramasseur d’algues assure la coupe et la récolte des algues rouges destinées à la vente soit sous forme humide ou sèche.
  • Deux types d'algues sont riches en gélose ou agar-agar.
    • Gigartina stellata ou petit goémon ou pioca frisé : chondrus crispus et mastocarpus stellatus. Leur couleur varie selon les saisons, du rouge au marron foncé. Elles vivent fixées par un disque basal sur les rochers. La forme gigartina, récoltée à El Jadida, est appréciée pour son pouvoir gélifiant et épaississant.
    • Gelidium sesquipédale : la densité de peuplements de cette algue varie de six kilogrammes par mètre carré en août – septembre à deux kilogrammes par mètre carré en janvier – février. Elle peut atteindre 50 cm de long. Sa reproduction se fait par le bouturage. Cette algue fournit par extraction un phycolloïde de grande qualité agar-agar qui trouve des applications dans les domaines alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques. Sa nature végétale et algale en fait un produit pur, sans adjuvant et sain utilisé comme gélifiant et épaississant dans de nombreuses préparations.

3 – FORMATION QUALIFICATION

L’emploi peut être accessible après apprentissage auprès d’un plongeur ramasseur d’algues expérimenté. La formation s'effectue généralement au sein de l'entourage familial. Dans certaines régions, des familles entières (hommes, femmes et enfants) travaillent dans la cueillette d’algues marines. Cependant, pour le ramassage des algues marines, une licence de durée limitée est délivrée par la Délégation de la pêche maritime. Un certificat médical de non contre-indication à la pratique de la plongée, datant de moins d'un an est exigé.

4 – ACTIVITE PRINCIPALE

4.1 Lieux d’activité

La mer, le rivage et la plage

4.2 Description de l’activité

  • La récolte, la cueillette et le ramassage des algues se fait de trois manières
    • Pour les algues de rive, elles sont opérées à pied à marée basse au niveau de l’estran rocheux (rivage). Ce dernier correspond à la zone de marinage du littoral située entre les limites extrêmes des plus hautes et des plus basses marées. L'arrachage des algues est effectué à la main si elles sont suffisamment longues ou par raclage à l’aide d’une spatule si elles sont courtes.
    • Pour les algues arrachées par la houle et échouées sur le rivage, elles sont opérées à pied
    • Pour les algues marines à des profondeurs de trois à quatre mètres, elles se font par plongée en apnée. A des profondeurs plus importantes allant jusqu'à 20 mètres, la plongée au narguilé se fait à l'aide d'un compresseur. L'équipe est composée de quatre personnes : trois plongeurs et un sauveteur restant sur la barque pour surveiller le compresseur d’air et accueillir les algues arrachées et remontées à l'aide de filets. Si l’eau est agitée et trouble, le ramassage se fait sans discernement.
  • Le déchargement des barques, les ramasseurs peuvent cueillir près de deux tonnes par jour.
  • Le tri est réalisé sur la plage après déchargement des barques
  • L'étalage se fait en couches minces. Le séchage au soleil dure plusieurs jours. Dés que les algues commencent à sécher, elles sont rassemblées en tas et recouvertes la nuit par des bâches en tissu. Le lendemain, elles sont aérées puis étalées à nouveau. Ce travail dure plusieurs jours notamment en hiver.
  • L'ensachage des algues sèches pour la vente qui se fait directement aux usines ou à des intermédiaires.

4.3 Machines et outils utilisés

  • Barques, chambres à air, palmes
  • Filets, paniers, spatules, curettes, fourches, etc.
  • Compresseur d’air pour le narguilé

4.4 Produits et matériaux utilisés

  • Eau de mer
  • Combinaisons en latex – néoprène, lunettes de plongée
  • Essence pour le compresseur
  • Produits d’entretien du matériel et des équipements : détergents, désinfectants

4.5 Public et relations sociales

  • Travail d'équipe du fait de la diversité des taches et des risques de l'activité.
  • Relation avec les acheteurs : intermédiaires, coopératives ou usines de transformations locales ou étrangères.
  • Relation avec la Délégation de pêche maritime et l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH).

4.6 Exigences particulières

  • Conditions physiques et mentale permettant de travailler en mer et dans un milieu hyperbare (activité dangereuse, pénible et fatigante).
  • Nécessité d’une grande résistance physique, les plongeurs restent 4 à 5 heures dans une eau parfois glaciale
  • Contraintes physiques : manutention de charges lourdes (algues mouillées).
  • Contrainte biomécanique : posture, hypersollicitation des articulations des membres supérieurs (mains, poignets, coudes et épaules) et inférieurs (travail penché en avant pour étaler les algues).
  • Contraintes climatiques : travail en plein air (soleil, froid, chaleur, humidité, intempéries).

