Animateur de spectacles en plein air (Maroc)

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°388

ROME : L1204 CITP-08 : 2659  

his explanation 1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

En arabe dialectal marocain "lemsiyah, hlaïqui", artiste de rue, conteur populaire, narrateur, lecteur, comédien, humoriste, imitateur, acteur, troubadour, musicien, chanteur, danseur, acrobate, magicien, saltimbanque, prêcheur.

http://www.comitesdepistagecancers.fr/ployka/2819 2. DEFINITION

Cette expression "animateur de spectacles en plein air ou artiste de rue" englobe les conteurs, les troubadours, les comédiens, les musiciens populaires et de transes, les prêcheurs, les acrobates, les magiciens, les dresseurs de singes, les charmeurs de serpents, etc. Toutes ces personnes expriment un art qui se déploie à travers la parole, le geste, le costume et la musique. Ces gens de spectacle participent à la richesse du patrimoine national oral et immatériel dans sa diversité géographique, sociale et culturelle. Les dresseurs de singes et les charmeurs de serpents ont fait respectivement l'objet d'une fiche de métier.

More hints 3. FORMATION - QUALIFICATION

La profession, majoritairement masculine, n’exige aucun niveau d’études. Elle est réservée à certaines familles issues de certaines régions rurales du Maroc. La technique se transmet de père en fils et l’apprentissage se fait sur le terrain par les parents ou les membres de la famille. La majorité des hlaïqya a un niveau d'études élémentaire mais la totalité est talentueuse.

http://firstinthefight.co.uk/ 4. ACTIVITE PRINCIPALE

site de rencontre musulman pratiquant 4.1. LIEUX D'ACTIVITE

Ce métier s’exerce à titre autonome dans des souks hebdomadaires, des kermesses (moussemes) et sur des places publiques dont la plus connue est celle de Djemaa Lefna à Marrakech.

griechische frauen treffen 4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

Le spectacle se déroule dans une scène en plein air « halqua» devant des spectateurs curieux disposés en cercle (avec parfois plusieurs rangées) au centre duquel se trouve les ou les animateur (s) de spectacle. Par leurs adresses, les gens de spectacle doivent attirer, séduire et fidéliser le public qui déambule sur la place. Ils utilisent différentes techniques (vocales, gestuelles et corporelles) et effectuent les numéros les plus comiques pour captiver les passants. Ces artistes de rue racontent des histoires et des légendes non écrites qui sont le fruit de leur propre imagination ou transmises oralement par un maître. Ces contes concernent des royaumes mythiques et antiques, retracent la vie des prophètes ou narrent des guerres et des explorations, etc. Avec beaucoup de dons et une certaine exagération, les gens de spectacle n'hésitent pas à user des jeux de mots et des devinettes pour capter l'attention et amuser la galerie. Ces troubadours racontent des histoires passées ou actuelles avec des ingrédients de narration théâtralisée et de musique. L'assistance est envoûtée par le déroulement des actions jusqu'à oublier le temps qui s'écoule. Cette littérature parlée arabe ou berbère, sous la forme de proses ou de poésies, constitue un patrimoine national dans un pays de tradition orale. Les histoires, racontées aussi bien fantastiques que tirées de la réalité, sont narrées par épisode pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Les spectateurs sont toujours surpris par une version actualisée et enrichie de nouvelles devinettes issues de l'inspiration du narrateur.

rencontres 05 4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

http://netix.pl/includes/frazaty/1127 4.3.1 Les instruments de musique

Les instruments les plus couramment utilisés sont ceux de la musique populaire des pays du Maghreb :
- instruments à vent telles la flûte en roseau (nayy) et la trompète orientale (ghaita)
- instruments à percussion membranophones tels le tambour (tbal), le tambour sur cadre (bendir), les tambourins (tbilats), la taarija, la darbouqqa et la guedra
- instruments à cordes tels le violon (kamanja), le guenbri, le rebab, le luth (l'aoud)
- instruments métalliques telles les castagnettes (qraqebs)
Les mélodies jouées sont à caractère traditionnel, culturel et spirituel de type "jedba" (musique de transe). Les chants et les danses communautaires constituent notre folklore.

citas en linea saludcoop medellin 4.3.2. Autres outils

Le mobilier : échelles, chaises, cages, barres, cerceaux, escabeaux, chaînes-laisses, tapis, parasols.
Les tenues : costumes, djellabas, bijoux de fantaisie et d'apparat, etc.