4.7 Travailleurs handicapés

Le métier requiert des capacités physiques et mentales imposées par la législation.

5 - ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Pour le chef de famille ou d'équipe : encadrer le groupe et notamment les nouveaux venus
  • Approvisionner et vérifier le matériel
  • Gérer la récolte et assurer sa vente

6 – DANGERS

6.1 Accidents du travail

  • Noyade
  • Insolation
  • Accidents liés à la faune marine (blessure par un animal marin : piqûre, morsure)
  • Chute de plain pied sur l’estran rocheux, glissade
  • Plaies par des outils contondants et piquants 
  • Accidents ostéoarticulaires : lumbago, hernies discales (cervicales dorsales ou lombaires)

6.2 Ambiances et contraintes physiques

  • Plongée (milieu hyperbare) : accidents mécaniques (barotraumatismes) et de décompression
  • Travail dans l'eau froide (hypothermie, diminution de la dextérité, engelures, pied d‘immersion (trench foot) - gelures locales
  • Travail en plein air : intempéries, rayonnement solaire (rayons UV)
  • Poussières lors de l'aération des algues à sécher
  • Bruit des compresseurs d’air
  • Contrainte biomécanique et posturale :
    • postures (position penchée en avant pour ramasser, étaler et aérer les algues
    • hypersollicitation des articulations des membres. Gestes répétitifs lors de l’arrachage manuel, de l'étalement pour séchage, etc.
    • manutention de charges lourdes.

6.3 Agents chimiques

  • Compresseurs : essence, oxyde de carbone
  • Algues vertes putréfiées (marées vertes) : dégagement de l’ammoniac et de l’hydrogène sulfuré (odeur d’œuf pourri).
  • Savon, détergents, désinfectants, décapants, détartrants, etc.

6.4 Agents biologiques

  • Clostridium tetani (tetanos) en cas d’effraction cutanée.
  • Mycoses, onychomycoses par macération.
  • Infections ORL et respiratoires.
  • Leptospirose si contact avec les rats (récolte d’algues auprès d’une station d’épuration et traitement des eaux usées)
  • Plancton (plancton urticant).

6.5 Contraintes organisationnelles et relationnelles

  • Obligation d’une licence de durée limitée pour le ramassage d’algues marines délivrée par la Délégation de la pêche maritime.
  • Travail quotidien, fins de semaines et jours fériés surtout pendant l’été qui représente la haute saison de production. Perturbations de la vie sociale en raison de la durée et des horaires de travail.
  • Travail en fonction des marées pour les ramasseurs d’algues de rive.
  • Chômage pendant les périodes de repos biologique qui peuvent parfois être longues.

7 – RISQUES POUR LA SANTE

7.1 Maladies professionnelles (tableaux marocains)

  • Tableau n°4 : affections provoquées par le benzène, toluène, xylène et tous les produits en renfermant.
  • Tableau n°7 : tétanos professionnel
  • Tableau n°14 : leptospirose.
  • Tableau n°23 : lésions provoquées par des travaux effectués dans des milieux où la pression est supérieure à la pression atmosphérique.
  • Tableau n°33 : surdité provoquée par les bruits lésionnels.
  • Tableau n°37: intoxication professionnelle par l’oxyde de carbone.
  • Tableau n°42 : affections respiratoires de mécanisme allergique.
  • Tableau n°59 : affections periarticulaires provoquées par certaines gestes et postures de travail.
  • Tableau n°62 : lésions eczématifomes de mécanisme allergique.
  • Tableau n° 72 : périonyxis et onyxis.
  • Tableau n° 73 : mycoses cutanées.
  • Tableau n° 85 : affections professionnelles de mécanisme allergique provoquées par les protéines de latex ou caoutchouc naturel.

7.2 Autres maladies liées à l’activité professionnelle

  • Lombalgies
  • Fatigue physique
  • Pathologies en rapport avec le travail en plein air et exposition aux rayons UV, affections cutanées (épithèliomas), insolations, coups de chaleur.
  • Pathologies digestives : troubles gastro-intestinaux à type de diarrhées ou de gastro – entérites (absence des règles d’hygiène élémentaires, mains sales).

8 – SURVEILLANCE MEDICALE

Le secteur ne bénéficie pas de la santé au travail bien qu’il soit légalement assujetti. Les ramasseurs d’algues par plongée (en milieu hyperbare) nécessitent une surveillance médicale renforcée.