paruvendu 17 rencontre 4.4. PRODUITS ET MATERIAUX

- Produits de maquillage
- Perruques pour les imitateurs.
- Lampe à pétrole

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

- Travail individuel (one man show) ou de groupe en fonction du type de spectacle
- Au sein du groupe : relation entre les animateurs confirmés (compagnons) et les apprentis
- En dehors du groupe : relation avec les autres animateurs de la place (charmeurs de serpents, troubadours, conteurs, humoristes, acrobates, magiciens, cartomanciens, etc.) notamment pour marquer son territoire et attirer la clientèle. Les meilleurs emplacements appartiennent généralement aux premiers installés et peuvent changer d’un jour à l’autre
- Relation avec le public : art de séduire, d'attirer l'assistance, de la détourner des concurrents et de la satisfaire pour gagner le plus d'argent.

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

- Faire preuve de patience, avoir une grande capacité d'adaptation et une bonne aisance relationnelle, avoir de grandes capacités de concentration et de mémorisation.
- Maitriser l'art de l'animation : être capable d’élever la voix, d’argumenter, de trouver le ton juste, de parfaire l’expression, de chanter, de forcer la mimique et de provoquer le suspense et la surprise
- Avoir un sens artistique (théâtre, danse, chant et mime), du contact et de la communication (public)
- Avoir une grande capacité d’imagination, de créativité et d’invention
- Travailler en horaire continu avec de longues durées quotidiennes parfois en équipe
- Habilité physique, dextérité gestuelle, agilité et mobilité

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

Métier de scène pouvant être dangereux à cause de la foule et des animaux sauvages. Il nécessite beaucoup d’attention ; incompatible avec certains handicaps (cécité, certains troubles moteurs)

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

• Pour les animateurs confirmés, gérer le groupe et encadrer les apprentis
• Faire la quête auprès des spectateurs
• Entretenir, nettoyer et désinfecter le lieu de la scène
• Soigner les animaux, les laver et les toiletter. Faire appel au vétérinaire en cas de besoin
• S'entraîner (acrobates) et répéter (tous les autres animateurs)

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

- Morsures ou griffures par les animaux des animateurs de voisinage
- Accidents de la circulation.
- Agressions diverses par le public ou par les animateurs de voisinage pour délimitation du territoire.
- Glissades, chutes de plain-pied, traumatisme par le matériel et les outils utilisés, brûlures par les lampes à pétrole ou à butane utilisées pour l'éclairage.

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

- Biomécanique du poste : contraintes posturales et articulaires (travail en position debout ou accroupie pendant de longues périodes).
- Manutention et port de charges, gestes répétitifs
- Ambiances physiques : travail en plein air (rayonnement solaire et intempéries), exposition au bruit (circulation, musique)
- Contraintes vocales
- Risque d’explosions, d’incendies et de brûlures par les lampes individuelles d'éclairage.

6.3. AGENTS CHIMIQUES

• Pétrole pour les lampes à pétrole
• Produits de nettoyage, de désinfection des cages, d’entretien ménagers : maladies de l’appareil respiratoire, dermites allergiques et de contact (notamment en l’absence de gants de ménage)
• Produit de maquillage : cosmétiques pouvant provoquer des allergies

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

- Maladies interhumaines : transmission aérienne favorisée par la foule (infection ORL et/ou pulmonaire : grippe, pneumonie virale, bactérienne, tuberculose) et oro-fécale par les mauvaises conditions d'hygiène (gastroentérites : typhoïde, amibiases, parasitoses intestinales, etc.).
- Zoonoses (maladies transmises de l'animal à l'Homme). La transmission peut être aérienne (tuberculose, grippe, autres agents pneumotropes), oro-fécale (salmonelloses et parasitoses digestives), cutanée (teignes, poux) et par morsures ou projections muqueuses (Clostridium tetani, rage, herpes B, VIH et pyogènes classiques : pasteurella, staphylocoques, streptocoques, entérocoques et entérobactéries).

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

• Le chef de la troupe intervient à toutes les phases du spectacle, assure l'organisation, la coordination et le contrôle des autres compagnons et des apprentis.
• Le travail est caractérisé par un horaire continu avec de longues heures de travail pouvant aller jusqu'à 12 à 14 heures quotidiennes, surtout pendant les périodes de vacances. Le travail peut être diurne ou nocturne notamment pendant les jours fériés. Le travail est caractérisé par un contrôle du maître et la rémunération au rendement.
• Le stress est lié à la nécessite de satisfaire les spectateurs pour assurer un gain minimal à la survie de la troupe. Il est aussi dû aux contraintes pour délimiter son territoire au sein d’une place publique disputée par d'autres professionnels du spectacle. Les meilleurs emplacements appartiennent généralement aux premiers installés et peuvent changer d’un jour à l’autre. Les relations avec les autres troupes ne sont pas toujours faciles. Le stress est aussi engendré par les risques de morsures des animateurs et des spectateurs par un animal du voisinage.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES (Tableau marocain)

• Tableau n° 7 : Tétanos professionnel
• Tableau n° 14 : Spirochétoses (à l'exception des tréponématoses)
• Tableau n°26 : Tularémie
• Tableau n° 31 : Affections professionnelles dues aux bacilles tuberculeux
• Tableau n° 33 : Surdité provoquée par les bruits lésionnels
• Tableau n° 42 : Affections respiratoires de mécanisme allergique
• Tableau n° 59 : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
• Tableau n° 62 : Lésions eczématiformes de mécanisme allergique
• Tableau n° 73 : Mycoses cutanées
• Tableau n° 77 : Rage professionnelle

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

• Pathologies du rachis en rapport avec les contraintes posturales (lombalgies, cervicalgies, cyphose de posture).
• Crampes professionnelles ou contractions musculaires réalisant une dystonie focale (cervicale, oromandibulaire, laryngée) notamment chez les joueurs d'instruments de musique.
• Syndrome du défilé thoracique (pour ceux qui utilisent les instruments à vent : flûte).
• Pathologies vasculaires à type de varices.
• Pathologies digestives : troubles gastro-intestinaux à type de gastralgie, de diarrhée ou de constipation (absence des règles d’hygiène alimentaires et repas pris sur les lieux de travail).
• Enrouement de la voix.
• Fatigue auditive.
• Déperdition hydrique (transpiration) pouvant entraîner des coliques néphrétiques notamment pendant les périodes chaudes.
• Pathologies en rapport avec le travail en plein air : insolations, coups de chaleur et infections respiratoires, lésions cutanées en rapport avec l’exposition aux UV
• Conduites addictives
• Contraintes psychosociales et organisationnelles : angoisse, stress, fatigue, déplacement fréquent, troubles du sommeil
• Autres zoonoses ne figurant pas dans les tableaux de maladies professionnelles

8. SURVEILLANCE MEDICALE

Les gens du spectacle marocains ne bénéficient pas de la santé au travail bien qu’ils y soient légalement assujettis.

8.1. VISITE MEDICALE

• Visites médicales (embauche, systématiques, spontanées)
• Surveillance médicale renforcée pour les apprentis de moins de 18 ans
• Bilan somatique complet en insistant sur l'état ORL, cardio-vasculaire, respiratoire, visuel, auditif, musculo-squelettique, digestif, cutané et psychologique.
• Rechercher les troubles du sommeil et la prise de psychotropes (anxiolytiques, alcool, tabac, autres toxicomanies)

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

• En fonction de l’examen clinique.
• Bilan biologique de base avec un suivi régulier : détecter d’éventuels troubles métaboliques
• ECG d'effort conseillé après 50 ans.
• Radio pulmonaire et spirométrie après 50 ans en cas de tabagisme important

8.3. VACCINATIONS

- Anti-diphtérique, anti-tétanique et anti-poliomyélitique
- Antirabique, anti-typhique.
- BCG
- Antipneumococcique et antigrippal

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

En fonction des risques dépistés, un suivi post professionnel devra être réalisé.

8.5. DOSSIER MEDICAL

Exigé par la réglementation.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

• Odeurs fortes et incommodantes
• Pollution des sols, du matériel, des aliments et des eaux souillés par les animaux
• Bruit lié à l'animation, manifestations excessives des spectateurs pouvant entraîner du chahut et des phénomènes de foule.
• Promiscuité et concentration des personnes au sein de la place publique avec risque de transmission par voie aérienne de pathologies contagieuses (grippe, tuberculose, etc.).
• Risques d'accidents et d'incendie liés à l'insuffisance des mesures de prévention et de sécurité dans une aire surpeuplée

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

Ergonomie du poste de travail

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

• Couverture médicale des animateurs de spectacles en plein air par des services de santé au travail ou par les bureaux municipaux ou ruraux d'hygiène
• Respect de la législation en matière d'horaires de travail et de port de charges
• Procédure d'urgence en cas d'accident avec trousse d'urgence
• Eclairage adapté la nuit
• Mesure d’hygiène pour les animateurs et surveillance vétérinaire des animaux
• Locaux isolés et cages sécurisées pour les animaux
• Ergonomie des postes et parasols pour réduire l'exposition au soleil et aux intempéries