8.1 Visite médicale

  • Visite d’embauche préalable à l’affectation en milieu hyperbare.
  • Visite périodique : tous les ans pour les moins de quarante ans et tous les six mois pour les plus de quarante ans.
  • Examen médical après tout incident ou accident d’hyperbarie.

8.2 Examens complémentaires

  • Avant la première affectation en milieu hyperbare ou pour tout travailleur qui n’a pas travaillé en milieu hyperbare pendant quatre années consécutives :
    • exploration fonctionnelle respiratoire (EFR).
    • électrocardiogramme ( ECG) au repos et au cours d’un test d’effort.
    • audiogramme.
    • bilan biologique : NFS, glycémie, uricémie, cholestérolémie, triglyceridemie, recherche d’albumine et de sang dans les urines.
    • bilan radiologique : téléthorax, radiographie des grosses articulations (hanches et épaules de face, genoux de profil avec un tiers inférieur du fémur et un tiers supérieur du tibia).
  • Visites périodiques annuelles ou semestrielles :
    • exploration fonctionnelle respiratoire (EFR)
    • audiogramme
    • électrocardiogramme
    • bilan biologique : NFS, glycémie, uricémie, choléstérolemie totale, triglycéridemie, recherche d’albumine et de sang dans les urines.
    • radiographie des grosses articulation : tous les quatre ans seulement sauf en cas d’anomalie.
    • Pour les plus de quarante ans, l’examen clinique semestriel est assorti, s’il y a lieu, d’examens complémentaires.

8.3 Vaccinations

  • Antidiphtérique, antitétanique et antipoliomyélitique avec rappels tous les 10 ans.
  • Antihépatite B, antityphique, antipneumococcique et antigrippale
  • Antituberculeuse (BCG)
  • Antihépatite A, antileptospirose

8.4 Suivi post-professionnel

Un suivi poste-professionnel devra être réalisé

8.5 Dossier médical

Exigé par la réglementation.

9 - NUISANCES POUR L’ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

Depuis 2010, un plan de reconstitution du stock surexploité d' algues marines a été mis au point par la Direction de la pêche maritime et de l’aquaculture du ministère de l'agriculture et de la pêche maritime. Ce plan a permis de maîtriser le circuit de la collecte et de la commercialisation des algues marines. Le stock des algues marines a enregistré une augmentation de 30% à la fin de 2012 avec une amélioration de la biomasse qui est passée de 11904 à 14650 tonnes entre 2010 et 2012.

10 - ACTIONS PREVENTIVES

10.1 Indicateurs d’ambiance et métrologie

  • Manutention : étude biomécanique des postes de travail.
  • Agents chimiques : prélèvements d’atmosphère et analyses des gaz (oxyde de carbone, hydrogène sulfuré émanant des algues vertes échouées sur l’estran lors des marées vertes)
  • Bruit : métrologie des ambiances sonores

10.2 Prévention collective

  • Respecter les périodes de repos biologique pour prévenir la surexploitation.
  • Imposer le travail d'équipe.
  • Moderniser des méthodes de travail (manutention, procédés de séchage, compresseurs insonorisés).
  • Ne pas récolter les algues à proximité de sources de pollution (station d’épuration).
  • Respecter les recommandations pour le travail en milieu hyperbare
    • accès, séjour et sortie de la situation d’ hyperbarie.
    • surveillance des travailleurs en situation d’hyperbarie.
    • moyens de secours : réanimation, recompression.
    • vérification périodique des équipements de plongée par un organisme certifié.

10.3 Prévention individuelle

  • Pour l’hyperbarie :
    • Exclure les sujets à risques
    • Disposer d'équipements individuels adaptés (combinaison, masque, palmes, compresseur d’air au narguilé) .
    • Contrôler régulièrement le matériel
  • Pour les ramasseurs d’algues de rive : chapeaux, gants, lunettes anti UV, bottes, écrans solaires.

10.4 Formation – Information - Sensibilisation

  • Sensibiliser les ramasseurs, les intermédiaires, les industriels, les coopératives et les associations sur l'intérêt du repos biologique.
  • Former les ramasseurs d’algues sur les bonnes pratiques de récolte permettant la repousse et une gestion durable des algues marines.
  • Organiser des séances de formation, d'information et de sensibilisation sur :
    • les questions relatives à l'hygiène, à la santé et à la sécurité au travail (formation à l'utilisation des équipements de protection individuelle, etc.) notamment pour le personnel saisonnier.
    • la santé et la sécurité au travail en milieu hyperbare pour les plongeurs (équipements, plongée en équipe, gestes et postures de sécurité, durée de l'apnée, etc.)
    • les risques encourus, les pathologies liées au travail et notamment à la plongée
    • les procédures à mettre en place en cas d'accidents

11 – REGLEMENTATION

11.1 Textes législatifs et réglementaires

  • La loi n° 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement. Sa section 5 concerne les dispositions qui fixent les mécanismes et les moyens de protection des espaces et ressources marins.
  • L’arrêté n° 1511 – 04 du 6 août 2004 réglementant la pêche et le ramassage des algues marines pour certaines zones maritimes du littoral atlantique (quantité globale autorisée, nombre de barques autorisées à pêcher, nombre d’alguiers et durée de la période de repos biologique)
  • L’arrêté n° 955 -06 du 15 mai 2006 réglementant la pêche et le ramassage des algues marines agarophytes de la catégorie « A » dans certaines zones maritimes de la méditerranée.
  • Le décret n° 2 – 01 – 2726 du 4 juin 2002 fixant les conditions et les modalités de pêche et de ramassage des algues marines.
  • L’arrêté n° 2964 – 97 du 19 novembre 1997, relatif aux attributions et à l’organisation des Délégations de la pêche maritime.
  • La loi n° 1 – 73 -255 du 23 novembre 1973 pose le principe selon lequel l’exercice du droit de pêche dans les eaux sous juridiction marocaine est subordonné à l’obtention d’une licence de pêche. Cette dernière est valable pour une durée d’un an (du 1er janvier au 31 décembre)Loi n°65-99 relative au code du travail: le titre IV du livre II traite de l'hygiène et de la sécurité des salariés, des services médicaux du travail et des comités d’hygiène et de sécurité.
  • Décret n°2-95-835 du 14 octobre 1996 pris pour l’application de la loi n°48-95 portant création de l’Institut National de Recherche Halieutique
  • Décret n° 2-12-231 du 25-11-2013 fixant les conditions d’utilisation de substances ou de préparations susceptibles de porter atteinte à la santé des salariés ou de compromettre leur sécurité (risques chimiques, risques biologiques) (Bulletin officiel n° 6214 du 19-12-2013, pp. 2721-2730)

11.2 Recommandations

11.3 Normes

  • Normes Marocaines (NM) 00.5.800 et 801 – 2001 : système de management de santé et de sécurité au travail.
  • NM 03.2.103 : précisant le contenu et le plan type des fiches de données de sécurité pour tous les produits toxiques.
  • NM 4.001 -1993 : protection contre les agents physiques, chimiques et biologiques.

11.4 Conventions collectives

Pas de convention collective au Maroc

12 - BIBLIOGRAPHIE ET SITOGRAPHIE

  • ROM E les fiches métiers. A 1415 Equipage de la pêche  (Pôle emploi) 2009
  • Classification Internationale Type des Professions CITP – 08 : 6221 aquaculteurs et ouvrier de l’aquaculture - 6222 pêcheurs de la pêche côtière et en eaux intérieures.
  • Classification. INSEE des professions PCS2003 : 692 a Marins Pêcheurs et ouvriers de l’aquaculture INSEE 2003.
  • Benharbit O. Biologie morphogenèse et ultra structure de l’agarophyte gelidium sesquipédale [ Thèse de Doctorat ]. Rabat : Faculté des Sciences Agdal. 1989.

13 – ADRESSES UTILES

  • Ministère de l'agriculture et de la pêche maritime. www.mpm.gov.ma
  • Institut national de recherche halieutique : www.inrh.ma/
  • Institut national d'hygiène : 27, Avenue Ibn Batouta, B.P. 769 - Agdal, Rabat
  • Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc, Rabat, Rue Lamfedel Cherkaoui, Rabat Instituts, Madinate Al Irfane, B.P. 6671, 10100, Rabat. Tel.: +212 5 37 77 71 85/Fax: +212 5 37 77 71 79. http://www.capm.ma/
  • Institut Pasteur du Maroc : www.pasteur.ma
  • http://www.bossons-fute.fr

REDACTION

  • AUTEURS : Nadia Manar (Master en hygiène, sécurité, environnement) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Chakib Laraqui (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Zineb Beraich (médecin du travail) (zinebberaich@hotmail.f), Alain Caubet (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Thomas Gouyet (médecin du travail) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
  • DATE DE CREATION : Juillet 2014
  • RELECTEURS :
  • DATE DE MISE A JOUR :

    Pour toutes remarques et propositions de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).