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

• Utilisation de crèmes cutanées protectrices sur les parties découvertes
• Hygiène de vie : douche et lavage fréquent des mains, repas réguliers, équilibrés et loin des animaux, lutte contre les conduites addictives
• Lutte contre les zoonoses :
- se laver systématiquement les mains au savon antibactérien pendant au moins 30 secondes après contact avec des animaux
- ne pas installer des animaux dans une pièce destinée à la prise des repas ou au stockage des aliments (cuisine).
- désinfecter et surveiller une plaie par morsure ou par griffure occasionnée par un animal et demander l'avis du médecin

10.4. FORMATION - INFORMATION – SENSIBILISATION

- Dans ce secteur, les conditions de travail sont dangereuses et les gens de spectacle en plein air ignorent les questions relatives à l'hygiène, à la santé au travail, à la sécurité et ne sont pas financièrement capables d'assurer la prévention.
- Former les artistes aux risques et aux procédures à mettre en place (en cas de morsures et d'infections, etc.)
- Les informer sur les maladies professionnelles et sur les zoonoses.
- Les sensibiliser sur l'importance de la scolarisation des enfants apprentis
- Assurer des formations à la gestion du stress, des spectateurs difficiles, du budget et de la carrière

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

- Loi n° 71-99 portant statut de l'artiste promulguée par le dahir n° 1-03-113 du 19 juin 2003 (bulletin officiel n° 5126 du 17-07-2003). Malheureusement, l'artiste de rue (hlaiqui) n'est pas concerné par la présente loi
- Loi n° 29-05 relative à la protection des espèces de flore et de faune sauvages et au contrôle de leur commerce promulguée par le dahir n° 1-11-84 du 2 juillet 2011 (bulletin officiel n° 5962 du 21-7-2011).
- Le titre IV du livre II de la loi n°65-99 relative au code du travail traite de l'hygiène et de la sécurité des salariés, des services médicaux du travail et des comités d’hygiène et de sécurité
- Décret n° 2-04-465 du 29 décembre 2004 interdit d'employer des mineurs de moins de 18 ans comme comédien ou interprète dans les spectacles publics, sans autorisation écrite de l'inspecteur du travail et après consultation du tuteur. Bulletin officiel n° 5280 du 06-01-2005, p. 19
- L’arrêté n° 93-08 du ministre de l’emploi relatif à l'application des principes énoncés par les articles de 281 à 291 du code de travail précise un certain nombre de mesures se rapportant à :
. l’aménagement des locaux de travail
. la préservation de l'hygiène et de la sécurité des salariés dans les locaux du travail
. l’ambiance des locaux du travail : aération, chauffage, éclairage des locaux du travail et la prévention contre les risques dus au bruit
. les locaux réservés aux repas
. la prévention contre les incendies
. la prévention des accidents du travail

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3. NORMES

• NM (Normes marocaines) 4.001-1993 : protection contre les agents physiques, chimiques et biologiques
• NM 00.5.800 et 801-2001 : système de management de santé et de sécurité au travail

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

• Tebbaa O. Le patrimoine de la place Jemaa El Fna de Marrakech : entre le matériel et l’immatériel. Uaderns de la Mediterranie UNESCO 2010 ; 13 : 51-58
• Moqqadem H. Place Jemaa El Fna. Traditions orales populaires de Marrakech ; Marrakech, Association Place Jemaa El Fna, Patrimoine oral de l’humanité, 2001.
• fiche Rome L1203-art dramatique.
• fiche Rome L1204-arts du cirque et arts visuels (artiste de rue).

13. ADRESSES UTILES

• Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc, Rabat, Rue Lamfedel Cherkaoui, Rabat Instituts, Madinate Al Irfane, B.P. 6671, 10100, Rabat. Tel.: +212 5 37 77 71 85/Fax: +212 5 37 77 71 79. http://www.capm.ma/
• Institut Pasteur du Maroc : www.pasteur.ma
• http://www.bossons-fute.fr
• Maroc : la halka au service de la mémoire
www.lejournalinternational.fr/Maroc-la-halka-au-service-de-la-memoire...27 juil. 2013

REDACTION

Pour toutes remarques et propositions de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.